La nuit du chasseur

Par défaut

La Nuit du chasseur

La Nuit du Chasseur film de Charles Laughton, réalisé en 1955

Avec Robert Mitchum, Shelley Winters et Lillian Gish

Dans l’Amérique de la Dépression, un homme, Ben Harper, est prêt à tout pour ne pas sombrer dans la misère.

Pour sauver sa femme et ses enfants John et Pearl, il commet l’irréparable : un hold-up qui se termine dans un bain de sang.

Arrêté, condamné à mort, il rencontre au pénitencier un pasteur, Harry Powell, tueur psychopathe qui n’aura de cesse, une fois sorti de prison, de récupérer l’argent que Ben avait caché chez lui.

chasseur9

Il va séduire Willa, la veuve de Harper, et l’épouser, espérant mettre la main sur les 10 000 dollars… Mais seuls John et Pearl savent où l’argent est dissimulé, et après le meurtre de leur mère ils vont devoir fuir pour sauver leur vie.

NUIT DU CHASSEUR 1

Ce film est une merveille, un conte noir, très noir, qui met en scène les éternels protagonistes du conte traditionnel : les enfants abandonnés qui sont poursuivis par le Mal.

Dans un conte le Mal c’est un ogre, une sorcière, un loup, homme ou animal, qui personnifie l’ombre séduisante, la cruauté dissimulée derrière une invite de façade.

Ici c’est un pasteur, un homme de Dieu, de ceux qui voient le péché partout parce qu’ils sont les pires des pécheurs, et qui annoncent l’apocalypse avec le sourire car ils ne souhaitent que la destruction de l’humanité.

Dans cette Amérique puritaine, son charisme vénéneux enchante ses ouailles qui sont prêtes, comme Willa, à lui confier ce qu’elles ont de plus cher.

Face à ces adultes qui ne jouent pas leur rôle de protecteurs mais vendent leur âme au Diable, John et Pearl doivent affronter, démunis, un monde inconnu à la fois merveilleux et hostile.

NUIT DU CHASSEUR5

Il y a de la magie dans cet univers : lorsque affamés de nourriture et de réconfort ils s’approchent, tels Hansel et Gretel, d’une ferme que l’on pensait vide,  c’est l’ombre chinoise d’une cage et d’un oiseau qui révèle une présence humaine…

nuit du chasseur2

… Mais il y a aussi des ténèbres lorsque, blottis dans le foin et espérant le répit, la silhouette du pasteur, découpée comme une marionnette de papier passant sur le faîte de la colline, les fait tressaillir de terreur.

nuit du chasseur 3

Ils vont finalement s’échouer dans les herbes de la rive près de la ferme de Rachel. Rachel, c’est Lillian Gish,  qui, avec un physique fragile de poupée de porcelaine, campe une femme forte et déterminée qui a choisi d’être une mère pour ces enfants sans repères et a fait de sa ferme une terre d’asile. Et lorsque Powell vient réclamer les enfants elle attend chaque nuit, le fusil sur les genoux, qu’il sorte de l’ombre.

nuit du chasseur3

Ce film est un chef d’œuvre : un noir et blanc somptueux avec des scènes construites comme des tableaux modelés par les jeux d’ombre et de lumière ; Rachel est enveloppée d’un halo de lumière alors que Powell semble toujours surgir des ténèbres qui l’enveloppent.

La fin du film, qui a paru mièvre à certains, est au contraire parfaitement cohérente : Noël, la maison sous la neige bien close dans ses murs, le parfum des gâteaux, les petits cadeaux qu’on échange, c’est comme une lente sortie de cauchemar et l’espoir d’une vie nouvelle.

Une merveille !!!

Publicités

Une réponse "

  1. On ne peut faire plus touchant qu’un thriller comme celui-ci aussi bien maitrisé avec une histoire d’une reconstruction suite à un drame marquant (ici la mort du père).

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s