Archives d’Auteur: BishopSuzy

Inséparables

Par défaut

Inséparables est une roman écrit par Sarah Crossan et traduit par Clémentine Beauvais.

Grace et Tippi sont soeurs. Elles sont siamoises. Elles vivent avec leur père qui a un petit faible pour la bouteille, leur mère qui travaille comme une forcenée pour payer les factures médicales, leur grand-mère qui manque souvent de tact et leur petite soeur effacée par toute la place que prend la santé de Grace et Tippi dans la famille. Et cet automne elles vont faire leur entrée au lycée. C’est un gros changement pour elles d’essayer d’avoir une vie plus normale. Pour cela il faut affronter le regard, les questions, la curiosité malsaine des autres. Elles se lient d’amitié  avec Jon et Yasmeen, qui les acceptent comme elles sont. Grace et Tippi commencent alors à expérimenter la vie d’ado, enfreignant les règles, elles qui ont toujours vécu dans un univers où tout tourne autour de leur santé.

Pour écrire ce roman, l’auteur a fait de nombreuses recherches sur la vie des siamois, pour arriver à retranscrire ce sentiment d’être un tout en étant deux, inséparables mais avec sa propre personnalité. On s’attache rapidement à Tippi et Grace, leur humour, leur joie de vivre. Un très beau roman sur la différence, la tolérance, l’acceptation de soi qui a la particularité d’être écrit en vers.

Caroline dit,

« Vous riez beaucoup. C’est enthousiasmant.

Même dans votre condition, vous dites oui à la vie. »

Je ne sais pas trop

ce que je suis censée dire à la vie

à part oui.

Martha & Alan

Par défaut

J’avais fait un post il y a quelques années sur La guerre d’Alan d’Emmanuel Guibert. Dans ce roman graphique il raconte les souvenirs de la seconde guerre mondiale que lui a livrés Alan Ingram Cope. Il a ensuite écrit L’enfance d’Alan.

Dans Martha & Alan Alan Ingram Cope parle de son amitié d’enfance avec Martha. Le livre est constitué de petites anecdotes, morceaux de souvenirs de cette relation enfantine. Leurs aventures, leurs familles, les jeux… Un petit livre simple, qui se lit rapidement. L’illustration d’Emmanuel Guibert rend bien un côté rétro et nostalgique de Pasadena en Californie où grandissent Alan & Martha. Il a marqué mon esprit car il montre bien l’importance que peuvent avoir certaines personnes dans votre vie, même quand vous les perdez de vue.

Gérard – Cinq années dans les pattes de Depardieu

Par défaut

Mathieu Sapin a déjà suivi la vie de l’Elysée, La campagne de François Hollande, la vie d’une rédaction (celle de Libération) dans Journal d’un journal ou encore la préparation du film Gainsbourg, une vie héroique dans Feuilles de chou. Il s’attaque cette fois à un monument : Gérard Depardieu.

 

Au début, il s’agit de le suivre pour un reportage pour arte en Azerbaïdjan en 2012, pour un documentaire sur Alexandre Dumas. Puis après cette extraordinaire expérience Mathieu Sapin demande à Depardieu la permission de le suivre pour faire une bande dessinée sur lui. Gérard accepte mais à une condition : « Mais si tu le fais, tu le fais vraiment. Il faut que tu parles du Depardieu qui se casse la gueule en scooter… Depardieu qui pisse dans un avion… »

Le livre retranscrit 5 années à suivre des déplacements de Depardieu, lors de tournages de films, de documentaires, ou dans sa vie privée à Paris ou en visite en Russie. Mathieu Sapin croque ce monstre sacré, nous faisant découvrir des nouvelles facettes de Depardieu (outre son amour du président russe…). On le découvre gentil avec les personnes qu’il croise, s’arrêtant pour une photo avec le personnel des hôtels, préférant aller manger dans un bouiboui incognito que dans des diners guindés, disant un peu tout ce qui lui passe par la tête, passionné d’art et très cultivé, avec souvent un livre à la main. Et comme on l’imagine, il est impétueux, impressionnant, n’en faisant qu’à sa guise. L’occasion de découvrir un personnage, sans aucun doute la personne française vivante la plus connue à l’internationale (même dans des coins reculés !)

