Du land art en ville

Par défaut

Ou comment rendre le quotidien du béton plus attrayant ?
Le dernier livre de Marc POUYET , paru aux éditions Plumes de Carotte fin 2012 :

POUYET

est séduisant comme les précédents, au fil des saisons ou au potager.  Même si mon préféré demeure « Joueurs de nature, 45 jeux traditionnels en land art » dans la mesure où il allie le plaisir de collecter et d’installer les matériaux naturels à l’excitation liée au jeu, et permet à tout âge de passer un long moment captivant et partagé lors d’une balade ou au parc !

img_56

Pratiquer le land art en ville est une idée sympathique, même si, dans l’immensité généralement grisâtre du décor urbain, cela ressemble un peu à une goutte d’eau dans la mer.

Mais on peut espérer qu’un piéton moins pressé remarquera le poétique alignement des gouttes de rosée sur les quelques feuilles disposées à terre, qu’un chauffeur respectueux n’écrasera pas le quadrillage savant des marrons bien cirés entre deux places de parking et qu’un enfant curieux suivra le cheminement que lui proposent les cailloux du « petit Pouyet ».

Le land art, pour celui qui agit, c’est l’école de la patience : il faut faire des repérages, réfléchir, observer ce qu’on veut mettre en exergue, choisir puis ramasser (ou l’inverse), faire preuve d’imagination, réaliser enfin, modifier parfois, expliquer peut-être…

Pour celui qui découvre, qui reçoit ce cadeau esthétique et désintéressé, c’est un aussi moment fort  : il faut décider de s’arrêter pour s’émerveiller ou s’interroger et,  pourquoi pas,  intervenir si l’on se sent également inspiré ?  Et puis, tout à son plaisir de re-création, accepter que quelqu’un s’immisce à son tour, etc.

Dans sa préface, Marc Pouyet fait allusion au mouvement de la « green guerilla » née aux Etats-Unis, les bombes à graines, les jardins clandestins créés sur les friches ;  de Grande-Bretagne nous viennent les « Incroyables comestibles », ces mini-potagers installés dans des bacs sur l’espace public… Le land art urbain participe lui aussi de ces mouvements d’échange : partager l’art, l’imagination, la beauté, est tout aussi nécessaire à la vie.

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s