La Mafia du Chocolat

Par défaut

La fille chérie du défunt parrain du chocolat n’a que faire de son héritage. Pour elle, la vie doit être une routine absolue. Aller au lycée, prendre soin de son frère adoré et de sa grand-mère mourante. Et surtout, éviter Gable, parfait loser et ex-petit ami. Oui, tout allait bien jusqu’à ce que cet imbécile de Gable soit empoisonné par le chocolat issu de la fabrique illégale des Balanchine. Que la police la croie coupable, passe encore. Qu’elle se retrouve à la une des journaux télévisés, inévitable. Qu’on la harcèle au lycée en la traitant de criminelle, d’accord. Mais voir revenir dans sa vie sa famille mafieuse au complet est le pire des châtiments. Anya se demande si elle ne va pas devoir renoncer aux cours et sortir son revolver, histoire de mettre de l’ordre dans les affaires…

la mafia du chocolat gabrielle zevin

J’ai bien aimé ce premier roman qui mélange à la fois mafia et amour. Il y a des hauts et des bas tout au long du roman, mais au final, c’est un bon roman.

2083. Anya Balanchine, 16 ans, va au lycée, comme toutes les jeunes filles de son âge. Mais une fois revenue à la maison, elle devient le chef de famille, ses parents étant morts lorsqu’elle avait 9 ans. Elle s’occupe de sa grand-mère gravement malade, de son grand frère mentalement déficient et de sa petite soeur. Une bien lourde tâche pour une jeune fille de son âge. De plus, elle tombe amoureuse de Win, le fils de l’adjoint du procureur. C’est à cause de tout cela qu’elle a décidé de s’éloigner de la Famille Balanchine et de son trafic de chocolat et de café (interdits depuis  quelques années déjà).

Ce roman aborde des thèmes plutôt sérieux tout en restant assez léger, ce que j’ai apprécié. Premièrement, la mafia. La Famille Balanchine semble sympathique de prime abord. C’est un peu comme dans « le Parrain », avec du respect, mais les « luttes intestines » qui rongent la famille ont vite fait de nous rappeler que ce sont des criminels. Deuxièmement, la Prohibition. Comme vous l’aurez compris, la Famille Balanchine fabrique du chocolat et le vend illégalement, tout comme dans les années 30 on vendait et on consommait de l’alcool sans que cela soit légal.

Toutefois, des choses ne m’ont pas plu. Par exemple, le niveau d’écriture est assez inégal sur les dialogues. On pourrait aussi reprocher au personnage d’Anya d’être plutôt inactif par moment, ce qui rend le roman un peu long .
Et puis certaines choses sont plutôt mal faites : l’auteur a voulu raconter une histoire dans le futur, ce que je n’ai pas trop compris. Surtout que cela ne servait pas à grand chose : mis à part le fait que le papier n’existe quasiment plus (donc que les élèves utilisent des tablettes à l’école), et que l’eau commence à manquer, on ne remarque absolument pas que l’histoire se passe en 2083 (il faut arriver au milieu du roman pour le savoir !).

La fin de ce premier tome annonce toutefois une suite qui peut être pas mal. A suivre, donc 🙂

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s