Douce nuit, minus ! Sylvie Deshors / Editions du Rouergue

Par défaut

doucenuit

Ce n’est pas le premier roman de Sylvie Deshors que je lis et je suis bluffée à chaque fois par la manière dont elle embarque le lecteur dans la vie de ses personnages.

Aurélien, 13 ans, s’échappe des griffes du vigile qui l’a surpris, avec sa mère, en train de voler un jeu vidéo le soir du 24 décembre. De toute manière Noël, ce n’est qu’une fête de bourgeois et « sans argent, tu te sens trop minable au milieu de la meute de riches ». Lui ce qu’il voudrait, c’est s’envoler vers un ailleurs.

Il s’enfuit… Commence alors un road-movy de 2 jours en compagnie de Nasta, un »ninja » équipé d’une canne de bambou chevauchant une mobylette. Lui aussi  n’était pas armé pour supporter si jeune (18 ans) la violence de la vie qu’on lui a offert.

Ils vont rencontrer un clochard père Noël qui va lester Aurélien dans les tréfonds de la misère et de la sauvagerie la plus totale. Il y  risquera sa vie.

L’auteure rend hommage dans son livre aux innocents, à ceux « dont la société préfère ignorer l’existence », aux rêveurs.

Vraiment un beau moment d’émotion.

 

 

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s