Comme un éléphant dans un magasin de porcelaine

Par défaut

Regrettant de n’avoir pas lu à temps le 4ème tome du « Grimoire pourpre » : Chevalier de porcelaine de Michaël BETTINELLI (Les Ardents éditeurs, 2015)

couv grimoire 4noir2

afin de pouvoir participer à la chasse aux trésors au Musée Adrien Dubouché, je me suis tout de même plongée dedans et j’ai été… un peu déçue.

« (…) Jean et Manon, deux adolescents ayant hérité du Grimoire Pourpre, cherchent à percer un nouveau mystère. Aidés de la fée Oriandre et de Menehune, un fantôme qui hante le Musée national de la porcelaine à Limoges, ils devront combattre les sortilèges du Diable qui a fait de ce lieu le théâtre d’étranges événements !

Cachée parmi les œuvres exposées mais éparpillée en plusieurs morceaux repose la légendaire armure de porcelaine, seule capable d’offrir l’immortalité à celui qui la porte. Elle tire son pouvoir de la clef noire de l’Enfer, dérobée au Malin lui-même. Pour vaincre cet ennemi, nos jeunes héros seront prêts à tous les sacrifices… mais le Diable s’est choisi un allié de taille : Pou-Sa, le dieu de la porcelaine… » (cf. Présentation éditeur)

D’un côté, c’est bon signe, c’est que j’avais gardé un souvenir positif des trois précédents volumes, mais habituée aux nombreux ouvrages* de littérature jeunesse – ou adulte – qui mettent en scène des objets et/ ou des musées, j’ai trouvé ce quatrième manga pas assez abouti.

De plus, bien qu’il y ait « peu de violence », comme le précise Michaël Bettinelli lui-même dans une récente interview, et que les vignettes soient assez « classiques », le dessin contraste trop – à mon goût – avec la fragilité convenue des objets de porcelaine.

Quatre pages nous initient succinctement à la fabrication d’une de ces oeuvres, même si pour le commun des mortels, ce travail prendrait plus que « quelques minutes »…

Et donc, avant de retrouver Manon qui s’est sacrifiée dans cette nouvelle histoire et a disparu aux enfers, d’où son frère, espérons-le, la ramènera dans le cinquième et – apparemment – dernier volume, rendons-nous au Musée Adrien Dubouché de Limoges pour en savoir plus et découvrons, parmi bien d’autres, les objets croqués par Michaël Bettinelli.

Depuis qu’il a fait peau neuve le musée est passionnant à visiter, mais vu l’ampleur des collections présentées, il vaut mieux se donner un but comme, justement, repérer les oeuvres de la BD ou traquer les multiples représentations de votre animal favori ou votre couleur préférée, ou…

Bonne visite !

(*) Depuis les collections de la Réunion des Musées nationaux au « catalogue » du Musée de l’Innocence des objets d’Orhan Pamuk, en passant par le Louvre vu par les illustrateurs de BD, etc.

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s