Les Ogres-dieux. Demi Sang.

Par défaut

Voici la suite de la superbe BD « Petit » que j’ai eu le plaisir de vous présenter il y a un an de cela. Pour rappel :
https://serialblogueuses.wordpress.com/?s=petit+ogres

Voici donc le second volet, nous présentant le pendant humain de cette histoire d’ogres.

demisang-slide

Ici le personnage principal est un vulgaire humain ambitionnant de devenir intendant des ogres-dieux.
Cet album approfondit l’histoire et la mythologie de ce monde cruel, apporte de nouveaux éléments relativement intéressant.
Cela dit, force est de constater que sa lecture laisse un léger goût de déception et d’inachevé.
La maîtrise graphique reste parfaite (trop peut-être?), mais contrairement au premier album où l’effet de surprise est renouvelé à chaque page, ici règne une impression inévitable de déjà vu et je me suis surpris à trouver écoeurant à la longue ces débauches de détails en noir et blanc qui m’ont tant charmés dans le premier…..

gatb3-5342d

Pour ce qui est du scénario, le problème est identique : la décadence sublime de ces terribles créatures qui faisait l’attrait du premier tome, devient ici, à mon goût redondante. Le fait de montrer que les humain, en principe victimes des ogres, sont en réalité aussi pervers et décadents que ces derniers, me semblent être un épouvantable lieu commun.
Le personnage principal écartelé entre son désir de vengeance, l’ambition et sa tragédie familiale échoue à être tragique et se révèle pathétique. N’est pas Eschyle qui veut…

En résumé, je dirai que mon impression après la lecture de ce second tome est exactement la même qu’après le visionnage de Sin City 2 : charmé, étonné, décontenancé par la découverte d’une atmosphère sublime dans un premier opus, le second s’avère être une copie exacte du premier : même talent, même maîtrise, mêmes effets et du coup aucune surprise…..

Mais que ce post un peu sévère ne vous dissuade pas de vous plonger dans cet antre de barbarie sublime qu’est la série « Les Ogres-dieux ».
Ma sévérité est due aux attentes, sûrement exagérées, que j’avais mises dans cette suite. Mais force est de reconnaître que vu le niveau du premier tome, il paraît bien difficile de le surpasser.
Si le second tome n’apporte pas de souffle nouveau, il a au moins le mérite de ne pas se situer en deça du premier, ce qui est déjà un tour de force en soi!

maxresdefault

Et malgrès mes jérémiades, je reconnais avec grâce que cette BD reste tout de même un chef d’oeuvre, « lilium inter spinas » si on la compare aux productions qui encombrent les étagères des librairies, et dont je ne dirai pas un mot afin de ne pas être mené à utiliser un vocabulaire qui serai pour le moins inadapté dans un blog pour adolescent…..

3392-petit-chaton-mignon-wallfizz2

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s