Contre courant

Par défaut

1540-1

Contre courant de Florence Cadier

aux

 Éditions le muscadier

Amar, c’est la rencontre improbable entre un journaliste en quête d’un sujet choc et un gamin déraciné qui a fui la misère et la violence de son pays : l’Afghanistan.

A l’apitoiement de l’ un va répondre l’instinct de survie de l’autre.

Pour Véronique, c’est un autre voyage celui de la peur et de la solitude d’une adolescente face à l’impensable : elle est enceinte, mais nous sommes en 1972 et elle risque sa vie.

«  Dans la nuit douce de ce début d’automne, la voiture file à toute allure vers l’hôpital.

Aux urgences, le jeune interne comprend tout de suite, la dépose sur un brancard, le pousse vers la salle d’opération, il faut intervenir vite, « c’est toujours la même chose ! marmonne-t-il.

« Quand va-t-on s’arrêter de punir les femmes ? Quand va-t-on leur permettre d’être libres de leurs corps ?  »

Il y a aussi Martine la caissière qui ne supporte plus de voir ces hommes et ses femmes qui repartent le sac presque vide parce que c’est la fin du mois et qu’ il n’y a plus d’argent. Alors elle invente un nouveau mode de commerce qui va la mener au licenciement.

Mabrouk et son amour, mais cet amour n’a pas été conjugué au féminin comme il se doit et « la chasse aux pédés » peut commencer.

Et Sophie Scholl, la Rose Blanche guillotiné pour avoir refuser la barbarie, tous connus ou anonymes comme Amar, Véronique et Martine, Mabrouk, Rosalie, Rosie, Archibald et Roland ont en commun d’être confrontés au rejet et à l’injustice des sociétés dans lesquelles ils vivent.

Mais le fil conducteur de ce roman est aussi le courage. Celui de l’engagement pour lutter contre ces fléaux acceptés voir adoubés par ces mêmes sociétés comme la pauvreté, le racisme sous toute ses formes : couleur de la peau, homosexualité, les manquements aux droits élémentaires des personnes.

C’est un roman qui nous rappelle qu’il ne faut jamais crier victoire, jamais baisser la garde.

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s