Archives de Tag: bd reportage

Topo

Par défaut

Un nouvelle revue vient de faire son apparition à la Bfm :

C’est une revue en BD qui paraît tous les deux mois. Elle existe depuis 2016. Topo propose de raconter l’actualité, la société, la culture à travers des reportages, des portraits en bande dessinée. Le numéro de Mai-Juin propose des témoignages et un historique sur la gay-pride, un reportage sur le lien entre vêtements et stars de la musique, une visite au musée d’histoire naturelle de Londres ou encore un focus sur le métier de reporter de guerre…. Bref les sujets sont très variés !

Topo est créé par la même équipe de journalistes que La revue dessinée. Topo est né d’un désir de s’adresser à un public plus jeune (- de 20 ans, mais les plus vieux prendront aussi plaisir à la lire !) Voilà ce que Franck Bourgeron, directeur de la rédaction disait à Télérama en 2016 :

« Avec Topo, nous voulons donner des clés aux jeunes lecteurs ; au travers de reportages, de portraits, d’analyses ou de témoignages entièrement dessinés, nous leur proposons d’apprendre à décrypter l’actualité, à hiérarchiser les faits, les mettre en perspective… En nous servant de la grammaire très riche de la BD et de leur goût pour les images, nous voulons ramener les moins de vingt ans vers l’information. Topo est à la fois une pédagogie du dessin et une pédagogie par le dessin. »

Tout comme La revue dessinée, c’est une réussite.

Publicités

HP de Lisa Mandel

Par défaut

La mère et le beau-père de Lisa Mandel, l’auteur de ce livre, ont été infirmiers en psychiatrie pendant 35 ans. A force de les entendre échanger leurs anecdotes de travail avec leurs amis infirmiers également, elle a eu l’idée de rassembler ces anecdotes. Elles représentent le point de vue des narrateurs sur l’hôpital psychiatrique, leur vérité, leur vision. Lisa Mandel a prévue d’autres tomes pour retracer la vie de ces HP jusqu’à notre époque.

 

lisa hp1

 

Le premier tome, L’asile d’aliénés, couvre les années 1968 à 1973. C’est parfois touchant comme lorsqu’un infirmier s’élève contre le système pour prendre la défense d’un malade. Mais la plus part des anecdotes sont effrayantes : surdoses de médicament, électrochocs utilisés comme punition, conditions d’hygiène et de vie déplorable…C’était le lieu où les malades étaient enfermés, loin de la société, avec peu d’espoir de sortie de l’asile. Le ton employé saupoudré d’humour noir, l’enchaînement des anecdotes du quotidien des patients, évitent de faire sombrer le récit dans le pathos.

 

hp2

Le second volume, Crazy seventies, couvre les années 1974 à 1982. C’est toujours une somme d’anecdotes parfois drôle souvent dures, avec en toile de fond l’arrivée de la psychologie. L’opposition de la parole à la prise de médicament à tout va, c’est également l’affrontement de deux mondes entre les plus anciens, et les nouveaux infirmiers.

 

« Franchement ces psychologues c’est de la connerie, voilà ce que c’est ! Ils arrivent en faisant les malins, genre on se la pète ! « Moah je soâgne par la parôôôôle » Mais le malade, si tu lui donnes pas un bon traitement ou si tu le cravates pas quand il faut, ben c’est l’anarchie ! »

hpLe prochain tome doit être sur les services de nuit, et enfin un dernier tome devrait clore la série avec notre époque.