Black rain

Par défaut

 Black Rain de Chris Debien chez Flammarion

 » Quelque chose clochait.
Impossible de savoir quoi exactement.
Juste une impression de déjà-vu.
Le sentiment d’avoir vécu ces mêmes instants.
A plusieurs reprises.
Identiques et différents à la fois.
Adam détestait ces premières secondes.
Il avait toujours l’impression de débarquer au beau milieu du cauchemar de quelqu’un d’autre.
Puis tout s’estompait d’un coup.
Son cerveau acceptait enfin de digérer le flot d’informations, de traiter le flux de signaux distillés par ses sens.
Il était loin du Centre à présent.
Il le savait… « 

Qui sont Adam et Vince,ces ados qui fuient dans un monde de grisaille post-apocalyptique ?
L’horreur colle à leurs pas, ils ont peur des voix qui résonnent dans leur tête.
Ils sont piégés dans l’Inside : sont-ils encore dans la réalité ? Peuvent-ils ressentir la morsure des molosses qui les cernent, peuvent-ils mourir sous le couteau de l’Autre ? Ou n’est ce qu’un cauchemar, les aberrations d’un programme informatique dément ?

«  Encore des poupées pendues mais entières cette fois-ci. Le crâne nu, les cheveux coupés à la hâte à grands coups de ciseaux. Autour de leur cou, une chaînette en or où brillait un pendentif, une fée minuscule portant un orbe doré. Toutes affichaient le même sourire, un rictus taillé au bistouri au coin de leurs bouches. Des heures, il avait fallu des heures pour réaliser cette œuvre démente.
« On est tombé chez un taré ! » Lâcha Vince. »

Lorsqu’ils rencontrent Lola et la sauvent d’une mort atroce, elle disparaît comme une ombre dans la nuit.

 » Lola s’était figée. Sur son visage, les couleurs disparaissaient peu à peu tandis que son image tremblotait.
Ses traits s’effritaient petit à petit comme si elle avait été modelée dans un bloc de sable.
Des larmes coulaient sur les joues de Vince et Adam sentit son estomac se nouer.
C’était idiot, ils le savaient mais jamais ils ne s’étaient attachés comme ça à un implant. « 

Ils reprennent connaissance au Centre entre les mains du Docteur Grüber, leur thérapeute.
C’est lui, l’inventeur de l’Inside, un monde à la lisière des rêves où l’on peut guérir de toutes ces peurs.
Mais cet univers bascule soudain dans la folie et la mort .

C’est un roman comme un cauchemar, où l’on fuit sans savoir où aller, où tous les repères s’effondrent, où l’on espère, irrationnellement, une aide pour nous empêcher d’être englouti.
Qu’est ce que le Centre ?
Les ados qui y sont hospitalisés souffrent-ils vraiment de pathologies mentales ?                                             Sont-ils manipulés pour d’inavouables raisons ?                                                                                                  Qui est vraiment le Docteur Grûber ?

Absolument passionnant : inventif et  efficace.
J’ai adoré !
Vivement la suite !

Publicités

Une réponse "

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s