Tropique de la violence

Par défaut

Tropique de la violence est un roman de Nathacha Appanah qui a été adapté sous le même titre en bande dessinée par Gaël Henry.

Marie est une jeune infirmière à Mayotte. Ses désirs de maternité se font de plus en plus forts, alors quand une jeune femme fuyant les Comores dépose son bébé dans ses bras à l’hopital Marie l’adopte tout de suite. Même si il a les yeux vairons, signe du djinn et raison de l’abandon de sa mère.

Marie élève Moïse, dans une vie de blanc, une vie de privilégié, protégé de la violence. Mais quand Moïse a 15 ans, Marie meurt brutalement. Il se retrouve alors seul, à la rue, confronté à la misère et aux gangs…

Publicités

Avis de recherche

Par défaut

Mais ils sont où les romans ados à la Bfm du centre-ville?

Facile. Après un petit déménagement, les voilà arrivés au rez-de-chaussée. Au fond à droite.

 

La théorie de l’iceberg – Christopher Bouix – Scripto Gallimard

Par défaut

 

Eté 1993. Revival avec la R17 à papa, les francs, le « walk-man » avec dans les oreilles Kurt Cobain, Tom Petty.

Noé, 15 ans, déjà garçon solitaire s’est renfermé sur lui-même après un accident de surf. Il habite à Figerolles-sur-mer avec ses parents et son frère.

Lorraine, en vacances dans cette station est une jeune fille qui croque la vie et préfère la bibliothèque à la plage.

Leur rencontre va bousculer Noé et lui permettre replonger, cette fois-ci pas dans l’océan…quoique! mais dans la vie.

Il tente l’expérience de l’écriture en s’inscrivant à un concours de nouvelles car au fond de lui il veut être écrivain. Il trouve également un job d’été : Porteur à domicile de livres de la bibliothèque : il en croise des gens bizarres mais il y a surtout Monsieur Hereira qui va lui enseigner les règles de l’écriture car lui aussi il a été écrivain avant de se fermer au monde et vivre en reclus dans sa maison.

Un roman sympathique à lire avec beaucoup de références à la science-fiction.

A la bfm

 

 

 

Le prince et la couturière

Par défaut

Le roi et la reine organisent un grand bal dans le but de trouver une partenaire à leur fils, le prince héritier. Toutes les jeunes filles se parent de leurs plus belles toilettes pour cet événement. C’est l’effervescence dans l’atelier de couture où travaille la jeune Francès. Et comme tout le monde est débordée, elle se retrouve avec une robe à créer toute seule… Elle laisse cours à sa créativité, et sa création fait grand bruit lors du bal, choquant par sa modernité.

Le lendemain, alors qu’elle allait être renvoyée par son patron, un homme lui propose une forte somme d’argent pour l’employer pour sa maîtresse la mystérieuse Lady Cristallia…

Cette BD de Jen Wang a eu Fauve jeunesse au dernier festival de la BD d’Angoulême. Cette histoire d’amitié et d’affirmation, d’acceptation de soi se lit avec plaisir.

Enigme

Par défaut

Un one-shot plutôt mystérieux que cette « Route de Tibilissi » de David CHAUVEL, dessiné par Alex KOSAKOWSKI , mis en couleur par LOU et édité par Delcourt il y a tout juste un an !

« Jake et Oto viennent de voir leurs parents se faire assassiner sous leurs yeux par des miliciens masqués.

 Les derniers mots de leur père : « Allez à Tibilissi ! ». Pour se préparer, ils repassent par leur village dévasté pour y récupérer des vivres. Là, le cadet retrouve ses deux amis Doubie et Trois-Trois, une drôle de bestiole à fourrure et un robot rafistolé qui vont les accompagner tout au long de leur dangereux voyage… » (cf. présentation éditeur)

Certes, la collection s’intitule « Terres de légendes », mais en observant la couverture de la BD , si l’on aperçoit  les deux garçons vêtus comme au Moyen-Age, ce vieux robot déglingué sème le doute.

Où est-on ?

Quand ?

