Le loup des mers, adaptation BD du roman de Jack London.

Par défaut

riff_loup_rougeTous ceux qui ont lu, ou vu des adaptations cinématographiques des plus grands romans de Jack London, comme l’Appel de la forêt, ou Croc-Blanc, savent qu’un des thèmes principaux de cet auteur est l’affrontement entre l’homme et la nature.

Dans le Loup des mers, Mr London quitte les montagnes glacées du Klondike pour nous emmener sur les mers. Quel autre élément peut-être aussi adapté pour décrire cette incessante lutte de l’humain contre les éléments?

Pourtant dans cette histoire, la lutte se fera moins entre l’Humain et la Nature, qu’entre l’humain civilisé et l’humain «barbare».

Humphrey Van Weyden, auteur américain, intellectuel chétif, pétri d’idéaux, d’élégances morales et de manières raffinées, se retrouve, suite à un naufrage, à bord du «Fantôme», une goélette traversant les cinq océans pour chasser le phoque et la baleine. Son équipage composé de marins brutaux et sournois, est dirigé d’une poigne de fer par leur redoutable capitaine, Loup Larsen, géant d’origine norvégienne, décrit par l’auteur comme «la tête d’un roi babylonien sur un corps de titan».

Cet individu, cruel, impitoyable, absolument amoral, retiendra prisonnier l’infortuné Humphrey le temps d’une saison de chasse à la baleine.

Ce dernier se verra affecté aux tâches les plus ingrates du bateau, et, découvrant ainsi un monde nouveau, saura s’y adapter au point de devenir l’homme de confiance et le confident du terrible capitaine. En effet, Loup Larsen, malgré sa brutalité, n’en n’est pas moins un homme cultivé voir même raffiné, qui, trop heureux d’avoir une personne lettré avec qui communiquer, entraînera notre infortuné héros dans de longues discutions sur divers sujets philosophiques, opposant l’homme d’expérience fort et amoral à l’intellectuel idéaliste; le barbare à l’homme civilisé.

Ces discutions et divergences d’opinions, mêlées à différents problèmes faisant leur apparition sur le bateau, dégénéreront au point de provoquer une véritable mutinerie sur le bateau, avec des conséquences dramatiques.

Le roman de Jack London est ici adapté en BD par Riff Reb’s. Le dessin rend à merveille l’ambiance poisseuse, violente et angoissante régnant à bord de la goélette. Le trait, extrêmement fin, reflète à la perfection le caractère et les émotions des personnages décrits dans le roman de London.

Cette BD combine à la perfection le récit d’aventure, le roman initiatique, le conte philosophique, sans jamais tomber dans le verbeux où autre écueil du genre.

BD a conseiller à toute personne cherchant un récit violent, captivant et intelligent.

Publicités

Les commentaires sont fermés.