Serviteurs ou tueurs ?

Par défaut

Pas une semaine sans qu’on lise dans la presse un article sur les robots, robots serviteurs, robots réparateurs ou robots tueurs, voire robots futurs collaborateurs… Car ils sont déjà parmi nous, même s’ils ne ressemblent pas toujours à l’image de l’humanoïde véhiculée par le cinéma.

« Dans nos usines depuis bien longtemps mais aussi à l’hôpital, au fond des mers, sur les champs de bataille, dans l’espace et, de plus en plus, dans notre quotidien : aux commandes de ce métro sans chauffeur, de ce drone livreur de colis ou de ce tracteur dernier cri, sous le tableau de bord de cet ascenseur sophistiqué ou de la nouvelle voiture familiale, sur nos pelouses et nos moquettes, à l’autre bout du fil, etc.

(…) la robotique progresse discrètement, de plus en plus efficacement, certes, mais sans découvertes spectaculaires à même de faire la une des médias. Et pourtant, de petites avancées en progrès discrets, cette discipline emplit notre monde de machines de plus en plus autonomes, de plus en plus « intelligentes » et… de plus en plus visibles.

Au fil de ces pages, poussons ensemble les portes des laboratoires scientifiques pour découvrir les mille et une applications de la robotique mais aussi ses enjeux, ses défis et les questions – politiques, éthiques, philosophiques – soulevées par cette discipline. » (Extraits de l’introduction, livre cité ci-dessous)

9782330039516

Dans son livre « Génération robots, le rêve devient réalité » paru chez Actes Sud junior en 2015 et illustré par Séverine Assous, Natacha Scheidhauer fait le point en une soixantaine de pages sur nos connaissances actuelles du sujet, tout en nous rappelant que, depuis l’Antiquité (géants métalliques et statues d’or d’Héphaïstos par exemple, Galatée, le golem des Hébreux, les automates, etc.), l’homme a toujours rêvé de fabriquer des créatures artificielles.

Demain, la « robolution » ?

« A nous – scientifiques, décideurs politiques et citoyens, jeunes et plus âgés – de décider dès aujourd’hui de la mission que nous leur* confierons ! »

(*) à ces robots, un jour entièrement autonomes et sans états d’âme…

En attendant, après ce livre, profitons-en pour relire Asimov et regarder à nouveau « Metropolis » de Fritz Lang.

Affiche-du-film-Metropolis

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s