Pod

Par défaut

Pod de Stephen Wallenfels chez Hachette

C’est un jour banal dans l’Etat de Washington.

La mère de Josh a déjà quitté la maison, son père se lève…

Josh est brutalement tiré de son sommeil par un vacarme infernal

« Un cri perçant me réveille. Un bruit de métal froissé, déchiré et tordu, puissance mille. »

A l’autre bout du pays, Megs, 12 ans, enfermée dans une voiture, attend sa mère depuis des heures.

Elle  est assaillie par cette même marée sonore.

Que se passe-t-il ?

 » La panique dans sa voix m’arrête net. Il a le regard tourné vers le ciel.

Le spectacle que je découvre me coupe le souffle. Et me laisse bouche bée. Aussi silencieuse qu’une araignée sur sa toile, une immense sphère noire descend lentement entre les nuages.

-Doux Jésus… souffle mon père en pointant son index en direction d’une autre.. et d’une troisième… »

Deux destins croisés, celui de Josh en pleine crise d’adolescence, en conflit avec son père, sa mère, avec le monde entier et Megs, petite fille trop vite grandie en charge d’une mère irresponsable.

Il n’y a pas de lente montée en puissance de l’angoisse, on est tout de suite confronté à la brutalité de cette agression inconnue.

Les réactions de Josh et de son père pourrait être les nôtres.

Trouver une explication rationnelle et rassurante à l’irrationnel pour garder l’espoir : ce bruit c’est, bien sur, un accident de voiture ou peut-être la chaudière qui s’emballe …

Se donner l’impression de maîtriser la situation en baptisant le phénomène :

« Je les appelle les POD, les Pearls of Death, comme dans un de mes jeux vidéo préférés… »

Essayer de mettre en place des stratégies de survie… Car très vite la menace se précise :

« A ma droite, un gémissement. Jamie est accroupie derrière le véhicule le plus proche. Une quarantaine de mètres la séparent de notre perron.

Elle se tourne vers moi, son front est égratigné, sa joue maculée de sang.

  Après avoir hésité une seconde, elle s’élance.

Jamie est sur le trottoir devant chez nous; Elle plonge ses yeux dans les miens.

Au moment ou elle s’apprête de nouveau à bondir, un éclair bleuté l’engloutit. »

Josh et son père sont  enfermés dans une cage : leur maison.

Rapidement ils vont avoir faim, ils vont avoir froid, avec cette question lancinante : qu’est devenue la mère de Josh ? Il n’y a plus d’électricité, pas de radio, pas de téléphone ni d’ordinateur. Aucun moyen de communication, aucune possibilité de fuite. C’est un tête à tête cruel entre un père qui veut sauver son fils et un fils qui le méprise.

Megs, elle, se bat : son existence chaotique l’a obligée à très vite se débrouiller seule.

Tous les mécanismes de survie qu’elle a mis en place pour résister aux dérives de sa mère vont lui permettre de faire face à l’horreur qu’elle va vivre.

Cachée dans un parking elle va être confronté à la cruauté, à la perversité d’hommes qui vont profiter du chaos pour soumettre un groupe de survivants à leur délire totalitaire.

La construction du récit est remarquablement efficace, on est happé par le récit, par les personnages.

C’est parfois violent mais la description de la déliquescence rapide de tous les mécanismes d’une société, les verrous qui sautent : chacun pour soi, pas de compassion inutile enrichisse ce roman d’une réflexion intéressante sur l’évolution des comportements face à des événements extrêmes.

Un roman comme un film de science-fiction, entre « Independance day » et « La Guerre des mondes »…

Absolument passionnant, vivement la suite !

Publicités

Une réponse "

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s