Où vont-ils ? Ah ! ça, c’est peut-être la seule hypothèse plausible, ils seraient sur « la route de Tibilissi ». Nom qui sonne un peu georgien (hum… la Georgie d’Europe de l’est, pas des Etats-Unis. Mais sa capitale s’appelle Tbilissi ou Tiflis, alors, une contraction des deux ? Le mystère reste entier).

En grattant un peu, on se rappelle que la Georgie fut en guerre il n’y a pas si longtemps.

Maigre butin. Alors il convient de juste se laisser porter par l’histoire de ces deux frères fuyant dans le froid et la neige.

Les personnages rencontrés, amis ou ennemis, ont des allures de contes fantastiques, sans parler des dragons et autres créatures…

Mais la fin (chut !) remet tout en cause.

Pas grave, on a passé un bon moment, bien que stressant (« quelle connerie la guerre ! » *) à lire cette bande dessinée !

(*) « (…) Oh Barbara
Quelle connerie la guerre
Qu’es-tu devenue maintenant
Sous cette pluie de fer
De feu d’acier de sang
Et celui qui te serrait dans ses bras
Amoureusement
Est-il mort disparu ou bien encore vivant
Oh Barbara
Il pleut sans cesse sur Brest
Comme il pleuvait avant
Mais ce n’est plus pareil et tout est abîmé
C’est une pluie de deuil terrible et désolée
Ce n’est même plus l’orage
De fer d’acier de sang
Tout simplement des nuages
Qui crèvent comme des chiens
Des chiens qui disparaissent
Au fil de l’eau sur Brest
Et vont pourrir au loin
Au loin très loin de Brest
Dont il ne reste rien. »

(Extrait de « Rappelle-toi Barbara » de Jacques Prévert)

 

POP-UP / Philippe UG – Exposition

Par défaut

Pour faire suite à l’article sur le livre « Livres animés – du papier à l’écran », j’invite tous les aficionados du livre pop up à se rendre du 25 février au 23 mars 2019 à la salle Attane de Saint-Yrieix où nous pourrons admirer les créations d’un des maître du genre : Philippe UG; Et même pour les plus chanceux participer à un atelier de constructions papier le 23 mars.

Graphisme, ingénieur papier, il édite en petite série pour des collectionneurs ou avec des maisons telles que   les éditions « Les Grandes Personnes » (qui soutient des auteurs jeunesse comme Claire DE photographe sensationnelle, Annette TAMARKIN, Martine PERRIN…)

Philippe UG est un magicien du cutter. Il faut voir les yeux brillants de joie des enfants lorsqu’on ouvre un de ses livres.

 

A la Bfm de Limoges.

Et du coup profitez de la visite dans cette jolie petite cité pour aller visiter le centre des livres d’artistes:

cdla

Coup de foudre à Pékin – Chloé Cattelain – Editions Thierry Magnier

Par défaut

 

Chloé Cattelain est une aventurière sans en avoir l’air :

Elle obtient son bac et décide de partir étudier le mandarin en Chine. Elle trouve des petits boulots à Shanghai et découvre la vie tumultueuse des grandes mégalopoles. Elle voyage dans la campagne chinoise, franchit les cinq montagnes sacrées.

A l’heure actuelle elle est revenue sur les terres gauloises.

« Coup de foudre à Pékin » est une très romantique entrée en matière si vous voulez découvrir la culture chinoise, l’éducation des adolescents si éloignée de nos coutumes.

Clémence part avec sa mère mutée à Pékin. Elles laissent frère et père.

La jeune fille débarque dans son lycée et va devoir se plier au rythme des cours, des séances de gymnastique, de la rigueur des professeurs.

Heureusement il y a les fous rires avec son amie Li-Mei, fille de hauts dirigeants véreux, l’amour avec Yonggui et une vision poétique de la Chine avec Madame Zhou professeure rebelle et subversive.

 

Pour faire écho à ce texte, un film-documentaire poignant  du réalisateur Lixin Fan – Le dernier train » qui en dit long sur la condition des ouvriers en Chine, de la famille, et.. de l’adolescence.