Archives de Catégorie: Album ADO

On les aura !

Par défaut

On les aura ! Carnet de guerre d’un poilu (août, septembre 1914) par Barroux

Barroux, auteur-illustrateur, trouve en marchant dans Paris un carnet au milieu d’autres choses sorties d’une cave d’un immeuble. Celui-ci a appartenu à un poilu, qui tient son journal pendant deux mois. Il raconte le tout début de la guerre, lorsque l’on pensait qu’elle ne durerait pas. Malgré l’espoir de cette promesse d’une courte durée on retrouve rapidement la tristesse d’abandonner sa famille, son inquiétude face au manque de nouvelles de ses proches… Il raconte les gens qui les acclament sur les quais de gare, le courage des débuts, puis rapidement les pieds en sang, la fatigue, la quête de nourriture toujours un peu plus difficile et la peur. Le journal s’arrête deux mois après son commencement, et sans le nom de son auteur Barroux ne sait rien de cet homme.

Barroux illustre sobrement ce récit, avec un trait charbonneux. Le livre permet au lecteur de vivre les premiers mois de cette guerre aux côtés d’un homme normal qui raconte son quotidien en quelques mots : sobre, dépouillé. Et glaçant car nous savons dans quelle guerre se lancent tous ces hommes.

Publicités

Coeur de bois

Par défaut

Cœur de bois

de Henri Meunier et Régis Lejonc

Une église, quelques maisons écrasées par un ciel plombé. Il fait froid et l’on devine les habitants repliés dans la chaleur de leurs maisons.

Dans l’une d’elles, Aurore se prépare. Nous l’apercevons de dos et c’est le miroir qui nous envoie le reflet de cette femme .

Elle se regarde, sûre d’elle .

Qui est-elle? avec son béret noir, elle ressemble à Bonnie Parker. Elle est mystérieuse et séduisante, peut être dangereuse. Est-ce une belle espionne ? une actrice ? Une femme en fuite qui reprend sa respiration après une course sans fin ?

Elle a rendez-vous .

Elle gare sa petite voiture rouge à l’orée des grands bois noirs figés par le froid et disparaît entre les troncs . Elle marche, le ruban du paquet d’un carton de pâtissier passé à son bras. Elle a pensé à acheter une galette car oui, elle est attendue et c’est à l’évidence un moment heureux, elle a le sourire aux lèvres, elle avance sans peur.

Nous nous étions donc trompés, tout va bien, elle rejoint des amis, une personne aimée peut-être .

Mais une maison apparaît, sombre, délabrée.

Aurore entre, interpelle le locataire inconnu, fait un peu de ménage, prépare le goûter. Il y a comme une étrange familiarité entre désinvolture et mépris . Enfin, il apparaît : surprise, c’est le monstre, le grand prédateur mais il n’est plus que le roi déchu de la fable.

 »  Aujourd’hui vous êtes seul, et je ne le suis pas. Vous êtes malheureux, et je ne le suis pas. Vous êtes fragile, et je ne le suis plus. Vous m’avez dévorée hier. Je viens me promener avec vous aujourd’hui. C’est que j’aime profondément la foret, l’odeur du sous-bois, le soupir des arbres, le vol fou des geais. Vous ne m’avez pas pris cela. J’ai des lendemains radieux.

Je vous rends visite parce que je suis là. Debout. Malgré vous. Je veux croire qu’il est possible de devenir grand sans devenir méchant. Et je prends soin de vous pour le croire toujours.

Je veux être forte pour pouvoir aimer. »

Même vous. »

On sait tous ce qui est arrivé au petit chaperon rouge, et chaque lecteur abordera ce livre avec une analyse et une sensibilité particulière mais ce sont là, les paroles d’une survivante à son bourreau, les paroles d’une femme qui a subi et s’est relevée et qui enfin peut, parce qu’elle le décide, côtoyer celui qui un jour a voulu la soumettre.

