Maintenant qu’il est trop tard

Par défaut

Maintenant qu’il est trop tard

de Jessica Warman chez Pocket Jeunesse

« A le regarder, je me sentais plus curieuse qu’autre chose. Je n’avais pas peur, pas encore. Nous étions à l’abri de l’autre côté des portes vitrées et nos parents n’étaient qu’à quelques mètres. Personne ne nous ferait de mal, surtout pas lui. Enfin, je savais que ce n’était pas le vrai père Noël, je n’étais même pas certaine qu’il existe vraiment. Mais une enfant de sept ans a une certaine perception de la réalité. Le père Noël est maigre, maintenant ? Et dans mon jardin ? C’est étrange mais d’accord. »

Une nuit de Nouvel An, Tabitha quatre ans, baptisée Tortue par toute la famille, disparaît.

Tabitha, Samantha sa sœur, et Remy le meilleur ami de celle-ci étaient couchés près de la porte du jardin. C’était une nuit de fête, à moitié endormis, en sécurité, les enfants entendaient au-dessus de leurs têtes leurs parents rire et chanter.

Une présence silencieuse et menaçante, une porte déverrouillée, et la fête se transforme en cauchemar.

Mais Samantha est formelle, elle a reconnu Steven, l’ex-petit ami de sa sœur Gretchen. Steven a eu un accident et a beaucoup changé. Il est parfois agressif, son comportement est incohérent.

Et même s’il nie toute participation à cet enlèvement, il est déclaré coupable et condamné à mort.

Dix ans après, Tortue n’a jamais été retrouvée et Samantha raconte le quotidien d’une famille détruite par la tragédie.

Comment trouver sa place après un tel drame ? Une petite fille est née, Hannah, et c’est la seule qui ne soit pas « infectée » par le désespoir qui mine tous les membres de la famille.

Ils vivent côte à côte, solitaires, gérant leur douleur comme ils le peuvent : dans la drogue, l’alcool, les anti-dépresseurs.

Samantha observe, se souvient, elle avait sept ans et c’était Steven c’est sûr, ça ne pouvait être que lui et d’ailleurs quand elle l’a dit aux policiers, aux parents, à tous les adultes présents, ils étaient tous d’accord et Remy aussi a reconnu le garçon. Mais le doute s’installe et ronge.

Qui a vraiment enlevé Tabitha ?

Au-delà de la tragédie elle-même, le roman raconte l’après-enlèvement : l’emballement médiatique, les voisins très, trop présents qui peu à peu espacent leurs visites, les caméras, les micros tendus pour saisir une miette de douleur supplémentaire, l’extrême solitude de la famille.

C’est un bon roman qui tient en haleine jusqu’aux dernières pages.

Publicités

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s