On est tous faits de molécules

Par défaut

J’avais beaucoup aimé Le journal malgré lui d’Henry K. Larsen de Susin Nielsen. Et bien celle-ci continue sur sa lancée avec On est tous des molécules : une réussite !

Stewart a treize ans et il a perdu sa maman un an auparavant. Son père, qui a rencontré une autre femme, lui annonce qu’ils vont emménager chez sa nouvelle compagne qui a une fille de quatorze ans, Ashley. Stewart est l’opposé d’Ashley : elle le décrirait comme un « tragique », terme qu’elle emploie avec ses amies pour décrire les losers, nerds et autres personnes trop ratées pour apparaître sur leur Echelle sociale. En effet Ashley se préoccupe surtout de son apparence et d’arriver à garder la tête du groupe de ses amies. Stewart est un surdoué, qui est dingue de son chat Schrödinger et qui a pour hobby la fabrication d’un vélo électrique… Autant vous dire que la cohabitation ne va pas être facile ! Rajoutez à cela que le père d’Ashley a récemment fait son coming out, ce qu’Ashley a moyennement apprécié craignant surtout les ragots qui pourraient circuler sur elle au collège… Tout ce petit monde va devoir vivre ensemble et arriver à se supporter pour le meilleur et pour le pire !

101699321

Le roman alterne les chapitres du point de vue de Stewart et de celui d’Ashley. C’est bourré d’humour, et même le personnage de teigne superficielle d’Ashley nous en devient rapidement sympathique avec quelques passages hilarants comme lorsqu’elle parle de Noël :

« Et cette année ça va être encore pire. Non seulement ça sera notre premier Noël avec Lenny et Face-de-rat mais ça sera aussi notre premier Noël avec Papa et son copain. Parfaitement, Maman a aussi invité Michaël à dîner.

Je sais bien que lors du tout premier Noël un roi cruel a forcé des gens comme Marie et Joseph à faire un long voyage à dos d’âne rien que pour payer des impôts. Et je sais qu’il n’y avait pas de place à l’auberge et que Marie à du accoucher dans une étable pleine de cochons, de chèvres et de poulets. Mais le point positif c’est qu’il en est sorti un gamin célèbre, pas vrai ? Tandis que mon Noël à moi n’aura rien de positif. »

Susin Nielsen arrive à rendre tous les personnages de cette grande famille recomposée attachants et nous fait passer un bon moment de lecture avec eux. Un peu d’humour et de légèreté pour commencer cette nouvelle année, ça ne fait pas de mal !

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s