« Je reviendrai vous voir »

Par défaut

Fin décembre, « Profiteroles » nous avait convaincu(e)s de lire « Daisy« , un manga sur Fukushima et la difficulté des survivants à retrouver une vie normale – à cause surtout du regard porté sur eux, de la crainte de leur contamination, etc.

« Je reviendrai vous voir » ne parle pas exactement du sujet de Fukushima, mais de la catastrophe naturelle qui en fut la cause  :  le tremblement de terre suivi du gigantesque tsunami.

reviendrai-vous-voirDans ce manga paru chez Akata avant l’été 2015, le narrateur est illustrateur de livres pour enfants. Après le tremblement de terre au large du nord-est, mais ressenti jusqu’à Tokyo où NOBUMI vit avec sa famille, il pense immédiatement aux enfants qui ont tout perdu et se propose de leur envoyer des livres pour les distraire de leurs soucis.

« (…) Mais quand il annoncera son don sur son blog, les réactions des internautes seront pour le moins… violentes ! Choqué et meurtri jusqu’au plus profond de son âme, Nobumi va alors vivre une véritable crise artistique, dont une seule issue sera possible : laissant pour plusieurs jours sa vie confortable de tokyoïte, il part en tant que bénévole volontaire, pour aider à la reconstruction de la zone sinistrée du nord est du Japon. Il y découvrira un paysage encore pire que tout ce qu’il avait pu imaginer… » (cf. Présentation éditeur)

Le chaos est tangible dans les illustrations documentées de George MORIKAWA qui nous rappellent les incroyables vidéos et photos qui ont circulé sur la toile après les événements. Perceptible également le désespoir de Nobumi face au travail à accomplir qui n’a rien à voir avec ce qu’il imaginait : nettoyer des tonnes de boue puante, distribuer des repas chauds aux survivants sans même prendre sa part, déblayer des montagnes de débris sans en voir la fin et se faire « voler la vedette » auprès des enfants par des comédiens professionnels. Heureusement parmi les bénévoles, certains réagissent mieux que lui et l’aident à se ressaisir. Le texte prend alors des accents épiques dignes des petits récits de propagande chinoise.

Ces cinq malheureux jours – qui lui paraissent une éternité – seront une expérience inoubliable. Il y découvrira toutes sortes de réactions auxquelles il ne s’attendait pas de la part de ceux qui ont souffert, de l’agressivité à la résignation. Il comprendra aussi ce que son geste avait de généreux malgré sa naïveté.

Pour les connaisseurs, un petit plus : s’amuser à identifier les planches réalisées par d’autres mangakas que George Morikawa. En effet, celui-ci a demandé à neuf amis illustrateurs (Ken Akamatsu, Mitsurô Kubo, Kôji Seo, Hideo Nishimoto, Nobuyuki Fukumoto, Hiro Mashima, Kazuki Yamamoto, Miki Yoshikawa et Makoto Raïku) de dessiner chacun une page précise.

Et même sans être capable d’identifier leur provenance, chaque lecteur peut s’apercevoir de quelques différences dans le rendu des visages de certains personnages, bien que tout cela s’intègre assez bien à l’ensemble des illustrations.

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s