 

George

Par défaut

George est un garçon discret. Elle garde un secret pour lui : elle n’est pas un garçon mais elle seul le sait. Malgré son corps et son anatomie masculine, elle sait que elle est une fille. Elle s’est même trouvée un prénom, Mélissa. Ca personne ne le sait: ni sa mère ou son grand frère, même pas sa meilleure amie Kelly. Mais le jour où une pièce de théâtre se monte à l’école, George ne rêve que d’une seule chose : interpréter le premier rôle. Elle se dit que ce rôle féminin lui permettrait de montrer à sa mère qu’elle est une fille. Mais ce n’est pas si facile que ça d’arriver à surmonter sa peur, de faire face aux préjugés…

George est le premier roman d’Alex Gino, lui-même transgenre. Le texte est simple, plein de douceur. George sait qui elle est et n’a pas de problème avec ça, l’enjeu pour elle est d’arriver à montrer au reste du monde, à commencer par sa mère que c’est une fille. Il existe peu de livre sur ce thème, et George est le premier qui s’adresse à des enfants ( 9 à 12 ans selon L’école des loisirs ).

Je suis ton soleil

Par défaut

C’est l’année de terminale pour Déborah. Sa meilleure amie préfère rouler des patins à son copain au cerveau de chouquette ( = mou et plein d’air) que de passer du temps avec elle. Du coup elle doit gérer seule sa mère qui agit de plus en plus bizarrement, son père qu’elle aperçoit dans la rue au bras d’une belle inconnue, son manque de chaussures à se mettre dû au fait que son chien les a toutes dévorées, les révisions pour le bac. Bref c’est la mouise totale. Elle va heureusement se faire des amis pour surmonter toutes ces galères : Jamal qui a une passion pour les mygales gigantesques (et fugueuses !) et son acolyte Victor, dont elle tombe rapidement sous le charme.

Une bonne surprise ! Un livre très drôle, malgré des passages sur des thèmes difficiles. Déborah a une gouaille incroyable et elle est aussi drôle et attachante que Mireille Des petites reines de Clémentine Beauvais. Marie Pavlenko décrit très bien l’amitié adolescente, et l’année de terminale, ce moment charnière. Et le chien, Isidore, qui est moche et qui pue est mon coup de coeur de ce livre !

Beauté

Par défaut

Il était une fois… Morue, une jeune servante, d’une laideur sans nom. Elle tire son nom de l’odeur qui la suit… bref c’est la risée du village. Il y a uniquement sa mère et son ami Pierre qui arrivent à voir sa gentillesse derrière son physique ingrat. Un jour, à la suite d’une énième moquerie, elle s’enfuit dans les bois et plaint un pauvre crapaud qui est laid comme elle. Joie ! ce crapaud est en fait une fée qui lui propose d’exaucer un voeu. Morue souhaite alors la beauté. Grâce à la fée, Morue est alors perçue par tout ceux qui la voient comme la plus belle femme du monde, d’une beauté inégalable… mais cet atout va vite se retourner contre elle, suscitant envie et jalousie.

Beauté est une bande dessinée en trois volumes de Kerascoët et Hubert. Les auteurs prennent un malin plaisir à détourner les figures classiques des contes de fées pour en faire une histoire caustique et cruelle. On rit de la bêtise, de la naïveté et l’orgueil de Morue devenue Beauté qui devient horrible sans même sans rendre compte.

Les brumes de Sapa

Par défaut

Lolita a 22 ans, elle vit encore chez sa mère à Paris et se demande bien ce qu’elle va faire de son avenir. Sur un coup de tête elle part chercher un sens à sa vie au Vietnam, et après bien des périples elle se retrouve à Sapa, une ville au nord du pays. Elle y rencontre une jeune Hmong de 10 ans sa cadette, Lo Thi Gom. Elle reviendra la voir chaque année, profitant à chaque fois de cette fuite pour mettre entre parenthèses ses problèmes et ses questionnements et retrouver Lo Thi Gom un peu plus changée à chaque voyage.

Lolita Séchan signe un très beau livre, où deux personnes très différentes (culture, âge …) et qui se voient peu, tissent une solide amitié. Lolita raconte aussi les différentes étapes du passage à l’âge adulte : les siennes et en écho celles que va vivre Lo Thi Gom. Une jolie bande dessinée, très touchante.