Lady Helen: le Club des Mauvais Jours

Par défaut

Lady Helen : le club des mauvais jours T1

de Alison Goodman

chez Gallimard

1507-1

Londres 1812, Lady Helen Wrexhall réside chez son oncle et sa tante, Lord et Lady Pennworth.

Elle est orpheline, son père et sa mère sont morts dans des circonstances étranges voire scandaleuses et son oncle est inflexible, il lui est interdit d’y faire la moindre allusion.

« J’ai longuement réfléchi à cette éventualité d’une allusion à ta mère. Il me paraît peu vraisemblable que Sa Majesté parle d’elle. Toutefois, je suis certain que tu vas devoir affronter des remarques impertinentes d’autres femmes au palais, et plus tard, tout au long des réjouissances de la saison. Il faut que tu les ignores autant que possible. Si ce n’est pas possible, voilà ce que tu devras dire:

« Ma mère s’est noyée en mer, ce qui était la meilleure solution pour toutes les personnes concernées. »

Helen se figea.

-Je vous demande pardon, mon oncle ? »

Elle a un frère, Andrew, très aimant mais peu intéressé voire franchement agacé par les velléités d’indépendance de sa sœur.

En effet, même étiquetée « label rouge », noblesse oblige, Lady Helen n’est qu’une poulette bien emballée sur les étals d’un supermarché de luxe avec la mention « prête au mariage, à consommer avant la date de péremption ».

Malheureusement sa marge de manœuvre est très limitée : son oncle, gestionnaire de sa fortune, a la même opinion des femmes que le délicieux Donald Trump.

Sa nièce est pour lui trop intelligente, trop vive, trop impertinente, défauts à cacher absolument pour ne pas faire fuir d’éventuels prétendants.

L’avenir de Lady Helen apparaît bien sombre et étriqué, alors même qu’il lui semble développer d’étranges pouvoirs.

Elle voit de mystérieux halos bleus autour des personnes de son entourage, anticipe des événements, s’immisce dans l’esprit des gens… Est-elle en train de devenir folle ?

Dieu merci, elle va rencontrer Lord Carlston…

Certes on accuse ce dernier, excusez du peu, d’avoir assassiné sa femme, mais comme il est riche, puissant et qu’il a beaucoup de relations, cela ne porte pas à conséquence.

Elle va tomber en pâmoison devant ce sulfureux personnage et découvrir grâce à lui un monde sombre et violent en marge de sa vie bien rangée.

Oui, elle a des pouvoirs extraordinaires, elle est promise à un destin exceptionnel, mais des forces démoniaques la guettent !!! Des êtres qui, ayant toutes les apparences de la normalité, colonisent les corps humains…

« Mais cet homme n’était pas normal. Deux longs tentacules d’énergie sortaient de son dos, aussi fins que des fouets et chargés d’une électricité d’un bleu éclatant. Un autre tentacule, aussi gros qu’un bras et de la couleur bleu-noir d’une contusion, se déploya dans l’air au-dessus de la femme comme une sangsue géante, d’aspect obscène, puis s’enfonça dans sa poitrine. La femme se convulsa et sa tète heurta le mur tandis que la tentacule la transperçait, frémissant d’un afflux d’énergie pale. »

Oups !!!

Notre pauvre Helen est donc confrontée aux errements à caractère fortement libidineux de ceux qu’on appelle au choix les Abuseurs, les Pavors, les Luxurs, les Cruors et les Hedons, mais elle réagit, et c’est tout à l’honneur de la Reine et de l’Empire, avec beaucoup de flegme et de curiosité.

Elle est née pour lutter contre ces monstres : elle est une Vigilante…

Ce roman, premier tome d’une trilogie, est plein d’humour, inventif et trépidant.

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s