Traqueur

Par défaut

Traqueur de William Hussey chez Castelmore

Il y a longtemps, sur la falaise, un enfant a été sacrifié. Ceux qui l’ont tué étaient ses amis, ses voisins…

25 ans ont passé…

Jake est un ado fou de comics d’épouvante : les vampires, loups-garous et autres morts-vivants n’ont pas de secrets pour lui.

Il vit avec ses parents à proximité de l’institut Hobarron. Que fait-on vraiment à l’institut Hobarron ? La seule chose dont Jake est sûr c’est que ses parents y travaillent, que c’est pour le gouvernement et que le bâtiment est gardé comme une forteresse.

« La tour Hobarron était ceinte d’un parc en forme de fer à cheval orné de statues, de parterres de fleurs, de bancs  en pierres et de fontaines.

Huit années plus tôt encore, on y organisait le gala annuel de l’institut.

Mais c’était avant le meurtre… »

Lors d’une fête, une petite fille, Olivia, y a été assassinée et Jake a été le témoin du meurtre, mais il préfère garder le silence de peur qu’on ne le croit fou s’il venait à raconter ce qu’il a vu ce jour là.

« Alors que la petite fille courait à perdre haleine, la distance qui les séparait se réduisait à vue d’œil. Jake assistait à la scène, médusé. L’homme en queue de pie semblait s’étirer comme du chewing-gum. A chaque pas ses jambes s’allongeaient avec force craquements d’os.

Un bras d’une longueur impossible s’étira…

Des doigts se refermèrent sur sa gorge…

Se replièrent…

Serrèrent... »

Le temps a effacé la peur mais lorsque Jake croise la route de l’homme blême, Mr Quilt, et de son âme damnée Mr Pinch, sa vie bascule à nouveau dans l’horreur :

« Le garçon porta la main à sa bouche.

– Qu’est ce que c’est ?

Le visage de Claire devint aussi dur que du silex. Elle semblait à la fois déterminée et dégoûtée.

– Un démon.

Petit, dépourvu de toute pilosité, il avait la taille d’un bébé de six mois.

– Monsieur Pinch ? répéta Quilp.

La chose, dans l’arbre, se figea aussitôt. Une paire d’iris jaunes se braqua sur eux. »

Il va être l’enjeu d’un combat éternel entre les « Anciens de Hobarron » et les mages noirs de « L’Assemblée ».

C’est entre ses mains que va se jouer le sort du monde… Qui vaincra la Déferlante ?

Sympa !!!

.

.

Publicités

Une réponse "

  1. en voilà un roman bien noir, bien trash, et bien relevé !
    l’action va jusqu’au bout, du sang, des larmes, de la douleur, de la cruauté…
    rien n’est tout blanc, ni tout noir !
    j’ai beaucoup aimé 🙂
    pour la suite, je suis un peu sceptique.

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s