Chiisakobé de Minetarô Mochizuki

Par défaut

Chiisakobé est un manga en 4 tomes de Minetarô Mochizuki publié par Le lézard noir. Je ne suis pas une grande lectrice de manga, mais j’ai été séduite par celui-ci.

 

Shigeji travaille comme charpentier pour l’entreptrise familiale Daitomé quand il apprend qu’un incendie a ravagé l’entreprise et que ses parents sont morts. Shigeji n’est pas un bavard, il se cache derrière un rideau de cheveux et une épaisse barbe, passant pour un excentrique aux yeux des autres employés. Il décide de faire honneur à son père en reprenant l’entreprise familiale : la chose n’est pas aisée, entre les dettes qui s’accumulent et les employés qui doutent de ses capacités.

L’incendie a également détruit l’orphelinat. Une jeune femme, Ritsu, que Shigeji engage pour s’occuper de sa maison débarque avec cinq orphelins peu aimables et prompts à faire des bêtises. La cohabitation ne pas va se faire sans difficultés…

Chiisakobé est un manga au rythme assez lent. La mise en page est poétique, Mochizuki privilégiant les gros plans, les gestes du quotidien, les petits détails. Il est agréable de suivre la reconstruction de Shigeji, qui essaie de trouver sa place dans le monde.

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s