Archives de Catégorie: Uncategorized

Maëlle Guillaud – Une famille très française – Editions Héloïse dOrmesson

Par défaut

Il est de ces livres qu’on a envie de faire partager. Ce roman est de ceux-là. Vous ne le trouverez pas sur les étagères de la littérature ado, il faudra chercher au rayon adulte…

C’est l’année du bac pour Charlotte et sa meilleure amie Jane. Quel drôle de duo que ces deux filles. Charlotte est réservée, timide et introvertie. Jane tout le contraire, si belle, si blonde si à l’aise.

Charlotte vit dans une famille aimante et passionnée : Une mère juive qui a laissé de côté la religion pour que sa fille puisse être « comme les autres », un père docteur, une grand-mère judéo-marocaine au grand coeur.

Mais l’adolescente, en rencontrant la famille de Jane, très « comme il faut » va soudain avoir honte des siens. Elle va essayer de se gommer pour devenir une copie des Duchenais. Hélas elle découvre petit à petit que l’image ne cadre pas avec la réalité : Bernard Duchenais le père : l’ogre! le carnassier! L’épouse: Marie-Christine parfaite dans son rôle de pot de fleurs, le beau Gabriel … Et Jane !

Finalement ils sont comme les bonbons Harry Potter : beaux à l’extérieur et écoeurant à l’intérieur.

Charlotte va douter, souffrir, grandir, se libérer.

A la bfm

Publicités

Un obus dans le coeur – Wajdi Mouawad – Acte sud junior

Par défaut

La mère de Wahab va mourir. Sur le chemin de l’hôpital, il repense à sa relation avec elle. Les épisodes douleureux de sa vie : attentat, cancer. La colère contre l’injustice, la fatalité, la peine, les regrets, s’imisce en lui .

Et que reste-t-il à la fin ?  Une magnifique ode à la relation mère-enfant.

« J’aurai voulu te connaître, mais trop de peurs nous ont séparé. Tu resteras désormais au coeur de toutes mes couleurs ».

Poignant, percutant, émouvant.

Un obus dans le coeur est une commande du théâtre de Sartrouville et tiré du roman de Wajdi Mouawad Visage retrouvé

La Miss – Frank Andriat et André-Paul Duchâteau – Editions Mijade

Par défaut

 

Clément-14ans-et Alice-7ans- viennent d’emménager avec leur mère Bérénice à Valanpont.

Jolie maison, sympathiques propriétaires, tout serait merveilleux si Bérénice n’était pas si borderline. On pourrait la diagnostiquer « adulescent »: incapable d’assumer ses responsabilités, rêvant de devenir miss, mais avec un coeur « gros comme ça ».

« Bérénice fait ce qu’elle peut avec qui elle est. Depuis qu’elle a quitté son mari, elle doit gérer son quotidien et c’est difficile pour elle. Souvent elle est perdue et elle commet pas mal de bourdes »

Dans le village de nombreux vols sont commis et tous les gens bien pensant vont commencer à accuser Bérénice et ses copains louches. La situation explose dans la tête de Clément quand l’huissier vient frapper à leur porte.

Heureusement Jacques et Lucille seront là pour aider cette famille atypique.

 

 

La première fois – Agnès de Lestrade – Editions Talents hauts

Par défaut

62 pages qui racontent ce qui se passe dans la tête de Rose, quand elle croit être enceinte.

Ses vacances en Corse, la rencontre avec Paolo, le coup de foudre, joues rouges, palpitations, excitation : bonheur. Les premiers moments d’échanges, de rire et … la première fois.

Une jolie histoire d’amour avec son insouciance … et les conséquences.

 

 

Gloria – Martine Pouchain – Editions Sarbacane

Par défaut

 

Un roman émouvant dans lequel Gloria,  va grandir entre chagrins et désespoirs et pourtant, au bord de la falaise, retrouvera toujours une flamme, une énergie vitale.

1/ On choisit pas sa famille.

« Comment lutter avec la perfection glacée d’un mort de 8 ans (son frère) dont le souvenir imprégnait chaque recoin de la maison, tapi, prêt à surgir pour servir de mètre étalon à leur mère?

Gloria va essayer tout au long de sa jeunesse de conquérir l’amour de sa mère en ayant les meilleures notes, en tentant d’être la plus parfaite. Sans espoir. Commence alors un travail de dénigrement de soi et une quête de reconnaissance qui passera par son choix de vie : devenir actrice.

2/ des rencontres qui vous enfoncent.

Son prof de théâtre qui la met enceinte. Puis un metteur en scène qui ne l’aime que pour sa belle plastique.

3/ résistance face à un destin qui s’acharne.

Elle est obligée de prendre des décisions seules pour éviter de s’effondrer : Enceinte de son prof, elle fera adopter son bébé pour partir à Los Angeles et trouver des rôles.

Petites pilules colorées pour éviter la douleur quand elle apprend qu’elle ne pourra plus jamais avoir d’enfant.

Spirale infernale pour retrouver son enfant.

 

Lorsqu’on referme le livre: ouah!

A la bfm

 

 

A quoi tu ressembles? Magali Wiéner- Editions Rouergue

Par défaut

9 garçons 1 fille tous dans la même classe de 3e. C’est leur dernière année ensemble. Chaque chapitre est un mois dans lequel un personnage va vivre un moment fort, entreprendre un cheminement intérieur, Déception, joie, peur, angoisse. Pleurer ou rire… mais c’est certain : grandir.

 

Le dernier chapitre sur le père de Benjamin est une jolie pépite. « Extrait : … J’aimerai juste leur dire que c’est bien moi, que je suis comme je suis… pas celui sorti du scénario qu’ils – mes parents – avaient fabriqué pour moi. J’ai fait péter le cadre »

 

A la Bfm

La bibliothèque c’est ma maison et autres histoires – Editions quart monde

Par défaut

« Lire nuit gravement aux préjugés« .

10 histoires en bande dessinée pour évoquer la pauvreté, le racisme, l’intolérance, sous la plume d’auteurs-illustrateurs tels que Tito, Greg Newman, Claire Gosnon. Pas forcément exprimés sur un ton dramatique les sujets sont néanmoins réels.

Qui n’a pas galéré à trouver un travail et s’entendre dire : « si on veut on trouve ! » Personne n’a jamais entendu ? : « Avec le RSA on ne vit pas trop mal« … Chaque histoire dénonce un préjugé et amène une réfléxion sur les véritables causes de la misère.

 

Ouvrir les yeux, faire confiance, une main tendue, un sourire pour faire tomber les barrières c’est à son niveau ce que cette B-D peut offrir et c’est déjà beaucoup!!

Alors bonne lecture !

A la bfm