Les fils de George

Par défaut

cvt_les-fils-de-george_3532

Les fils de Georges

de Manu Causse

 »  Évidemment, je déteste le Mercredi, qui est le jour où apparaît David, le prophète du mal. Les jours suivants, le jeudi et le vendredi, je me sens toujours mal à l’aise, comme tous ceux de la Congrégation. C’est logique : le jeudi et le vendredi, le Père lutte contre David et ses armées de ténèbres. Ces jours là, il faut faire très attention à ses pensées ; se lever encore plus tôt pour prier (et plus il fait froid, plus il fait noir, plus nos prières sont efficaces) ; ensuite, jeûner jusqu’à la nuit car, comme le dit le Livre de George, « le corps mortifié laisse monter ses plus beaux chants vers le Père ». Les Convertis y ajoutent des exercices de purification ou de flagellation, mais nous, les Enfants, nous avons seulement le droit de nous priver de nourriture jusqu’au vendredi soir, qui est Harm-Aggedon, le jour de la fin du monde ?  »

Mardochée vit dans un monde étrange crée il y a 2400 ans.

Pour lui il y a le Bien et le Mal.

Le Bien étant représenté par la Congrégation dans laquelle des familles entières vivent sous l’emprise librement acceptée du pasteur Wiggins. Il y a les Aînés, et les Enfants qui deviennent adultes après avoir passé la Conversion . Ils vivent au rythme des brimades physiques et psychologiques qui vont l’espèrent-ils les rapprocher du Père.

Il n’y a pas de parents mais des géniteurs, pas d’amis, pas de vie sociale, pas de contact avec les autres parce que les autres c’est le MAL.

Et patiemment Wiggins et les Aînés construisent un mur infranchissable dans l’esprit des Enfants .

De l’autre côté du mur il y a les Restants c’est à dire les gens comme vous et moi qui n’ont pas le bonheur de faire partie de la Congrégation et qui sont promis à un avenir bien noir , ils ont des lois, les lois des Méchants qui sont bien gênantes parce qu’elles obligent Mardochée, et les autres à faire leurs scolarités hors de la secte.

Horreur ! que de tentations, que d’interrogations possibles pour ces lycéens qui une fois par jour sortent de leur prison  Heureusement dès 16 ans ils abandonnent leur scolarité et regagnent la « sécurité » de la Congrégation.

Mardochée , enfant déjà a eu de mauvaises pensées au sujet de son père Saul et du pasteur Wiggins. Vite refoulées elles ont laissées des traces chez cet adolescent curieux qui s’interroge sur le sens de ce qu’on lui demande. Et les interrogations sont les graines du mal.

Que peut-il faire lui qui n’a pas même d’identité : il est un des fils de Georges et rien d’autre .

Heureusement une main va se tendre, celle de Léo, un garçon de sa classe.

Qui a vu des documentaires sur les sectes ne s’étonnent pas de ce que des adultes éduqués sont capables d’ accepter . Ce qui est frappant c’est cette capacité de ce croire «  élus » donc au dessus du commun des mortels. Ce doit être si gratifiant de penser qu’on se détache de la foule anonyme. On abandonne toute interrogation jusqu’au simple bon sens .

Que deviennent les enfants qui n’ont rien choisi et qui sont soumis à ces délires ?

Le sujet est intéressant car il pose la question des regards que l’on porte sur les différentes croyances.

Au delà des religions officielles qu’est ce qu’une secte, qu’est ce qu’une religion ?

Ce roman a été sélectionné dans le cadre du prix Izzo de la ville de Limoges.

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s