Archives de Catégorie: Roman

Emmurées

Par défaut

 

 Emmurées d’Alex Bell chez Milan

 »  Les fille jouaient encore avec les poupées Frozen Charlotte.

– Qu’êtes vous en train de faire ? demanda la directrice .

Les élèves levèrent la tête vers elle.

– Nous organisons un enterrement pour les Frozen Charlotte, mademoiselle Grayson.

– Arrêtez immédiatement, ordonna l’enseignante. Je n’ai jamais rien entendu de si macabre.

– Mais, mademoiselle Grayson, répondit l’une des jeunes filles, elles aiment être mortes. C’est elles qui nous l’ont dit. »

Jay, le meilleur ami de Sophie a téléchargé une planche Ouija sur son téléphone portable. La planche Ouija est sensée correspondre avec l’au delà : il faut lui poser des questions précises et un curseur se déplace sur l’alphabet.

Bien qu’ils soient dans l’environnement rassurant d’un bar, à manger des frites, la planche, à la grande surprise et à l’effroi de Jay et Sophie répond. Elle dit être Rebecca Craig, cousine de Sophie, accessoirement décédée depuis quelques années. Jay ayant la mauvaise idée de demander la date de sa mort, la planche lui révèle qu’il va mourir le lendemain ce qu’il ne manque pas de faire en tombant dans le canal .

Sophie inconsolable est envoyée changer d’air en Ecosse chez son oncle. Elle a trois cousins : Piper, Cameron et Lilia.

Des son arrivée elle ne se sent pas à sa place, si Piper l’accueille chaleureusement, Cameron est détestable. Il est vrai que pianiste virtuose il a eu la main brûlée dans un mystérieux incendie et ne peut plus depuis, exercer son art. Quant à Lilia une bonne thérapie ne serait pas de trop !!!

Mais de curieuses poupées hantent la maison.

«  Tout à coup, quelque chose me mordit l’intérieur de la bouche. Fort. Je sentis des petites dents aiguisées qui n’étaient pas les miennes se planter dans ma joue. Ma chair se déchira et je sentis le gout du sang sur ma langue.

Je plongeai mes doigts dans ma bouche, attrapai la chose qui m’avait mordue .

C’était une des poupées, dont la peau de porcelaine blanche était couverte de sang. »

A ce moment précis toute personne normalement constituée prend un billet pour Nexon et se planque dans le wagon jusqu’au terminus.

Mais Sophie s’entête, il y a des fantômes, du sang, des larmes, c’est gore, j’adore !!!

Publicités

Boys don’t cry de Malorie Blackman

Par défaut

« J’ai fixé Mélanie.

Elle n’avait pas 17 ans. Comment avait-elle pu être assez stupide pour tomber enceinte? Elle n’avait jamais entendu parler de la pilule ?

-Dante tu m’écoute ?

-Hein ?

J’essayais encore d’intégrer que Mélanie était mère quand elle a pris une grande respiration , puis une autre.

-Dante,c’est toi le père. Emma est ta fille.« 

 

Dante attend les résultats de ses examens avec impatience. Le courrier qui lui ouvrira les portes de l’université. De sa future vie.

Celle dont il a toujours rêvé.

Mais quand on sonne enfin à la porte, ce n’est pas le facteur , c’est Mélanie. Son ex-copine, dont il n’a plus entendu parler depuis des mois. Avec un bébé: le sien.

Le leur.

Être père à 17 ans? Il y a de quoi pleurer.

Mais les garçons ne pleurent jamais…

 

 

Un magnifique roman original car habituellement dans la littérature ce ne sont pas des garçons qui sont confrontés à cette situation. Il est aussi très bien écrit par Malorie Blackman (Entre chiens et loups) car il nous plonge dans la vision de deux personnages : le personnage principal Dante et son frère Adam.

Il y a plein de sujets abordés dans ce livre comme le passage de l’âge adolescent à l’âge adulte, l’amour, l’homosexualité et la vie de famille.