C’est un album absolument superbe, il y a cette évidente connivence entre le texte et les illustrations. C’est beau, subtil, magnifique. Merci aux auteurs !

Chamour

Par défaut

Chamour est un très bel album d’Emilie Vast, dans lequel elle rend hommage à sa chatte. Dans un texte au passé, Emilie Vast raconte la vie de Chamour qu’elle a vu naître jusqu’à sa mort. Elle y décrit ses petits habitudes, les bonnes comme les mauvaises. Un texte court mais remplit d’émotion, dans lequel les propriétaires de chat se reconnaîtront.

« Le ventre est encore fécond… »

Par défaut

Peu nous importe que cette phrase : « le ventre est encore fécond d’où a surgi la chose immonde » soit ou non la traduction littérale de la phrase de Bertold Brecht dans sa pièce « La résistible ascension d’Arturo Ui », elle est claire et reste – hélas – d’actualité.

D’ailleurs l’épilogue complet dit :

« Vous, apprenez à voir, au lieu de regarder

Bêtement. Agissez au lieu de bavarder.

Voilà ce qui a failli dominer une fois le monde.

Les peuples ont fini par avoir raison.

Mais nul ne doit chanter victoire hors de saison :

Le ventre est encore fécond, d’où a surgi la chose immonde. » (Texte français d’Armand Jacob – Collection du Répertoire TNP/ L’Arche, 1959)

Lorsque Brecht écrit cette pièce en 1941, il pense que l’ascension d’Hitler aurait pu être évitée (« la résistible » ascension), mais il ne sait pas encore quelle dramatique extension cela va prendre dans toute l’Europe, jusqu’en 1945.

C’est d’une autre pièce de théâtre dont nous parle Adam JAROMIR , dans un livre illustré par Gabriela CICHOWSKA (aux éditions Des ronds dans l’O , 2017) :

« La dernière représentation de Mademoiselle Esther. Une histoire du ghetto de Varsovie »

Nous sommes en mai 1942, depuis le 16 novembre 1940, la communauté juive de Varsovie (en Pologne) est enfermée dans un ghetto. Parmi celle-ci, le Docteur KORCZAK qui dirige un orphelinat de deux cents enfants, sans moyens.

« Un vieil homme ouvre et m’annonce après m’avoir jaugé d’un coup d’oeil :

– Nous n’achetons rien.

Je souris, m’efforce de sourire.

-Il s’agit d’un orphelinat, d’une poignée d’enfants dont la vie et la santé sont en jeu… Vous pouvez aider. Avec un peu d’argent ou juste une indication…

-Des enfants…, répète-t-il, perdu dans ses pensées. Puis il disparaît dans l’obscurité et revient au bout d’un moment avec une petite pièce. Tout cela se répète. Dix à vingt fois par jour. Six fois par semaine, sauf le jour du Sabbat.

Le butin d’aujourd’hui : 50 zlotys et une promesse de 5 zlotys par mois. Pour nourrir deux cents personnes… »

Et pour les occuper jour après jour à l’intérieur de l’orphelinat, que faire ? Cours, lecture, bricolage, couture, écrire son journal, faire de la musique, cela ne suffit pas à faire reculer la faim, l’inquiétude, les souvenirs qui vous assaillent.

Alors un jour, mademoiselle Esther propose de jouer une pièce de théâtre écrite par Rabindranath Tagore, un conte des Indes, « Amal et la lettre du roi« .

« Le projet de mademoiselle Esther semble en bonne voie. Les enfants sont comme transformés. Les garçons jouent les menuisiers – j’entends le bruit de leurs marteaux -, les autres sont assis à table et font des fleurs en papier. En fermant les yeux et en entendant leurs voix joyeuses, on pourrait penser que la guerre n’était qu’un mauvais rêve. Et que nous sommes de nouveau dans notre salle à manger dans la rue Krochmalna en train de nous préparer pour la fête de Pourim. »

Trois semaines après la représentation du « Bureau de poste » de Tagore, l’orphelinat au complet est déporté à Treblinka où les 192 enfants, madame Stefa, le Docteur et leurs neufs collaborateurs seront immédiatement gazés. Mademoiselle Esther, quelques jours auparavant, avait déjà été victime d’une rafle de rue dans le cadre de « l’action de transfert » des Juifs du ghetto vers Treblinka, commencée le 22 juillet 1942.

