Le Programme, Cible n°2

Par défaut

Depuis la mort de Sam, Zach a décidé de se faire oublier. Mais l’Agence le retrouve et lui confie une nouvelle mission. Sa nouvelle cible : Eugène Moore, un ex-militaire devenu activiste d’extrême droite et désormais à la tête d’un camp d’entrainement pour jeunes. Zach n’a pas le choix, il doit infiltrer les lieux. Il ne tarde pas à se lier au fils de Moore et à se faire aimer de sa fille. Mais il se méfie de tout. Avant lui, un agent envoyé dans le camp a mystérieusement disparu. Plus que jamais, Zach se sent observé, épié et surtout, en danger. D’autant que son seul ami, Howard, un geek qui l’aide à distance, a été enlevé… Et si tout cela n’était qu’un test ?
Si le Programme le manipulait depuis le début ?

le programme 2

Après l’éprouvante mission que vient de vivre Ben/Daniel/Zach (tome 1), une pause s’impose. Sauf qu’avec le Programme, on ne fait pas de pause. Il est donc rapidement envoyé en mission à Camp Liberty où un de ses alter ego du Programme a disparu. Camp Liberty, cet endroit clos où les adolescents sont entrainés avec des armes, où leur niveau est défini par un jeu vidéo perfectionné et où on cache beaucoup de choses.

Daniel doit éliminer le chef de Camp Liberty, Moore. Une mission, une cible. Mais cela va se révéler bien plus compliqué que prévu, des choses vont lui être révélées et mettre en doute le Programme. Surtout que Père et Mère sont injoignables depuis qu’il a mis les pieds au camp…

On découvre un Daniel différent dans ce tome. Il est bouleversé après sa précédente mission et doit prendre du recul, ce dont il n’avait encore jamais eu besoin jusque là. On le sent plus sensible et on le prend un peu en pitié par moment. Il ne sait plus vraiment où il en est. Toutefois, cette pitié disparaît au cours d’une scène où il nous montre toute sa cruauté, sa froideur. J’en ai presque tremblé d’effroi.

Mis à part le héros, Howard et Père qui étaient déjà présents dans le premier tome, on ne retrouve aucun des personnages du tome précédent, ce qui n’est pas gênant. On change complètement d’univers, avec un camp d’adolescents formés au terrorisme. Très loin du monde huppé du premier tome. On retrouve toutefois le même schéma : une cible à abattre et l’approche des enfants de la cible pour mieux l’approcher, la duper.

Le livre est toujours aussi bien écrit, aussi rapide à lire. J’ai trouvé une ou deux longueurs vers la fin mais rien de vraiment dérangeant. On ne s’ennuie pas, Allen Zadoff ayant le sens du spectacle, de l’action et du suspense. J’attends avec impatience les révélations dans le tome suivant.

J’ai hâte de découvrir la suite – qui signe la fin de la trilogie – et de découvrir ce que nous réserve l’auteur car on sent qu’il y a anguille sous roche ! 🙂

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s