Un courant d’air

Par défaut

 

1507-1

Un courant d’air de Laurie Cohen aux Editions Alice

« Je dors avec Luce, la fille aux cheveux bleus. On habite un carton rue des Tourterelles. Un carton plein de tickets de caisse froissée. La nuit, on boit des verres. On oublie notre vie pourrie. Godasses puantes et chaussettes trouées déboutées de notre mémoire. On siffle une vodka. »

La narratrice est une SDF, on ne connaîtra jamais son identité : elle n’a ni domicile, ni prénom.

C’est une errante.

Sa vie est une trajectoire aveugle, elle doit sacrifier aux besoins vitaux d’un être humain : manger, dormir et cette recherche occupe ses journées. Elle boit, beaucoup, pour supporter le regard ou l’absence de regard de ceux qui sont de l’autre côté.

Elle aussi, il y a longtemps, était de ceux qui se lavent tous les jours, mangent à tous les repas, dorment en sécurité, aiment, travaillent, étudient, rient.

Elle aimerait retrouver l’odeur d’un corps propre, la douceur des draps propice à un sommeil apaisé.

Mais elle marche dans la rue vers nulle part. Il n’y a pas de destination pour les filles comme elle.

« Je suis un robot. Une chose visqueuse sans cervelle. Je fais tomber mon pantalon pour chier sur le trottoir. Un passant se bouche le nez. J’éclate de rire et je tourne à l’angle. Notre carton nous attend. »

Que s’est-il passé ? Des flash nous parlent d’une mère aimante, d’une présence masculine menaçante, de douleur, de haine.

Elle est rongée par une colère immense.

La fin assomme : l’apaisement ne lui viendra que dans une ultime violence.

C’est un roman cru, violent, à l’image de la vie dans la rue : les chapitres sont courts, hachés, comme pour souligner cette fuite en avant.

C’est un récit éprouvant et sans respiration qui se lit d’une traite…

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s