Au-delà des étoiles

Par défaut

Au-delà des étoiles

de Beth Revis

chez Pocket jeunesse

au-dela-des-etoiles-560468

« Beaucoup de choses peuvent tomber en panne : les moteurs, les ordinateurs de bord, le système de navigation, que sais-je…

Ce voyage est très long, dit-il comme s’il en ressentait chacune des deux cent cinquante années. Les constructeurs le savaient ; c’est pour cela qu’ils l’ont baptisé Godspeed.

Je répète le mot à voix basse, comme pour me l’approprier.

– C’est une vieille expression de la Terre qui signifie « Bonne chance », m’explique-t-il. Ils ont envoyé nos ancêtres dans l’espace, leur ont souhaité bonne chance, et nous ont oubliés. On a perdu tout contact avec la Terre au moment de l’Epidémie, et nous n’avons jamais pu le rétablir. On ne peut pas revenir en arrière. Ils ne peuvent pas nous aider. »

Un vaisseau fonce dans l’espace, dans l’espoir hypothétique d’une arrivée triomphale sur la planète Centauri.

A son bord une population réduite, divisée en Agri qui cultivent la terre, Navi qui assurent la maintenance du vaisseau, les fous isolés dans l’U-psy, et un certains nombres de cryogénisés en attente du réveil.

Régulièrement, les habitants se défoulent pendant la « Saison », période de copulation frénétique à laquelle tous se joignent, sans aucun plaisir d’ailleurs.

Petite fête obligatoire pour garder un taux de naissance correct, le problème étant que les arbres généalogiques ayant disparus depuis longtemps, les accouplements ont un côté incestueux assez dérangeant. Ils fusionnent génétiquement…

Mais puisqu’on vous dit que c’est la tradition !

Cette population est dirigée d’une main de fer par Eldest, le doyen.

Son credo est le suivant : trois facteurs de discorde peuvent mettre en péril l’équilibre de cette « merveilleuse » société dont il est le gardien.

-La différence

-L’absence de leader

-La pensée individuelle

Eldest, malgré son peu d’enthousiasme, doit former son successeur Elder, 16 ans qui n’est encore que l’Aîné.

Mais surprise, une main anonyme déclenche la décongélation de l’héroïne, Amy, belle comme une déesse bien sûr, qui ne se laisse pas manipuler comme le reste de la population et qui va demander quelques explications un peu gênantes.

On pressent qu’Eldest a mauvais fond.

« Il n’aime pas le désordre, dis-je à Amy. Il n’aime pas ce qui est différent. D’après lui, la différence est le premier facteur de discorde.

-Un vrai petit Hitler, celui-là, marmonne-t-elle.

Que veut-elle dire ?

-Eldest m’a toujours affirmé que Hitler était un chef éclairé, un meneur d’hommes avisé et sage. Peut-être que c’est ce qu’elle veut dire ? Que le doyen est un bon chef comme Hitler ? Sa tournure de phrase est simplement originale – encore une chose qui nous distingue. »

Mais les découvertes successives et bien glauques de ses mensonges, de ses manipulations et autres monstruosités par Elder et d’Amy vont précipiter sa chute.

Le sujet était intéressant et posait des questions pertinentes :

Est-il légitime de manipuler les populations pour les « obliger »  au bonheur ?

Peut-on se permettre de les laisser réfléchir ? ( Bon je sais au vu de l’actualité, on peut parfois en douter!)

Mais l’écriture…

Et la couverture…

Pffff…

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s