« Le mystère de Lucy Lost »

Par défaut

Voici un gros roman de plus de quatre cents pages qu’on n’a pas envie de lâcher comme ça !

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

C’est un des derniers textes de Michael MORPURGO , passionnant comme à l’accoutumée ;  il est édité chez Gallimard jeunesse (2015), avec une couverture de François Place.

D’ailleurs j’aurais bien aimé trouver quelques illustrations de François Place dans le livre, je les imagine sans peine, avec toute leur précision et leur finesse, comme le texte lui-même. Un très beau texte.

« Mai 1915. Sur une île déserte de l’archipel des Scilly, un pêcheur et son fils découvrent une jeune fille blessée et hagarde, à moitié morte de faim et de soif. Elle ne parvient à prononcer qu’un seul mot: Lucy. D’où vient-elle? Est-elle une sirène, ou plutôt, comme le laisse entendre la rumeur, une espionne au service des Allemands?
De l’autre côté de l’Atlantique, le Lusitania, l’un des plus rapides et splendides paquebots de son temps, quitte le port de New York. À son bord, la jeune Merry, accompagnée de sa mère, s’apprête à rejoindre son père blessé sur le front et hospitalisé en Angleterre…« 

Outre le fait que Michael Morpurgo relate le naufrage du Lusitania, beaucoup moins ressassé que celui du Titanic, l’intérêt du livre est la description de l’atmosphère délétère qui s’installe peu à peu sur l’île, alimentée par des faits réels que peu de personnes cherchent réellement à analyser ni à replacer dans leur contexte.

Quelques personnages cependant ne sombrent pas dans la bêtise et la haine, tout particulièrement Mary, l’épouse et la mère de ceux qui ont sauvé Lucy. Elle a déjà « extrait » son propre frère de l’état de folie qui le menaçait après un épisode de sa vie particulièrement douloureux, elle fait à nouveau tout pour que Lucy reprenne pied dans la vie, sans se préoccuper de qui elle est, Anglaise ou Allemande. Mais c’est désormais toute la famille qui est exclue par le village…

Alfie, le personnage du garçon qui a trouvé la jeune naufragée, est aussi très attachant (d’ailleurs Lucy dans sa détresse semble lui faire entièrement confiance), trouvant de lui même les mots et la méthode pour l’aider à s’en sortir.

Et puis Billy et le docteur Crow.

Et puis cette ambiance particulière des îles un peu sauvages.

Et, bien évidemment, nous voulons savoir qui est Lucy, ce qui lui est arrivé et si elle retrouvera mémoire et parole ?

Laissez-vous vous aussi, prendre par le talent et l’humanité de Michael Morpurgo.

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s