Hosoda vs Takahata

Par défaut

Populaires et de qualité. Si vous affectionnez les productions du maître Miyazaki, vous aurez certainement de nouveaux coups de cœur pour ces perles-là :

« La traversée du temps » de Mamoru Hosoda


Makoto, Chiaki, Kôsuke. Un trio. Et c’est la fille du groupe, Makoto, qui tombe sur une coquille à remonter le temps… Plutôt garçon manqué, ses premiers pas dans l’adolescence vont bouleverser ses relations avec chacun de ses deux amis, Chiaki et Kôsuke. Et malgré son don, Makoto ne pourra retrouver leur ancienne amitié ni saisir l’instant de sa vie.
« La traversée du temps » n’est p
as tant un film fantastique mais est davantage porté sur l’observation des comportements adolescents. « Frais » à l’image de son personnage principal dynamique et maladroit. Renforcé d’un rythme oppressant par les retours dans le temps et les derniers arrêts sur image. On se souvient du film avec la même émotion éprouvée à la fin…

Du même réalisateur :
Sa dernière animation, « Summer Wars », entretient la tension d’une course contre la montre. Les personnages, qui évoluent dans le monde artificiel d’Oz, détiennent le sort de l’humanité entre leurs mains (et celles de leurs avatars). Il faudra le soutien d’une famille bienveillante et de toute la communauté virtuelle pour que les jeunes héros puissent stopper l’apocalypse à temps.

« Pompoko » d’Isao Takahata

Tanukis ! La légende prétend que ces créatures possèdent un grand pouvoir de métamorphose. Seulement ces êtres fantastiques ignorent leur potentiel et profitent paresseusement des plaisirs de la vie. De l’entraînement des jeunes tanukis à cette technique ancestrale va dépendre la destinée de ces animaux sauvages dans le Japon moderne.
Le type de film qui nous rend simplement heureux. On en ressort le cœur gonflé avec l’envie de conquérir la vie à l’image de ces bêtes curieuses. Possible rapprochement entre certaines œuvres d’Hayao Miyazaki et d’Isao Takahata pour leurs valeurs écologiques notamment ; ce sont eux les co-fondateurs des Studio Ghibli.

Du même réalisateur :
Vraiment plus dur, « Le tombeau des lucioles », rend compte de la survie de deux orphelins dans le chaos de la guerre. Les règles de vie imposées par la société nippone vont forcer un jeune garçon à vivre indépendamment des adultes et à veiller sur sa petite sœur.

N’hésitez pas à découvrir les films d’animation japonais. Vous avez la possibilité d’emprunter ceux résumés au-dessus gratuitement à la Bfm de Limoges. Et pour en apprécier l’originalité, regardez-les en VO !


Publicités

Une réponse "

  1. Summer Wars est absolument génial. On retrouve le japon l’été et le passage de la grande ville à la campagne (du shinkansen au bus local), la vie de famille c’est très réaliste. Les scènes finales avec le jeu de hanafuda (le jeu de carte des fleurs) à l’intérieur de l’univers de Oz sont superbes ^^

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s