Je ne suis pas Eugénie Grandet

Par défaut

Je ne suis pas Eugénie Grandet de Shaïne Cassim à l’Ecole des Loisirs

Alice et Anne-Louise sont sœurs, elles s’aiment et aiment, s’insupportent et insupportent, souffrent aussi : leur mère est partie pour d’autres amours, leur père est en filigrane.

Pour Alice, Anne-Louise est l’indispensable, l’étouffante moitié d’elle-même :

« J’adore Anne-Louise Pratt.

Je me méfie d’Anne-Louise Pratt.

Anne-Louise Pratt est ma soeur. »

C’est la victime consentante d’une relation tendre et gaie.

« Je respire son parfum comme on respire au printemps, éblouie de retrouver les odeurs que l’hiver avait écartées. Ma sœur m’évoque la douceur de vivre et les livres qu’on aime, elle me fait penser aux villes italiennes et au jour qui se lève. Je suis un peu l’automne et elle, elle sera toujours mon printemps. »

Pour Anne-Louise tout est prétexte à démesure : sa vie et celle des autres …

Il y a les amoureux :

Alphonse, le livreur de fleurs qu’Alice va rencontrer grâce à Eugénie Grandet et Max le metteur en scène, l’irrésistible et lunaire prince charmant d’Anne-Louise.

C’est un roman attachant, une balade amoureuse, une petite musique gaie et parfois nostalgique… qui nous promène de salle d’exposition en coulisses de théâtre, de Balzac à Tchekhov.

J’ai beaucoup aimé.

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s