Hansel et Gretel

Par défaut

Hansel et Gretel

de Jacob et Wilhelm Grimm

 illustré par Lorenzo Mattotti chez Gallimard

Hansel et Gretel n’est pas le conte le plus demandé en bibliothèque.

Rassurés par les adaptations sirupeuses de Disney (ah, la triste naïveté des parents et des enfants demandant les contes écrits par Walt Disney, que le ciel les foudroie !…), les parents oublient que le conte venu du fond des âges est aussi la représentation d’époques révolues avec leurs cruautés quotidiennes, et réclament plus volontiers les histoires avec princesses, baiser final et happy-end obligatoire.

Il est en effet moins traumatisant de voir Cendrillon secouer sa couette Quallofil, qualité anti bactérien, aidée par d’adorables oiseaux, que d’imaginer Cucendron, martyrisée par ses demies sœurs.
Et moins perturbant de se représenter Blanche-Neige avec une coupe petitcarrélissé impeccable et col claudine que d’être confronté, au fil des pages, à une reine cougar prête à dévorer le tendron à la chair trop lisse.

Hansel et Gretel n’a évidemment pas échappé à de multiples et lénifiantes adaptations qui en ont fait un petit film  publicitaire pour Beghin Say. Heureusement, cet album illustré par Mattotti nous restitue intact ce qui pourrait être un fait divers particulièrement sordide avec des enfants abandonnés, une sorcière cannibale et une adorable héroïne qui, sans état d’âme, tue avec préméditation.

C’est un conte sur la faim (la nourriture y est omniprésente), la faim obsessionnelle qui pousse les parents à sacrifier leurs enfants, le fantasme de toutes les faims avec l’extraordinaire maison à consommer sur place, et cette faim monstrueuse et ultime : engraisser les enfants pour les dévorer.

Le texte est scandé par une alternance de pages envahies par un maelström monstrueux,  immédiatement adouci par la sobriété d’un texte tout simple sur la page blanche immaculée.
L’illustration magnifiée par un noir et blanc somptueux nous entraîne dans un tourbillon de noirceur avec en lisière les silhouettes à peine esquissées des protagonistes .


C’est effrayant et magnifique, à déguster sans modération !

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s