Le cirque des rêves

Par défaut

le-cirque-des-reves-2827452-250-400

Le cirque des rêves

d’Erin Morgenstern chez Flammarion

«  Le cirque arrive sans crier gare.

Aucune annonce ne précède sa venue,  aucun avis,  aucune affiche sur les poteaux de la ville,  aucune publicité dans les journaux locaux.  Simplement il est là,  quand la veille il n’y était pas .

Les imposants chapiteaux sont rayés de noir et blanc, aucune trace d’or ou de pourpre. Pas la moindre couleur hormis celle des arbres voisins et de l’herbe des champs environnants. Des rayures noires et blanches sur un ciel gris ; d’innombrables chapiteaux de toutes tailles et de toutes formes enchâssés dans une grille ouvragée en fer forgé qui se dresse au milieu d’un univers terne. Le peu d’espace au sol que l’on distingue de l’extérieur est noir ou blanc, recouvert de peinture, de poudre ou camouflé par un quelconque artifice.

Mais il n’est pas ouvert au public. Pas encore.…  »

D’où vient ce cirque qui s’installe sans que personne n’ait pressenti sa venue, qui monte les chapiteaux, installe les pistes? Aucun bruit n’a signalé l’installation , il n’y avait personne, le champ était désert mais soudain le cirque est là.

C’est comme dans un rêve, mais c’est une évidence, le spectacle va commencer … une fois que la nuit sera tombée .

Qui a crée cet univers hors du temps ?

Sa naissance a-t-elle a été décidée pendant « Les Soupers de minuit » ? Ils sont organisés par Chandresh Christophe Lefévre artiste lui même qui offre à ses invités une chère délicate et des divertissements raffinés : danseuses, prestidigitateurs, musiciens .

Il y a les fidèles,  Mme Padva, ancienne danseuse étoile, les sœurs Burgess, artistes touche à tout,  Mr Barris l’ingénieur et Mr A .H accompagné de son homme de confiance Marco.

Un soir Chandresh leur propose un nouveau jeu : ils vont créer un cirque.

 » Plus qu’une fête foraine, dit Chandresh. Plus qu’un simple cirque, d’ailleurs, un cirque comme on n’en a jamais vu. Non pas un grand chapiteau, mais une multitude de chapiteaux qui chacun présente son propre spectacle. Pas d’éléphants ni de clowns. Non, quelque chose de plus raffiné. Rien de banal. Ce sera différent, une expérience absolument unique, une fête des sens. De la théâtralité sans théâtre, un spectacle en immersion.  »

C’est le cirque de la démesure, l’accomplissement d’un rêve, mais c’est aussi sans que personne ne le pressente le lieu d’un combat sans merci décidé des années auparavant entre Prospero l’enchanteur et Mr A .H l’homme en gris .

Leurs pions sont Celia la propre fille de Prospero et Marco que l’homme en gris a été chercher dans un orphelinat .

Dès l’enfance ils ont été liés :

 »  L’homme en habit gris remet dans sa poche le mouchoir à présent vide.

 »  Aujourd’hui, nous allons étudier les liens « , dit-il.

Quand ils parviennent à la phrase de démonstration pratique de la leçon, il ordonne au jeune garçon de mettre la bague à son doigt. Il ne le touche à aucun moment, sous aucun prétexte.

L’enfant essaie en vain d’arracher la bague à son doigt alors qu’elle se fond peu à peu dans sa peau.

 » Les liens sont permanents , mon garçon, lui dit l’homme en habit gris.

– A quoi suis je lié ? demande-t-il, contemplant la cicatrice laissée par la bague en fronçant les sourcils.

– A une obligation que vous aviez déjà et à une personne que vous ne rencontrerez pas avant un certain temps. Les détails ne sont pas importants à ce stade. Ce n’est qu’une formalité nécessaire.  »

et préparés en vue de cette joute entre magiciens :

 »  A l’aide d’un canif, Prospero l’enchanteur entaille un à un le bout des doigts de sa fille et la regarde pleurer en silence jusqu’à ce qu’elle retrouve suffisamment son calme pour cicatriser les plaies en faisant remonter lentement les gouttes de sang.

La peau se reconstitue, les crêtes en volutes des empreintes digitales se rejoignent et se referment solidement.

Les épaules de Celia s’affaissent, relâchant toute la tension accumulée et lorsque les plaies ont disparu, son soulagement est palpable.  »

Peu à peu ils vont se découvrir puis s’aimer mais l’un des deux doit disparaître …

J’ai adoré ce livre, l’histoire est magnifique , baroque et mystérieuse , les personnages fascinants , attachants , parfois cruels.

A lire absolument !!!

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s