Sonita

Par défaut

Un film qui ressemble à un conte de fées dans un contexte qui n’a rien du conte de fées…

Je veux parler de « Sonita » par la réalisatrice Rokhsareh GHAEM  MAGHAMI, sorti en octobre 2016 :

Si vous avez lu les deux volumes de la BD « Culottées » de Pénélope BAGIEU, recommandé ici-même il y a quelques mois, vous connaissez déjà Sonita ALIZADEH.

Et vous avez vu que sa vie n’avait rien d’un conte…

« Sonita est une jeune réfugiée afghane, pétillante et pleine de projets, qui a fuit la guerre et s’est reconstruite dans un foyer pour ados en Iran. Ses souffrances et ses espoirs, elle les chante dans un rap au flow bouleversant qui lui permet de se faire remarquer au niveau international. Mais son destin se heurte à une vieille tradition afghane. Sa famille envisage de la vendre 9000 dollars et de la marier de force, afin que son frère puisse acheter et épouser une femme à son tour.

Sonita refuse de se soumettre, mais pour conquérir sa liberté elle va devoir s’opposer aux siens avec comme seules armes, son courage et ses textes. » (cf. présentation DVD)

Son rap milite contre la vente des femmes et les mariages forcés et c’est grâce à l’engagement de la cinéaste Rokhsareh Ghaem Maghami et son équipe, ainsi que la personne qui s’occupe d’elle dans le foyer en Iran, qu’elle va pouvoir réfléchir, imaginer la vie autrement, résister et échapper à sa propre vente.

Même si nous savons très bien que c’est « l’arbre qui cache la forêt » et que des milliers de jeunes filles, voire de petites filles, n’auront pas cette chance inouïe, on tremble pour elle d’un bout à l’autre du film, plein d’empathie pour cette toute jeune fille passionnée et qui ne renonce jamais.

 

Publicités

Culottées

Par défaut

Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent

161021

Pénélope Bagieu livre un recueil de quinze portraits de femmes qui ont bousculé les préjugés et les codes de leurs époques. Des femmes qui n’acceptaient pas non comme réponse, qui sont allées au bout de leurs envies. Des destins très variés à travers de nombreuses époques : on recense une exploratrice, une guerrière, des femmes plus connues comme Josephine Baker, Tove Jansson ou des femmes qui se sont battues pour des choses qui leur tenaient à coeur, comme Giorgina Reid qui a lutté pendant 15 ans contre l’érosion de la côte pour sauvegarder le phare de Montauk, sans l’aide des autorités.

Ces portraits sont très intéressants et la lecture se fait avec plaisir, cependant un petit regret c’est qu’ils soient si brefs. C’est parfois difficile de résumer en quelques pages des vies si riches ! Mais c’est l’occasion de découvrir des femmes fascinantes, certaines n’étant que peu connues (pour ma part un grand nombre furent une découverte !)

La lecture de ces portraits est disponible en livre ou sur le blog Les culottées : http://lesculottees.blog.lemonde.fr/

les-culottees-tove-jansson-penelope-bagieu