Archives de Tag: Aventure

Des racontars arctiques

Par défaut

Pour se rafraîchir un peu par ces temps de grosses chaleurs, je vous propose une petite excursion dans les immensités glacées du Groenland en compagnie de Jorn Riel.
Cet écrivain danois, né en 1931, a passé 16 années, dans les années 50 parmis les trappeurs et en a rapporté de bien curieux récits publiés sous le titre de « Racontars arctiques ».

Il nous fait découvrir la vie de ces trappeurs, vivant par deux tout l’hiver, isolés du monde, n’ayant d’autres voisins que leurs collègues répartis sur plusieurs centaines de kilomètres.

Paradoxe donc de vivre en huis-clos dans de grands espaces ; s’en suivent des situations étranges, souvent drôles, parfois tragiques et toujours surprenantes dans ce microcosme de trappeurs aux personnalités bien trempées!

Ce recueil de nouvelles a fait l’objet d’une excellente adaptation en BD par Gwen de Bonneval et Hervé Tanquerelle qui rendent à la perfection l’ambiance si particulière du livre

Vous trouverez les romans au Pôle jeunesse, à la côte ADO LIT RIE, et les BD au Pôle Art, à la côte BD TAN.

Robinsonne

Par défaut

Coline PIERRE : Ma fugue chez moi

(Rouergue, « doado », 2016)

« Quelques jours avant Noël, suite à une séance d’humiliation au collège, et à l’annonce que sa mère, une fois de plus, ne sera pas là pour les fêtes, Anouk décide de fuguer. »

« C’est du moins ce que croit sa famille. La police enquête, son père et sa soeur placardent partout des avis de recherche sur les murs de la ville et sur Facebook. Mais, en vérité, Anouk n’est pas une aventurière. Et puis il fait si froid dehors, en décembre. Alors elle a trouvé une bien meilleure idée, aussi improbable et étrange, soit-elle… » (cf. 4ème de couverture)

 Au regard des réels dangers auxquels une jeune fugueuse s’expose et hormis le côté peu « citoyen » de la fugue – vu le nombre de gens mobilisés pour la retrouver -, ce à quoi personne ne songe en général lorsqu’on commence à sombrer dans le désespoir et qu’on voudrait bien alerter parents ou amis sur ce qui se passe, mais sans dénoncer ceux qui vous harcèlent, la solution d’Anouk est une idée de génie.

Anouk a quatorze ans et est en troisième ; elle vit en Alsace, avec son père et sa soeur de douze ans, Bena.

Anouk aime aussi dessiner et jouer du banjo avec une prof qu’elle adore et tout pourrait aller bien. Sauf que… sa soeur est à l’internat toute la semaine, leur mère est en mission de climatologie au Groenland et ne semble pas pressée de rentrer en France, même pas pour Noël, et leur père est un « taiseux »…

« J’aurais aimé qu’il me plaigne un peu. Mais comme toujours, il était incapable d’être compréhensif et enveloppant. Comme si ce n’était pas suffisant, il a ajouté : « Il faut faire avec le monde tel qu’il est, Anouk. Tu dois t’adapter et passer à autre chose. Si tu en souffres, tu ne peux t’en prendre qu’à toi. On est toujours responsable de ce qui nous arrive. »

Alors quand Marina, la bonne copine d’Anouk depuis le CM1, se met à jouer les garces et l’humilie, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

« Jusqu’à présent, ni l’une ni l’autre n’était devenue un souffre-douleur parce qu’à deux, on se soutenait. Maintenant qu’elle était passée de l’autre côté, Marina devenait le bourreau absolu, car elle devait faire ses preuves. Elle était plus cruelle que les filles cruelles, plus intolérante et plus insensible. Et moi, j’étais la victime idéale. »

Après s’être vengée, il lui paraît impossible de retourner au collège, impossible de se retrouver face à Marina, Anouk décide alors de disparaître.

« Je glisse dans mon sac des sous-vêtements, plusieurs paires de chaussettes, un pantalon en velours épais, un gros pull et quelques t-shirts, un peu de savon et de shampooing, une brosse à dents et du dentifrice, une trousse de secours, une petite serviette en microfibre, un couteau suisse, deux livres de circonstance (Robinson Crusoé et L’attrape-coeur), mon carnet à dessin et quelques crayons, deux bouteilles d’eau, une vingtaine de barres de céréales, huit compotes et huit pommes, un paquet de bonbons et une tablette de chocolat (en cas de déprime). Et dans une poche tout au fond du sac : mon porte-monnaie avec l’argent reçu pour mon anniversaire. »

« Je me sens comme Robinson Crusoé sur son île : heureuse d’être accaparée par ma survie. Je ne m’ennuie pas. Chaque geste devient une mission. Manger est un véritable défi. Prendre une douche est un challenge. Piquer de la nourriture et des objets sans me faire repérer est un parcours du combattant. Je suis un agent secret du quotidien. »

Pourquoi ? Comment ? Il faut lire ce court roman somme toute assez réjouissant. Petit à petit, Anouk réalise la douleur de sa famille, l’incompréhension face à sa fugue, mais elle est prise au piège d’elle-même et tourne en rond avec sa culpabilité. Et on la comprend.

