Archives d’Auteur: moustik

Tenir jusqu’à l’aube – Carole Fives – Collection L’arbalète/ Gallimard

Par défaut

Carole Fives écrit  pour les ados et adultes .

Ce dernier roman nous amène dans la vie d’une mère célibataire et son jeune garçon.

Elle est surprotectrice, l’enfant est vampirique. Ces deux personnages vivent l’un sur l’autre et le seul moyen, pour la mère,  de ne pas étouffer, c’est de s’échapper quelques minutes, puis quelques heures, la nuit dans les rues de Lyon.

Parfois elle fait le bilan : sa vie de femme est oubliée, son travail de graphiste free-lance supplanté par le quotidien. Elle s’enfonce mais résiste… encore pour longtemps?

Très beau texte qui parle de l’intimité de ces femmes qui assument seules l’éducation et l’avenir de leurs enfants.

A la bfm

 

 

Publicités

METO – T1 – La maison –

Par défaut

 

Premier tome de la B-D qui reprend la série éponyme d’Yves Grevet parue aux éditions Syros.

scénario : Lylian – dessin : Nesmo.

64 garçons sont recueillis dans un bâtiment duquel ils ne pourront sortir que lorsqu’ils deviendront adultes. Tous sont sous la surveillance des « César ».

 

« Qui sont-ils réellement? Aucun ne s’en souvient vraiment. A quoi ressemble la vie dehors? Personne n’en a une idée précise. .. Enfermés, coupés de tout, les garçons suivent chaque jour le même programme. Mêmes vêtements, mêmes horaires, même routine qui se répète à l’infini. »

 

Les enfants possèdent une ceinture:  bleue pour les plus jeunes, rouge pour les adolescents et lorsque le ruban craque : ils disparaissent.

Repartent-ils dans le monde extérieur, sont-ils tués? Personne ne sait.

Ce qui est certain c’est que les questions sont interdites, la rébellion est punie par un séjour en chambre froide. C’est ce qui arrive à Méto lorsque Crassus, l’enfant qu’il doit initier, trouve un passage secret. Considéré comme responsable, Méto part au frigo et rencontre Romulus, une sorte d’âme perdue de la « Maison ». Leur conversation sème le doute dans sa tête. Méto veut savoir ce qui arrive après …Pourquoi n’a–t-il aucun souvenir?

Et là : Horreur.

La suite au prochain tome (a priori le 27 mars 2019)

A la Bfm

 

Un jeu, un conte et au dodo

Par défaut

Le 19 janvier c’est le moment de venir au clair de lune dans vos bibliothèques municipales ou universitaires, librairies ou d’autres lieux pour partager un moment de lecture mais pas que !

Par exemple, une nuit à la Bfm de Limoges c’est :
– une ouverture exceptionnelle de 18h à minuit
– balade contée
– projections
– jeu d’enquête
– impromptus lyriques
– karaoké théâtral
– jeux
– théâtre d’ombre
– visites des coulisses
– un gros dodo
On vous attend aussi ailleurs : Nexon, Eymoutiers, Condat/Vienne … Avec ou sans réservation.

Mes nuits à la caravane – Sylvie Deshors

Par défaut

Lucile a perdu sa mère et depuis vit seule avec un père qui dérive.

Cette situation est si lourde qu’elle décide d’emménager dans la caravane où sa mère venait peindre.

Ben, Léna et Djoul sont là pour l’aider, quant à son père, il reste mutique.

Reste dans l’ombre la raison pour laquelle le restaurant de ses parents a brûlé il y a quelques années, tragédie qui a définitivement fait tomber son père dans l’alcoolisme.

Lucile va faire sa petite enquête et découvrir la jeunesse de ses parents.

Génial roman où l’on découvre l’amitié, la vie d’adolescents à la campagne… Bellac : 4000 habitants, la foi en l’avenir, la conquête de l’indépendance.

Une belle bande de copains, solidaires et qui croquent la vie : ça fait du bien !

 

A la Bfm .

UENO PARK -Antoine Dole – Actes sud junior

Par défaut

8 nouvelles qui nous font rencontrer Ayumi, Sora, Fuko, Natsuki, Haruto, Daïsuké, Aïri, Nozomu au moment de l’Hanami ( floraison des cerisiers) dans Ueno park à Tokyo.

Ils vont essayer de trouver une réponse à la question :    

         « Comment être libre quand tout semble écrit? »

Par la mort? par l’isolement? par le jeu? par l’ironie?

Chaque ligne est un moment d’introspection, de réflexion sur leur vie et leur avenir et surtout un constat sur l’individu dans une société japonaise codifiée.

Ayumi est une jeune fille qui pendant deux ans – 3 mois et 29 jours s’est enfermée dans sa chambre sans plus aucun contact avec « les autres ».

« Même si je ne suis plus tout à fait vivante. Je suis interrompue…J’avais renoncé … aux rêves qu’ils (ses parents) formulaient à ma place. Je n’étais pas celle qu’ils attendaient. Pas celle qui pourrait répondre à leurs souhaits. Pas celle qui les rendrait fiers. Je n’étais plus leur fille. Alors tout à coup je n’étais personne. » …

Mais elle retrouve la fleur de cerisier qu’elle avait conservé après la mort de son grand-père. L’émotion l’a submerge, le souvenir la frappe. Elle sort pour essayer de retrouver un morceau d’elle qui existe encore, pour renaître.

Chaque personnage est émouvant dans sa fragilité mais subsiste  la flamme de l’espoir celle qui peut ranimer une vie.

 

Fans d’Antoine Dole vous ne seraient pas déçu.

Domo arigato gozaimasu pour cette belle lecture !

Maëlle Guillaud – Une famille très française – Editions Héloïse dOrmesson

Par défaut

Il est de ces livres qu’on a envie de faire partager. Ce roman est de ceux-là. Vous ne le trouverez pas sur les étagères de la littérature ado, il faudra chercher au rayon adulte…

C’est l’année du bac pour Charlotte et sa meilleure amie Jane. Quel drôle de duo que ces deux filles. Charlotte est réservée, timide et introvertie. Jane tout le contraire, si belle, si blonde si à l’aise.

Charlotte vit dans une famille aimante et passionnée : Une mère juive qui a laissé de côté la religion pour que sa fille puisse être « comme les autres », un père docteur, une grand-mère judéo-marocaine au grand coeur.

Mais l’adolescente, en rencontrant la famille de Jane, très « comme il faut » va soudain avoir honte des siens. Elle va essayer de se gommer pour devenir une copie des Duchenais. Hélas elle découvre petit à petit que l’image ne cadre pas avec la réalité : Bernard Duchenais le père : l’ogre! le carnassier! L’épouse: Marie-Christine parfaite dans son rôle de pot de fleurs, le beau Gabriel … Et Jane !

Finalement ils sont comme les bonbons Harry Potter : beaux à l’extérieur et écoeurant à l’intérieur.

Charlotte va douter, souffrir, grandir, se libérer.

A la bfm