Archives d’Auteur: BishopSuzy

Nous les menteurs

Par défaut

Dans la famille Sinclair on est beau, riche, sportifs, intelligents… la crème de la crème. Et rien ne doit troubler cette image si lisse et parfaite. Il faut ravaler ses sentiments, ses rancoeurs, même ses envies si elles ne collent pas avec la volonté de Harris Sinclair le patriarche tout puissant.

L’été, ses trois filles et leurs enfants débarquent à Beechwood, leur ile au large du cap Cod. Cadence, l’ainée des petits enfants se fait une joie chaque année de retrouver ses cousins Mirren et Johnny, et Gat, la pièce rapportée, neveu du nouveau compagnon de sa tante Carrie. Chaque famille à sa propre maison, des domestiques sont là pour assurer de délicieux repas entre les baignades et les promenades…bref un paradis pour gens fortunés. Mais petit à petit les non-dits remontent à la surface et le vernis commence à se craqueler. Cadence manque de se noyer lors de ses 15 ans, et si elle ressort vivante de cet accident, sa mémoire a effacé une partie de cet été là…

Un roman qui a déjà 3 ans et que je n’avais pas encore lu ! Je me suis laissée embarquer à Beechwood, dans cette atmosphère étouffante pour voir les dessous de cette famille si parfaite. Un roman qu’on ne repose qu’une fois terminé !

Publicités

Connexion immédiate

Par défaut

Penny va quitter le lycée pour l’université. Nouvelle ville, nouveau départ loin de sa mère envahissante, de son petit ami insipide au possible… Penny est bizarre, elle ne rentre pas dans le moule et ne souhaite pas y rentrer. Elle se pose beaucoup trop de questions par rapport à ses camarades, et est un peu nerd sur les bords.

Sam travaille dans un café. Il y vit aussi car il est sans domicile. Il a vingt ans, une mère alcoolique et accro au téléachat et pas d’avenir devant lui. Il vit au jour le jour en essayant d’oublier son ex petite amie…

Vous vous en doutez le chemin de Penny va croiser celui de Sam…

Un roman young adult qui ressemble à beaucoup d’autres… Il n’est pas déplaisant à lire, mais les personnages secondaires sont très peu travaillés, ce qui fait que tout tourne autour de Sam et Penny, rendant le tout parfois un peu longuet. Il y a des thèmes intéressants abordés notamment celui de la pauvreté.

Un livre pour l’été, pas prise de tête mais qui du coup s’oublie vite une fois refermé.

La courte histoire de la fille d’à côté

Par défaut

Matt et Tabby sont voisins depuis leur plus jeune âge. Ils ont fait les 400 coups ensemble, n’ont jamais passé Noël, Halloween ou Thanksgiving l’un sans l’autre. Au lycée, Matt sent que Tabby s’éloigne un peu de lui, notamment pour passer du temps avec le beau Liam : sportif, star du lycée… C’est dur à vivre pour Matt, qui ne pense qu’à une chose : avouer à Tabby que ses sentiments pour elle ont évolué… Mais la peur de gâcher leur amitié lui fait retenir ses mots, il continue donc sa vie avec Tabby comme avant, en essayant de contenir sa jalousie pour Liam. Mais il n’est pas aidé par son cynisme et sa petite voix dans sa tête qui le mettent dans des situations impossibles…

Si la première partie du livre est assez classique, l’histoire d’un premier amour, une amitié très forte entre une fille et un garçon, le loser contre le beau gosse qui réussit tout… La seconde partie est plus intéressante, notamment sur la gestion de la jalousie, la culpabilité… Difficile d’en dire plus sans spoiler l’histoire ! Le personnage de Matt est intéressant car il est loin d’être parfait, agissant parfois même comme une tête à claque. Au final, plutôt une bonne surprise !

La guide du mauvais père

Par défaut

 

Guy Delisle, auteur de BD connu pour ses chroniques sur le quotidien dans différents pays (Chroniques Birmanes, Chroniques de Jérusalem, Pyongyang...) a publié ces 5 dernières années Le guide du mauvais père (4 tomes).

Il raconte à travers de courtes histoires avec un graphisme très épuré des anecdotes du quotidien de papa : que ça soit la petite souris qui oublie de passer, un arbre qui peut pousser dans l’estomac si on mange un pépin ou le père qui défie son fils aux jeux vidéos alors que celui-ci fait ses devoirs, c’est souvent très drôle !

Le  quatrième tome sera probablement le dernier, ses enfants sont grands maintenant !

 

Une partie des histoires est publiée sur son blog.

 

On les aura !

Par défaut

On les aura ! Carnet de guerre d’un poilu (août, septembre 1914) par Barroux

Barroux, auteur-illustrateur, trouve en marchant dans Paris un carnet au milieu d’autres choses sorties d’une cave d’un immeuble. Celui-ci a appartenu à un poilu, qui tient son journal pendant deux mois. Il raconte le tout début de la guerre, lorsque l’on pensait qu’elle ne durerait pas. Malgré l’espoir de cette promesse d’une courte durée on retrouve rapidement la tristesse d’abandonner sa famille, son inquiétude face au manque de nouvelles de ses proches… Il raconte les gens qui les acclament sur les quais de gare, le courage des débuts, puis rapidement les pieds en sang, la fatigue, la quête de nourriture toujours un peu plus difficile et la peur. Le journal s’arrête deux mois après son commencement, et sans le nom de son auteur Barroux ne sait rien de cet homme.

Barroux illustre sobrement ce récit, avec un trait charbonneux. Le livre permet au lecteur de vivre les premiers mois de cette guerre aux côtés d’un homme normal qui raconte son quotidien en quelques mots : sobre, dépouillé. Et glaçant car nous savons dans quelle guerre se lancent tous ces hommes.

Chamour

Par défaut

Chamour est un très bel album d’Emilie Vast, dans lequel elle rend hommage à sa chatte. Dans un texte au passé, Emilie Vast raconte la vie de Chamour qu’elle a vu naître jusqu’à sa mort. Elle y décrit ses petits habitudes, les bonnes comme les mauvaises. Un texte court mais remplit d’émotion, dans lequel les propriétaires de chat se reconnaîtront.

Max Winson

Par défaut

 

Après la lecture de La saga de Grimr  j’ai eu envie de lire d’autres ouvrages de Jérémie Moreau. Je me suis donc plongée dans Max Winson, roman graphique en deux tomes.

Max Winson est un prodige du tennis, jamais vaincu, il lamine tous ses adversaires inlassablement et avec un calme olympien. Il est devenu l’idole des foules, où petits et grands s’arrachent le merchandising à son effigie. Mais tout cela ne semble lui faire aucun effet, avec son air perpétuellement dans la lune. Derrière sa brillante carrière sportive, son père… l’homme lui fait vivre un enfer, critiquant les rares balles ratées et le soumettant à un entrainement impitoyable. Mais celui-ci a des soucis de santé et un nouvel entraineur arrive, remettant en perspective la vision de la vie et du jeu de Winson…

Un roman graphique où l’auteur caricature à l’excès le monde du sport, la célébrité, la soif d’argent et de pouvoir avec un personnage lunaire, conditionné pour gagner, qui ne se rend pas compte de tout ce qui en découle.