Un Eté à Tuer

Par défaut

Le bonheur, c’est paraît-il, simple comme un coup de fil. Le problème, c’est que le malheur aussi, parfois.

C’est comme ça que commence Un été à tuer. Par un appel de Nicole. 

Elle doit suivre ses parents qui déménagent à Paris, mais avant de partir, elle veut passer une dernière soirée avec ses copains, en particulier avec Pete, à la cabane, comme autrefois, quand ils avaient 13 ans.
Le soir dit, ils sont tous là. Nicole et son jumeau Eric. Pete et son copain Raymond, le garçon bizarre qui préfère la compagnie de son Lapin Noir à celle de la plupart de ses camarades de lycée. Pauly… Mais ils n’ont plus 13 ans. 

Après ? Après il y a la fête foraine, deux disparitions, une enquête. Après, il y a la mort (moche) de Lapin Noir, les drôles de paroles d’une voyante.

Mais évidemment, on ne va pas dévoiler toute l’histoire 😉

Une drôle d’histoire tout de même, qui mêle habilement sentiments adolescents et enquête policière, voix dans la tête et trucs bizarres.
Dans Un été à tuer, pas d’ados aux super pouvoirs (bon, signalons qu’il y a quand même une ado star là-dedans, mais uniquement pour servir l’histoire et pas l’inverse), pas d’histoire de monstres au lycée (en revanche, il y a bien quelques petites frappes). Juste des ados qui ressemblent à beaucoup d’autres ados d’aujourd’hui, qu’ils se cherchent ou croient déjà s’être trouvés. Et une histoire bien sombre dans laquelle Kevin Brooks nous balade. Jusqu’au bout.

Un livre à retrouver à la BFM de Limoges, of course 🙂

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s