« Obéir ? Se révolter ? »

Par défaut

« Les parents commandent, les enfants obéissent : dans ce cas, la relation est naturelle. Mais elle ne l’est pas ailleurs. Pourtant, les hommes obéissent à leurs patrons, aux lois, aux gouvernants : c’est ainsi que se maintient l’ordre social. Mais pourquoi obéit-on et jusqu’où faut-il aller? Quel type d’obéissance, en société, laisse intacte la capacité de juger, sinon une obéissance réfléchie et librement consentie? Car on peut obéir et… cesser d’obéir : quand le pouvoir est exercé contre l’intérêt général et que les lois sont injustes et nocives.

Résister c’est faire reconnaître qu’on existe. Se révolter, c’est rappeler aux gouvernements qu’ils ont besoin du consentement des peuples s’ils ne veulent pas s’enfoncer dans la tyrannie. » (présentation de l’éditeur à propos du livre « Obéir ? Se révolter ? »)

Dans la collection « Chouette ! penser »  de Gallimard jeunesse / Giboulées, un court ouvrage pour réfléchir sur un sujet qui nous concerne absolument  tous : l’obéissance, à qui, à quoi, pourquoi, comment ?

Il y a un mois exactement je vous invitais à lire « Tina, Simon, Rachid et la politique, la vraie«  de Patrice Favaro et Philippe Godard chez Actes Sud junior. Le livre dont je propose la lecture aujourd’hui aurait pu en être l’introduction :

product_9782070641536_244x0

« Obéir ? Se révolter ? »

L’auteur, Valérie GERARD, est professeur de philosophie et chercheuse. Dans ce petit livre d’à peine soixante-dix pages, elle nous amène à réfléchir à la notion même d’obéissance, à la différence fondamentale entre obéissance et soumission, la nuance de taille entre asservissement et obéissance librement consentie, etc. Certains mots utiles comme autorité, autonomie, arbitraire, devoir de réserve… sont expliqués en regard de leur utilisation. Et des citations en pleine page de couleur différente (la page !) aèrent le texte et le complètent à la fois, citations de personnages aussi variés et intéressants que Simone Weil, Jean-Jacques Rousseau, Hannah Arendt ou Kant.

Clin d’oeil et histoire dans l’histoire, un dessin sans paroles de Clément PAURD court en bas de page jusqu’au rabat de la couverture à la fin du livre.

« Ceux qui obéissent font l’autorité de ceux qui se font obéir.

Max Weber [sociologue allemand 1864-1920] explique ce phénomène étrange par trois causes . D’abord la tradition (…). Ensuite le charisme : certains nous impressionnent tellement, par leur allure, leur manière de parler, leur assurance, que nous faisons ce qu’ils nous demandent. (…) Enfin, on a tendance à obéir aux ordres de ceux qui occupent une fonction officielle en raison de leurs compétences : les généraux, les professeurs, les médecins, les juges, etc. Ici on obéit moins aux individus qu’à la fonction qu’ils incarnent ; et on n’est tenu d’obéir que si ce qui est commandé entre dans le cadre de la fonction (…).

Le problème de ceux qui respectent absolument les autorités est qu’ils s’en remettent à elles. Ils n’examinent pas leurs ordres, ils ne les discutent pas. C’est la démission du jugement. Les conséquences peuvent être terribles. On voit des hommes, aux ordres de gouvernants, de chefs militaires, de religieux, massacrer des populations entières, puis affirmer qu’ils n’y sont pour rien et qu’ils n’ont fait qu’obéir. Respecter aveuglément les autorités peut déresponsabiliser. C’est parfois tentant : renoncer à juger évite la fatigue de la réflexion, l’incertitude du doute ; on ne se sent responsable de rien, c’est tranquille !« 

Toutefois, il y a obéir et obéir : respecter le code de la route et s’arrêter au feu rouge, c’est assurer la sécurité de tous. Aucun de nous ne pourrait survivre en dehors de toute forme d’organisation sociale, ce qui implique forcément le renoncement à la liberté absolue de chacun. « J’obéis parce que je comprends pourquoi on me demande de le faire. » Ce qui ne m’empêche pas de porter un jugement, etc.

N’oublions pas qu’il s’agit d’un livre de philosophie, écrit pour stimuler et nourrir notre réflexion à propos de cette question à laquelle nous sommes chaque jour confrontés !

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s