Pendant ce temps et jusqu’à la mi-mai 1943 où Jürgen Stroop – chargé de détruire le ghetto et ses habitants – câblera à Himmler « Il n’y a plus de quartier juif à Varsovie », les archives du ghetto seront rassemblées, cachées puis enterrées en trois lots dont deux seront retrouvés en 1946 puis en 1950.

C’est à l’initiative d’un historien, Emanuel Ringelblum et du collectif qu’il avait réussi à réunir autour du projet de rassembler tous les témoignages de l’histoire de la population juive de Pologne et tout particulièrement celle emmurée dans le ghetto de Varsovie, que ces archives ont pu être sauvées.

Didier ZUILI le raconte dans une bande dessinée : « Varsovie Varsovie. Ils vont sauver les archives de l’oubli » éditée par Marabulles (Editions Marabout) en 2017.

Cette bande dessinée est un hommage à Emanuel Ringelblum, à son groupe Oyneg Shabbes et « à tous les résistants du quotidien ». Elle est complétée par un dossier historique de trois pages de Georges Bensoussan qui se clôt sur ce qu’avait écrit l’un de ces résistants, David Graber, âgé de 19 ans :

« Ce que  nous ne pouvions transmettre, nos cris, nos hurlements, nous l’avons enterré. J’aimerais vivre pour voir le jour où cet immense trésor sera découvert et fera éclater la vérité à la face du monde. Ainsi, le monde saura tout. Ainsi, ceux qui ne l’ont pas vécu pourront se rendre compte de la chance qu’ils ont eue, tandis que nous serons comme des vétérans, la poitrine ornée de médailles. Puisse ce trésor tomber dans de bonnes mains, puisse-t-il se conserver jusqu’à des jours meilleurs, pour alerter le monde de ce qui a été connu et commis au XXe siècle.« 

En 1999 ces archives ont été inscrites au Registre Mémoire du Monde de l’UNESCO.

« Coeur de bois »

Par défaut

C’est toujours étonnant de voir combien certains contes classiques ne cessent d’inspirer auteurs et – surtout – illustrateurs.

2017 n’y échappe pas qui voit réédités comme chaque année force contes traditionnels illustrés de papiers découpés, transformés en pop up, etc. ou, malheureusement, lamentablement édulcorés.

Avec « Coeur de bois » (éditions Notari, 2016), il s’agit de tout autre chose…

Même si cette petite voiture rouge qui s’engage sur la route enneigée au milieu des bois nous fait immanquablement penser à lui, aux premières images nous comprenons qu’il ne va pas s’agir de la ènième version du « Petit chaperon rouge ». Enfin, si… Mais pas tout à fait !

La jeune femme qui conduit a des airs de Bonnie Parker (pas besoin d’être né en 1967 : « Bonnie and Clyde » d’Arthur Penn, ça vous dit bien quelque chose ? Faye Dunaway ?) ressuscitée.

On imagine alors la violence potentielle de cette nouvelle version, mais on se trompe encore.

Henri MEUNIER et Régis LEJONC ont imaginé une espèce de « suite » au conte où ni le Petit chaperon rouge ni le loup ne seraient morts. Mais où, en plus, ils se reverraient.

Une histoire de résilience, donc ?

Un peu…

A vous de voir.

