Le carnet de Groku

Par défaut

Le carnet de Groku

de Sophie Laroche chez Hachette

logo_225965

« Tout a commencé un jeudi d’octobre à la piscine…

Le temps de pousser la porte de la cabine pour me changer, j’ai tenu la serviette d’une seule main.

J’ai senti le tissu glisser entre mes doigts, j’ai entendu le clic !, une voix basse mais triomphante et quelques rires étouffés :  » Je l’ai. » Elles l’ont eu. »

Qu’ont « elles eu » ? Une photo de l’ample postérieur de Manon, légendée « Gros cul », qui va bientôt faire la joie des charognards des réseaux sociaux.

Ricanements et insultes gratuites deviennent son quotidien.

Pour cette ado sensible et mal dans sa peau cette photo est une évidence, une reconnaissance de la vision qu’elle a de son propre corps.

Elle crée un blog qu’elle baptise « Groku » et qui devient un exutoire à ses souffrances.

« J’ai la terrible sensation d’être un mystère, pour les autres et pour moi-même. Personne n’imagine à quel point je souffre de cette rivalité permanente entre mon envie de maigrir et mon besoin de manger. L’une entraînant l’autre. Plus je voudrais être une autre, plus l’envie de chocolat est violente. C’est la réponse à tous mes problèmes. Et la cause de tous mes maux. »

Si le blog attire les commentaires, les plus fréquents sont postés par Kilodrame.

Qui est Kilodrame ? Il ou elle souhaite garder l’anonymat mais Manon a l’impression que ses souffrances sont enfin comprises et partagées.

Qu’est-ce que la nourriture pour Manon ? Un pansement sur ses souffrances ; pour elle la résolution d’un conflit passe par l’ingestion d’une, deux voire trois plaques de chocolat.

Alors, lorsque Kilodrame lui propose son aide pour gérer sa boulimie, elle ne se pose pas de questions et se conforme aux conseils qui lui sont donnés.

Sophie Laroche décrit le phénomène d’addiction dont souffre Manon d’une façon étonnamment précise : une consommation gloutonne et irrépressible et dans le même instant le dégoût de soi et la culpabilité.

Elle montre aussi les difficultés de l’entourage par rapport à l’attitude de Manon : comment intervenir ? Comment la soutenir ? Elle est seule devant la maladie et même Thomas, le garçon qu’elle aime, ne peut l’aider.

Le roman est intéressant ; seul bémol, ne pas savoir quel a été l’élément déclencheur qui a précipité l’héroïne dans cette névrose alimentaire. Je suis restée sur ma faim !

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s