D’ailleurs on la comprend depuis le début ;  Coline Pierré dépeint une adolescente sensible et sympathique pour laquelle il est difficile de ne pas ressentir de l’empathie, et même si ce roman est parfois un peu irréaliste, il (nous) touche fort.

King Kong : Skull Island

Par défaut

1973. Des explorateurs sont envoyés sur une île inconnue, escortés par des vétérans de la guerre du Viet-Nam. Dés leur arrivée l’expédition tourne à la catastrophe.

Voilà. Ca c’est le scénario.

Si vous recherchez un film au scénario complexe truffé de subtiles références culturelles et d’analyses psychologiques, je vous conseille les excellents films du cinéaste polonais Wojciech Has.

Si vous désirer être témoin d’une pure prouesse cinématographique, je vous conseille l’Arche russe d’Alexandre Sokourov, film tourné dans le Musée de l’Ermitage de Saint-Petersbourg en un seul plan séquence de 96 minutes. Inoubliable.

Si vous désirer questionner le sens de l’Histoire et approfondir l’analyse des rapports humains en temps de guerre, je vous conseille le fameux Guerre et Paix de Tolstoï (si vous n’avez pas le courage de lire ce livre aussi volumineux que la Bible, vous pourrez toujours vous rabattre sur son excellente adaptation cinématographie d’Alexandre Bondartchouk qui ne dure que 7h10).

Si vous voulez voir un gros singe de 30 mètres de haut défonçant des hélicoptères de combat et des dinosaures, allez voir Skull Island!

Si vous y allez pour autre chose, vous serez déçu. Si vous y allez pour ça, vous serez ravi!

J’y suis allé dans cette optique, et j’ai passé un très bon moment. Les scènes d’actions sont superbes, les décors vraiment réussis, les créatures peuplant cette île toutes plus répugnantes les unes que les autres!

En somme un excellent divertissement, à prendre pour ce qu’il est!

Vous trouverez les différentes versions de King Kong à la BFM :

  • la version de 1933 à la côte CINE COO
  • la version de Peter Jackson de 2005 à CINE PET

Vous trouverez aussi les oeuvres de Wojciech Has à CINE HAS, les films d’Alexandre Sokourov à CINE SOK, Guerre et Paix à CINE BON, et le classique de Tolstoï à ADO LIT TOL.

 

Valérie Mangin

Par défaut

A la base je voulais faire un post sur l’excellente série de BD « les chroniques de l’antiquité galactique ».

Puis, je me suis dit qu’il serait dommage de ne pas parler du terrible « Petit miracle » et qu’il serait fort dommage d’oublier Luxley et tant d’autres…

Au final autant parler directement de leur auteure : Valérie Mangin.

Cette passionnée de culture classique, se lance dans la BD après une prépa à Henri IV, une thèse à l’Ecole des Chartes et des études d’Histoire et d’Histoire de l’Art à la Sorbonne. Autant dire que la culture qu’elle en retire imprègne grandement ses oeuvres.

Ses BD abordent différents sujets : transposition de mythes classiques dans la SF, uchronies, SF pure, fantastiques,….

Elle est surtout d’un concept remarquable : la BD tout public d’auteur : utiliser des domaines classiques de la BD, tels que la SF, tout en les dotant de scénarios de très haute qualité truffés de connaissances historiques et culturelles.

C’est un pari extrêmement risqué et casse-gueule! Difficile en effet de ne pas tomber dans l’étalage de culture (comme le fait trop souvent à mon goût Umberto Eco dans ses romans…) ou de créer des histoires ultra-élitistes truffées de références compréhensibles que par un petit nombre d’initiés…

Valérie Mangin réussit le pari haut la main! Ses scénarios sont passionnants, peuvent se lire à différents niveaux, que l’on soit passionné de culture grecque ou simple fan de SF (ou les deux en même temps!) ou bien même simple curieux de BD.

Chacune de ses BD aborde des sujets extrêmement variés et se lit avec plaisir, et, chose rare, amène le lecteur à se poser bien des questions…

Quand je lis les oeuvres de Valérie Mangin, la meilleure comparaison qui me vient à l’esprit est celle avec Tarantino : ils sont tous les deux experts et passionnés dans leur domaine, mais refusant l’élitisme, mettent leur art et leurs connaissances au service de thématiques dites « populaires », souvent déconsidérées et les subliment par leur dextérité!

Vous trouverez l’intégrale des oeuvres de Valérie Mangin au Pôle Jeunesse et et Pôle Art de votre BFM!