C’est un roman très émouvant avec des hauts et des bas dans la vie des personnages ce qui les rend attachants.

Je conseille ce roman à des adolescents ou à des adultes qui veulent ressentir beaucoup d’émotions fortes dans une histoire qui pourrait être vraie.

J’ai adoré ce livre pour plusieurs raisons: le style d’écriture avec la vision de deux personnages et l’histoire peu banale qui donne envie de terminer l’histoire d’un seul coup !

Rouille

Par défaut

Rouille de Floriane Soulas

chez Scrineo

Paris, 1897, Violante, surnommée Duchesse est une des prostituées vedettes des  » Jardins mécaniques  » maison close de luxe.

 » Elles débouchèrent dans le patio qui avait donné son nom à la maison close. Un jardin de cuivre et d’étains s’y épanouissaient sous un imposant chandelier de fer et de cristal. Ca et la, des arbres mécaniques bruissaient doucement tandis que des fleurs à rouages déployaient leurs corolles articulées, exhalant de subtiles senteurs artificielles. »

Elle a été trouvé errant dans la ville sans mémoire.

Paris est une ville, ou les plus aisés vivent sous le Dôme, ont leur résidence secondaire sur la lune, et ou les autres survivent dans les mécabourgs hantés par des bandes d’enfants abandonnés.

Bientôt enfants et prostituées disparaissent. On retrouve leurs corps affreusement mutilés.

 » La prostituée était recouverte de bleus et de contusions. Violante laissa son regard errer sur les moignons sanguinolents de ce qui avaient été les mains de Satine. Elle se fit violence pour détailler le visage abimé de son amie. A travers l’expression de douleur qui tordait sa bouche, Violante devina les trous laissés par ses dents manquantes, arrachées elles aussi.  »

Qui est responsable de cette débauche de sadisme ? y-a-t-il un lien avec l’apparition de la « rouille » cette drogue mystérieuse.

Duchesse dont le meilleure amie Satine fait partie des victimes décide de se lancer à la poursuite des assassins tout en essayant de retrouver des traces de son passé.

Miam, miam : excellent roman, saignant à point, avec un univers à la foi  glaçant et merveilleux.

A consommer sans modération !!!

Mémoire en eaux troubles – Joëlle Van Hee – éditions du Jasmin

Par défaut

Ce livre, lu par une belle journée ensoleillée, m’a fait pleuré.

L’auteure évoque la relation tendre d’un grand-père atteint de la maladie d’Alzheimer et son petit-fils Antonin.

Jour après jour l’adolescent vient le voir à l’hôpital, d’abord contraint puis avec plaisir.

« Pourquoi est-ce si difficile d’avouer que je sens que Papy nous quitte su le fil de sa mémoire émoussée et que j’ai envie de profiter de ses derniers instants de lucidité funambule?… Lui non plus n’aurait pas voulu finir comme il est en train de finir… Il aurait détesté le mec qu’il est en train de devenir »

Il y fait la connaissance  d’autres « Schmouls » : Popeye, le Doux Gentleman, le Teigneux, Madame Pata… Ils les aiment bien.

Et puis un jour c’est le délire : une Maria Debruyne surgit de la tête du grand-père et une expression apeurée dans sa bouche : « les oiseaux saignent de peur « .

Antonin remonte le fil de l’histoire du patriarche et échange avec lui lors des moments de lucidité. Sa recherche commence mais a-t-il vraiment envie de connaître la vérité?

Quel était son rôle pendant la guerre, le jeune homme va-t-il pouvoir apaiser le tourment de son papy avant la fin?

Joëlle Van Hee nous raconte la peur qu’évoque cette maladie, l’angoisse de se retrouver seul face à ses démons avec une écriture émouvante.

