Peine de substitution

Par défaut

Merci (oui ! c’est bien son prénom) Zylberajch a tagué la façade de son professeur de maths et jeté son cahier dans une poubelle où elle a mis le feu.
« Elle », enfin, elles étaient trois… Mais lorsque Merci se retrouve au commissariat, elle ne dénonce pas ses copines. C’est donc elle seule qui est présentée au juge des enfants une semaine plus tard.

s2.qwant.com

« Bredenne, dans la Marne. 9974 habitants et presque autant d’âmes. On parie combien que vous ne connaissez pas ? Faut dire aussi : entre Disneyland Paris et Bredenne, le choix est vite fait. Un peu trop vite peut-être… Merci Zylberajch, bientôt 16 ans et gothique jusqu’au bout des ongles, a commis des actes répréhensibles, comme on dit. Elle n’était pas seule, mais elle a décidé de porter le chapeau. Ses actes n’en méritent pas moins une sanction, d’autant qu’elle n’en est pas à son coup d’essai. Encore faut-il décider quelle sanction !

C’est pour cela que l’État français paie Sébastien Pirlot, juge des enfants. Un juge un peu… olé olé, si vous voulez mon avis. Pirlot ignore encore qu’en condamnant Merci à une peine de substitution, il va offrir à de nombreuses personnes… une joie de substitution. » (cf. Présentation éditeur)

Sur un scénario de ZIDROU, des dessins & couleurs d’Arno MONIN : « Merci » a paru chez GrandAngle fin 2014.

Le juge Pirlot prend le temps de discuter avec Merci et au fil de la conversation décide que celle-ci effectuera une peine de substitution de cent cinquante heures au sein du conseil municipal de sa commune qu’elle a copieusement critiqué au cours de l’entretien :

P1140163

Les réactions ne sont pas unanimes, certains ne sont même pas ravis, ravis et Merci va rapidement tourner en rond dans le bureau où elle est sensée réfléchir à un projet en direction des adolescents.

« Ce n’est pas en assistant à des réunions et en restant dans un bureau que l’on fait de la politique »

assène-t-elle à l’une des adjointes en décidant de sortir en ville.

En quatre chapitres, Zidrou et Monin ont réalisé une BD qu’on lit jusqu’au bout avec plaisir, désireux de constater que la peine aura, finalement, été gratifiante pour tous. Un peu d’optimisme ne fait pas de mal dans ce monde de brutes 🙂 D’autant que même la poésie fait irruption dans l’album !

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s