La Cité, ça rend accro, un peu, beaucoup, pas du tout ?

Par défaut

Comme Thomas, le narrateur du tome 1, Polly est devenue une fan absolue de La Cité. Ce jeu en ligne révolutionnaire lui a enfin ouvert l’horizon de la petite île trop tranquille où elle vit… même si cela agace prodigieusement sa mère.

la cité tome 2

J’imaginais tous les possibles, toutes les promesses de La Cité et pensais alors que les dangers annoncés par la publicité seraient de délicieux frissons; à presque un an de distance, je dois bien avouer que je baignais alors dans une illusion que les événements récents ont définitivement dissipée. Polly (Liza dans La Cité)

La Cité. Ce n’est pas une ville, mais un jeu vidéo en ligne. Un jeu où l’on n’est ni tout à fait un autre, ni tout à fait soi même.
Polly a eu la chance (la malchance? Pour l’instant on n’en sait finalement rien) de pouvoir s’inscrire et intégrer le jeu, comme des dizaines de millions d’autres joueurs de par le monde. Son avatar s’appelle Liza. Comme les autres, elle n’a ni le droit de donner son vrai nom ni celui de donner des indications sur sa vraie vie lorsqu’elle est dans La Cité. La « lumière blanche » veille, punit ceux qui transgressent cette règle.

Liza a des amis dans La Cité, alors que Polly n’en a guère dans la vraie vie, sur son île. Ses amis, ou plutôt leurs avatars, s’appellent JC, Arthur, Harry et c’est La Cité qui les lui a choisis. Mais Arthur a disparu, sans doute enlevé.

La Cité, de jeu merveilleux ouvert sur tous les possibles passe peu à peu à jeu trouble avec scènes de violence, questions sans réponse, dangers. Et Polly, de plus en plus accro, cherche justement des réponses. Des réponses, La Cité en apporte… à Liza. Mais qu’est-ce qui est vrai dans La Cité ? Qui tire les ficelles ? Quel est le but du jeu ? Ni Thomas/Harry, ni Polly/Liza ne l’ont encore découvert.

La bataille des Confins (drôle de titre, qui correspond, allez, à quelques paragraphes de La Cité, tome 2) m’a laissé la même impression que La Cité tome 1 (« La lumière blanche »). Un très curieux et très inhabituel mélange d’envie de lire la suite et de s’arrêter là. L’idée de départ est bonne, les personnages sont bien posés. Mais je me demande où l’auteur, Karim Ressouni-Demigneux, veut en venir dans l’intrigue. Bon d’accord, je lirai le tome 3, petite curieuse que je suis. Parce que quand même, j’aimerais bien savoir quel est le but du jeu… Et puis parce que La Cité fait partie de ces livres qu’on emporte facilement sur la plage (la preuve, tout ce sable…). Et ça, c’est pas vrai avec tous les livres ! 😉

Tiens, une petite question : vous étiez-vous demandé, vous qui jouez à des jeux en ligne, ce que devient votre avatar quand vous ne jouez pas ?

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s