« Devenir poisson, c’est se souvenir qu’on était libre quand on était oiseau. C’est le regarder, cet oiseau, et ressentir encore l’ivresse de quand on déployait les bras pour glisser sur les ailes du vent. Etre poisson, c’est être incapable de hurler son impuissance liquide… »

 

Heureusement que le chien, lui, est un type bien – Lorenza Ghinelli – Editions Thierry Magnier

Par défaut

 

Roman italien qui traite de l’adolescence, du divorce, du harcèlement, de la violence familiale, de la confiance en soi, de l’amour et des pizzas. La vie quoi!

Texte choral dans lequel chaque moment est vécu à travers plusieurs protagonistes. L’écriture est vive, sensible et remplie d’humour.

Massimo est un grand ado de 14 ans qui se fait harceler par Vito qui l’a surnommé Minimo. Et les moqueries du coup vont bon-train au collège. Pourquoi lui ? heureusement que Filippo et sa grand-mère sont là. Et puis il y a Céleste, sa super copine : «  Elles est amie avec Massimo et ce nerd de Filippo, les moins cool de tout le collège. Ils forment un drôle de trio, entre inadaptés ils se sont bien trouvés. Céleste est canon mais elle est plate comme une planche de surf. Et au lieu de valoriser ce qu’elle a, elle s’obstine à se fringuer comme un mec; ça me rend folle » – Stéfania/ boulimique mal dans sa peau à cause de sa mère et amoureuse de Vito.

Mais finalement, Massimo, en se rebellant, va découvrir le terrible secret de Vito.

A la bfm de Limoges

 

La randonnée – Christophe Léon – Editions Thierry Magnier

Par défaut

 

5 adolescents s’en vont avec leur éducateur pour une randonnée de quelques jours. Au programme : marcher sans téléphone, camper à la dure en pleine montagne.

Après les noms d’oiseaux d’usage pour se faire respecter, le groupe s’enfonce dans la forêt.

Au fil de la lecture on attrape des petits bouts d’histoires de ces enfants qui racontent leur fragilité, leurs blessures. Se cogner au silence des Pyrénées et à la rudesse du paysage les obligent à se dépasser et être solidaires.

Une nuit Lukas et Damien entendent un bruit inquiétant. Puis c’est une forme fugitive qui glisse à travers les arbustes… des coups de feu? Une angoisse se diffuse, un suspense s’installe… Est-ce la nature ou l’homme qui sera le plus sauvage?

Mais vous êtes bien coquin Monsieur Léon d’avoir écrit une fin si mystérieuse! On peine pour les personnages, on espère pour eux. Diaboliquement bon !

 

A la bfm

Christophe Léon

Blog de l’auteur

 

 

 

Coup de foudre à Pékin – Chloé Cattelain – Editions Thierry Magnier

Par défaut

 

Chloé Cattelain est une aventurière sans en avoir l’air :

Elle obtient son bac et décide de partir étudier le mandarin en Chine. Elle trouve des petits boulots à Shanghai et découvre la vie tumultueuse des grandes mégalopoles. Elle voyage dans la campagne chinoise, franchit les cinq montagnes sacrées.

A l’heure actuelle elle est revenue sur les terres gauloises.

« Coup de foudre à Pékin » est une très romantique entrée en matière si vous voulez découvrir la culture chinoise, l’éducation des adolescents si éloignée de nos coutumes.

Clémence part avec sa mère mutée à Pékin. Elles laissent frère et père.

La jeune fille débarque dans son lycée et va devoir se plier au rythme des cours, des séances de gymnastique, de la rigueur des professeurs.

Heureusement il y a les fous rires avec son amie Li-Mei, fille de hauts dirigeants véreux, l’amour avec Yonggui et une vision poétique de la Chine avec Madame Zhou professeure rebelle et subversive.

 

Pour faire écho à ce texte, un film-documentaire poignant  du réalisateur Lixin Fan – Le dernier train » qui en dit long sur la condition des ouvriers en Chine, de la famille, et.. de l’adolescence.