Harry Potter et l’enfant maudit

Par défaut

J’adore Harry Potter. J’ai dévoré tous les tomes, attendant avec impatience la parution du prochain une fois ma lecture terminée. Vous imaginez donc ma joie à l’annonce de la parution d’un huitième tome, moi qui avait refermé le 7ème la larme à l’oeil à l’idée de quitter définitivement Poudlard.

harry_potter_et_l_enfant_maudit

L’histoire démarre sur le plus fameux des quais de gare : le 9 3/4. Harry et Giny accompagnent leurs enfants : James, Albus et Lily. Albus est anxieux car c’est sa première rentrée à Poudlard, comme pour Rose la fille de Ron et Hermione. L’important pour eux c’est de se trouver des bons amis, à l’image du trio constitué par leurs parents dès leur première rentrée dans le Poudlard Express. Sans à priori, et contre l’avis de Rose, Albus se met dans un wagon où se trouve un garçon seul… Cet enfant est le fils de Drago Malefoy, Scorpius. Il est mis à l’écart du groupe car de sombres rumeurs disent qu’il est le fils de…Voldemort ! Albus s’en fiche, étant lui-même habitué à être l’objet de rumeurs à cause de sa filiation avec le plus célèbre des sorciers. A partir de ce moment-là tout va de travers pour ce pauvre Albus…seul de sa famille à aller à Serpentard, il est en plus nul en magie et déteste le quidditch. Il devient rapidement la risée de Poudlard… On est loin de l’image de son père… En geste de rébellion contre son illustre géniteur, il décide de voler le dernier retourneur de temps et d’aller changer le cours du passé…un acte qui pourrait être lourd de conséquences pour le monde des sorciers…

 

harry-potter-lenfant-maudit-premieres-photos

La pièce Harry Potter et l’enfant maudit

 

La déception est à la hauteur de mon attente… Si les pages de ce huitième tome se tournent assez rapidement, j’ai trouvé les intrigues assez invraisemblables et les personnages connus ne sont plus que l’ombre d’eux-même. J’ai également eu du mal à trouver un intérêt pour les deux personnages principaux, Albus et Scorpius… Le fait que le livre soit sous la forme d’une pièce de théâtre n’aide pas vraiment. On saute d’une scène à l’autre assez rapidement, en perdant au passage l’écriture magique de JK Rowling, toute l’atmosphère qui émanait de ses descriptions. Il est sûrement plus intéressant de voir la pièce, qui a eu de très bonnes critiques.

Pour ce livre, même si il est plaisant au début de retrouver ces personnages qui m’ont manqué, cette nostalgie de Poudlard et du monde des sorciers ne suffit pas à faire de 8ème tome un moment de lecture ensorcelant comme le reste de la saga.

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s