 

 

 

 

 

 

 

Victor & Clint

Par défaut

album-cover-large-26309

Coiffé de son Stetson, Clint vit mille aventures dans le Far West : entre les horribles frères Ringo qui lui ont volé son canasson Le colonel Banjo, cette fripouille de Brow qui le dépouille régulièrement au poker et les shérifs toujours à l’affût, prêts à le mettre au trou au moindre dérapage, il mène une vie bien remplie. Et quand vient le soir, que Clint pose son Steston il redevient…Victor, petit garçon à l’imagination débordante, nourrie aux films de cow-boy ! Mais même une imagination débordante n’est pas suffisante pour garder à distance une réalité pas toujours marrante…

9782849532225_2

Marion Duclos raconte dans Victor & Clint une histoire touchante, d’un petit garçon qui essaie de fuir un quotidien pas toujours rigolo en se réfugiant dans son imagination. C’est drôle, avec des dialogues dignes des meilleurs Western (revisités par un petit garçon !). Un agréable moment de lecture.

 

Nom de code: Black Bird

Par défaut

Nom de code : Black Bird

1 – Cours ou meurs

2 – Game over

de Anna Carey chez Bayard

blackbird-recto

nom-de-code-blackbird

« Sur le quai, tandis que le conducteur descend de sa cabine, la femme à la frange n’en croit pas ses yeux. Son visage est inondé de larmes.

– Il y a une fille, là-dessous ! Hurle-t-elle d’une voix rauque. Vous ne l’avez pas vu… Il y a une fille !

Le conducteur n’a qu’une pensée : 

« Elle était allongée, elle ne pouvait pas bouger, que faisait-elle là ?  »

Oui, que faisait une adolescente étendue entre les rails du métro : comment est-elle arrivée là ? Est-ce une tentative de suicide, est-elle folle ?

Elle est incapable de répondre aux questions que la foule attérée lui pose, pour la bonne raison qu’elle n’en sait rien elle-même.

Qui est-elle ? Elle n’a pas de nom, pas de passé. Seul indice, un tatouage sur le poignet et une étrange cicatrice sur la nuque.

Parfois elle a des flashs qui lui rappellent qu’elle était terrorisée, mais par quoi ? Qu’un danger la menaçait, mais lequel ? Et qu’elle fuyait encore et encore. Dans cette fuite, elle n’était pas seule, un garçon était là et la protégeait. Ils étaient au milieu d’une végétation luxuriante, peut-être une île.

Maintenant elle est à Los Angeles et la traque se poursuit.

Des hommes, des femmes sont à sa recherche.

Leur but : la tuer.

Pourquoi ?

C’est bien fait, intriguant (je ne vais pas vous dévoiler ce qui fait tout l’intérêt du roman)!

Un bon moment de lecture.

Créateurs d’aventures

Par défaut

Rappelez-vous, vous étiez à l’école élémentaire et vous aviez découvert ce bel album « exotique » avec une intrigue policière où les fourmis Elytre de Lait et Mandibule de Savon menaient l’enquête :

51mz5xb5rl-_sx349_bo1204203200_Fred BERNARD et François ROCA :

La Reine des fourmis a disparu

(Albin Michel jeunesse, 1996)

Quelques années plus tard, vous avez pleuré en lisant « Jésus Betz » et vous avez repensé à cet album en regardant « Freaks. La monstrueuse parade » de Tod Browning qui l’inspira. Puis vous vous êtes révolté avec « L’indien de la tour Eiffel« 

b_1_q_0_p_0qui , après avoir travaillé deux ans sur le chantier de la Tour Eiffel, n’aspirait plus qu’à repartir chez lui avec la belle chanteuse rousse La Garenne… Mais le sort en avait décidé autrement.

Vous êtes reparti à l’aventure avec « Jeanne et le Mokélé » et ce récit mi-fantastique, mi-piraterie de « L’homme-bonsaï« , créature ni tout à fait humaine, ni tout à fait végétale et dont l’histoire tragique vous rappelait un peu ce livre dramatique et merveilleux de François PLACE : « Les derniers géants » découvert en 6ème.

b_1_q_0_p_0

Et puis cette année vous avez aperçu une nouvelle couverture de ces deux auteurs : b_1_q_0_p_0

Le fantôme du Cirque d’hiver

(Albin Michel jeunesse, 2016)

où Spirit le singe et Dino le perroquet mènent une enquête à l’intérieur du Cirque d’Hiver, une occasion de découvrir ce « monument » en sus de l’intrigue.

Et vous vous êtes dit : 20 ans que ces deux-là font des albums superbes, mais qui sont-ils ?

Eh bien c’est chose faite, vous pouvez le savoir en lisant le livre qu’Albin Michel-jeunesse et la Médiathèque de Mazé dans le Maine-et-Loire leur ont consacré :

b_1_q_0_p_0{FRED BERNARD & FRANCOIS ROCA}

Créateurs d’aventures

qui récapitule leur travail commun  : 22 albums qui ont reçu de nombreux prix, offre l’interview des deux auteurs, plus, en prime, un abécédaire, une carte où situer leurs histoires et une bibliographie complète car ces deux-là, qui se sont rencontrés il y a plus de vingt-cinq ans à l’Ecole Emile-Cohl de Lyon, ont aussi travaillé séparément !

Après avoir lu ce livre, vous ferez comme moi, vous vous précipiterez à la médiathèque pour emprunter les quelques livres que vous aviez pu laisser passer et relire ceux que vous aviez tant aimés.