Histoires d’amour déconstruites

Par défaut

Deux films, (500) days of Summer et Eternal sunshine of the spotless mind, deux histoires de couple qui ont la particularité d’avoir une chronologie déconstruite.

500 jourseternal-sunshine-of-t-ii-af-1-g

Le premier, (500) days of Summer est un petit film pop, agréable, le genre à ne pas marquer l’histoire du cinéma mais à faire passer un agréable moment à son spectateur. On embarque pour 1h36 d’une histoire qui oscille entre rire et amertume, avec en fond sonore The smiths, Feist ou Regina Spektor.

« C‘est l’histoire d’un garçon qui rencontre une fille ; ce n’est pas une histoire d’amour. » Le narrateur prévient le spectateur dès le début du film : c’est l’histoire d’une rencontre. Tom (Joseph Gordon-Levitt) qui croit à l’amour avec un grand A, au coup de foudre et tout ce qui va avec, rencontre Summer (Zooey Deschanel) qui n’a pas vraiment la même vision que lui. Le film nous raconte leur histoire, leur rencontre, tout ces petits moments qui font un couple. Le film est constitué de séquences assez courtes, comme plein de souvenirs avec un nombre pour situer le moment dans leur relation : (15) pour le quinzième jour. Les moments difficiles ou déterminants alternent avec des situations plus anecdotiques comme un fou rire. Le réalisateur Marc Webb déconstruit ainsi l’histoire échappant aux clichés habituels des comédies romantiques, même si l’ensemble reste assez conventionnel. Un film parfait pour un soir d’automne, blottit dans le canapé au chaud, on en ressort avec un petit sourire.

Le second, Eternal sunshine of the spotless mind, de Michel Gondry raconte l’histoire d’amour de Joel et Clémentine. Mais comme dans toute histoire d’amour, il y a des hauts et des bas, et après une rupture Clémentine décide d’effacer de sa mémoire Joel. Quand Joel va s’en rendre compte, il va décider de subir la même procédure. Le spectateur suit cette histoire à travers les souvenirs qui sont effacés, pas forcément dans un ordre chronologique.

Michel Gondry, le magicien du cinéma, arrive à retranscrire les souvenirs avec divers ingénieux procédés. Visuellement ça donne un film somptueux, un peu triste et nostalgique qui nous questionne sur notre passé : si on avait la possibilité d’effacer quelqu’un de notre mémoire est-ce qu’on le ferait ? Et serait-ce vraiment une bonne idée ? L’histoire de ce film est parti d’une simple idée au cour d’un diner : « Que dirais-tu si tu recevais une carte t’annonçant que tu as été effacé de la mémoire d’une certaine personne, et que tu devrais désormais t’abstenir de tout contact avec elle ? »

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s