Personnellement cet album m’a posé beaucoup de questions. A la première lecture, j’étais très impressionnée, j’avais couru haletante jusqu’à la dernière page et mon étonnement était aussi profond que la forêt de Régis Lejonc. A la deuxième lecture, j’ai pris le temps de remarquer les clins d’oeil à d’autres contes, mais aussi certaines incohérences du texte et au final j’étais plutôt révoltée par le tour qu’avait pris l’histoire. J’ai attendu quelques jours pour reprendre le livre, pénétrer les illustrations, relire le texte posément, réfléchir…

« Je ne vous ai rien pardonné », souffla Aurore.

« Je suis désolé », bougonna le vieillard impotent.

« Je n’ai pas besoin d’excuses non plus », ajouta-t-elle en admirant la chute hasardeuse d’un premier flocon.

Aujourd’hui vous êtes seul, et je ne le suis pas. Vous êtes malheureux, et je ne le suis pas. Vous êtes fragile, et je ne le suis plus. Vous m’avez dévorée hier. Je viens me promener avec vous aujourd’hui. C’est que j’aime profondément la forêt, l’odeur du sous-bois, le soupir des arbres, le vol fou des geais. Vous ne m’avez pas pris cela. J’ai les lendemains radieux. »

Je voudrais être convaincue.

C’est cependant un livre à lire, absolument.  Justement pour toutes les questions qu’il soulève.

 

 

Sans papiers

Par défaut

Sans papiers

de Rascal, Cendrine Genin, Jean-François Martin

aux Éditions Âne bâté

 » Maman a été tuée le premier jour de la guerre. »

Un pays qui sombre dans le chaos, la mort qui décime, la peur et un père qui veut sauver sa fille.

Que faire ?

Fuir bien sûr .

Vers un eldorado aléatoire, mais l’espoir est là et tout plutôt que le bruit des bombes et les cadavres qui jonchent les rues.

Alors la France, patrie des droits de l’homme, et Paris le ville lumière attirent comme un phare.

Mais les lumières ne brillent pas pour tout le monde, il faut des Papiers, de ceux qui vont vous permettre d’exister aux yeux de tous.

Ceux qui ne les obtiennent pas sont condamnés au silence, à l’invisibilité.

Car des voix s’élèvent : ils sont trop nombreux, on n’est pas là pour accueillir toute la misère du monde etc, etc.

Bien sur, et si vos enfants avaient faim, si leurs vies ne tenaient qu’à un fil que feriez vous ?

La vie reprend petit à petit : l’école, de nouveaux amis, un pays tout entier à découvrir, à s’approprier peut-être, puis un jour…

 » Je regarde Paris s’effacer jusqu’à Orly.

La sirène de police hurle tout ce que je ne peux pas.

L’avion est en bout de piste.

Prêt à décoller.

Ils nous attend.  »

Un album magnifique ou les illustrations répondent à la sobriété du texte.

Des silhouettes découpées sur la grisaille, un carré de lumière qui dit la chaleur d’un foyer, un bout de jupe comme un soleil puis un avion qui déchire le ciel vers on ne sait quelle destination.

Superbe.

L’incroyable histoire de l’orchestre recyclé – Albin Michel jeunesse

Par défaut

Je savais que Michel Piquemal était un auteur talentueux. A chacun de ses titres il nous offre un petit moment d’humanité.

Dans cet album, il retrace l’histoire vraie de Favio Chavez qui, avec la musique, a redonné un peu d’espoir dans les bidonvilles du Paraguay.

« Il avait une baguette magique. Non! une baguette de chef d’orchestre. Favio pensait que seule la musique pourrait redonner le sens de la beauté à tous ces enfants qui traînaient au milieu des déchets. « 

L’illustration de Lionel le Néouanic avec ses breloques, ses « trucs et ses machins » vibre en parallèle à ces personnages qui vont fabriquer des instruments avec des matériaux trouvés dans les poubelles.

Une « école de musique » naît à Cateura et ces petits musiciens Andres, Calos, Sofia, José… auront l’occasion de faire un concert.

Cet orchestre existe et il se nomme :

Orquesta de instrumentos reciclados de Cateura.

Album que vous trouverez à  la bfm