Marquise

Par défaut

 

 

Marquise

de Joanne Richoux

chez Sarbacane

Charlotte, orpheline, élevée par une tante aussi attachante qu’une tique se morfond dans son petit village gris comme ses états d’âme. Heureusement il y a Billy, son meilleur ami, son double, sa moitié et plus si affinités.

Ils supportent l’un et l’autre une vie bien morne car, oui un jour, c’est sur, ils vont partir loin très loin de cet endroit déprimant.

Ce moment tant attendu arrive plus rapidement que prévu car Billy a trouvé sur un blog la promesse d’une vie brillante et fastueuse : intégrer le casting des Voluptueuses. Un mécène « Le Marquis » dépense sa fortune en accueillant de jeunes artistes plein d’avenir dans une délirante réplique du château de Versailles construit sur une île privée en Écosse.

Bien sur Charlotte et Billy sont retenus et partent pour ce paradis.

Charlotte qui ne montrait pas un fol enthousiasme à la pensée de ce voyage a beaucoup de mal à s’adapter à la vie de château . Il est vrai que l’ambiance est un peu bizarre entre minauderies à la Sissi impératrice, soirées défoncées ( oui il y a quelque chose dans le jus d’orange!!!) tendance orgies et duels à balle réelle.

On sent bien qu’il y a quelque chose de glauque et de malsain au royaume du Roi Soleil mais tout le monde à l’air ravi de folâtrer et de se payer une bonne tranche de décadence.

Charlotte, la rebelle, va commencer par succomber, bien rapidement, à l’appel des hormones puis son tempérament rebelle va reprendre le dessus et la disparition de Billy va la lancer à la découverte de la réalité des « Voluptueuses ».

 » Certains dansaient, d’autres maniaient le fleuret, les dames gloussaient en faisant le grand écart. L’art et la beauté rayonnaient partout, et pour la première fois depuis mon arrivée, j’ai regardé les membres des Voluptueuses sans méfiance. Je les ai vus pour ce qu’ils étaient : des artistes. Fallait-il les aimer ? les redouter ? Les deux ? En fait….qui était responsable de toutes les saloperies dont j’avais eu vent ? Tous les sujets ou juste le Marquis ? Qui savait ? Qui résistait ? Qui collaborait ? Et moi, est-ce que je ne collaborais pas un peu ? Au fond, je craignais de finir par coopérer tout à fait si je n’arrivais pas à m’échapper…. Transformer en poupée de porcelaine.  »

Et bien ma foi, que voila un roman bien enlevé, avec un décor et des personnages qui oscillent entre le merveilleux et le sordide. Il ne serait pas décent de spoiler la fin mais elle est à la mesure du reste du récit : totalement réussie !!!

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s