The americans, série

Par défaut

Cette série américaine de Joe Weisberg, apparemment ancien agent de la CIA (à en croire Wikipédia…), nous plonge dans le quotidien des illégaux à l’époque de la Guerre Froide.

Petit rappel historique : La Guerre Froide a développé une guerre d’espions sans précédent dans l’Histoire, chaque bloc cherchant à infiltrer les administrations et hautes sphères du pouvoir de l’ennemi afin d’obtenir le plus d’informations possible sur les différents programmes militaires et stratégiques.

Pour ce faire, le KGB utilisa, entre autres, des «illégaux » : il s’agit d’agents soviétiques généralement formés en URSS, intégrés dans un pays ennemi, se fondant parfaitement dans la population comme des caméléons et s’infiltrant dans diverses sphères de la sociétés et accomplissant, à la demande du KGB diverses missions.

La série « The americans » met en scène un couple d’agents soviétiques, parfaitement intégrés à la classe moyenne de Washington, travaillant dans une agence de voyage, habitant un petit pavillon de banlieue en compagnie de leurs deux enfants, deux ados passablement crétins et rebelles comme il se doit, élevés dans la plus pure tradition américaine et ignorant tous des activités de leurs parents.

502672.189

Car si en apparence rien dans leurs vies ennuyeuses d’américains moyens modèles ne permet de soupçonner leurs réelles identités, ils sont sous les ordres directs de la Rezidientoura, antenne du KGB leur désignant des cibles à éliminer, ou des renseignements à obtenir.

Si la série n’échappe hélas pas à certains clichés (les soviétiques sont vicieux et cruels… mais c’est de bonne guerre dans une série américaine…), elle est intéressante sous bien des aspects :
loin d’être des super-héros, menant une double vie, le couple d’agents est en proie à tous les problèmes liés à leur situation : toute leur vie est un mensonge qu’ils doivent constamment dissimuler à leur entourage et même à leurs propres enfants.
Formés dès leur jeunesse à l’idéologie communiste et élevés dans la haine des Etats-Unis et du capitalisme, ils doivent en adopter tous les codes pour s’y intégrer, tout en conservant pure leur foi en l’URSS, et lutter contre la perpétuelle tentation de « passer à l’Ouest », la réalité du modèle américain étant bien différente et bien plus agréable de celle que l’on leur a enseignée dans les locaux de la Loubianka*…

107351437

La série bénéficie d’un rythme très soutenu, les scènes de vie quotidienne se fondant dans des scènes d’actions relativement violentes.

Les acteurs sont bons, incarnant avec autant de crédibilité des américains moyens que des agents rompus aux techniques de combats et d’espionnages.

La série se déroule dans les années 1980, mais malgré la chute de l’URSS, les agents illégaux restent une réalité de nos jours, comme en témoigne l’arrestation en juin 2010 de Anna Chapman aux Etats-Unis ; la série est donc loin de traiter d’un sujet désuet. De plus le durcissement actuellement en cours entre les USA, l’Europe et la Russie laisse présager de nouveaux rebondissements dans une histoire que l’on croyait révolue…

*Loubianka (Лубянка) : immeuble de Moscou, quartier général du KGB, actuellement du FSB.

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s