Archives de Tag: Magie

Freaks’ Squeele

Par défaut

À la Faculté des Etudes Académiques des Héros, Chance, Xiong Mao et Ombre entament le cursus qui fera d’eux des super-héros aptes à sauver le monde et ses environs. Du moins l’espèrent-ils ! Ces trois nouvelles recrues vont découvrir les joies de la vie universitaire, la concurrence sans pitié entre étudiants, les professeurs sadiques et le stress des examens. Une université pour apprendre à gérer son image et obtenir son permis de super-héros : il fallait y penser !

Freaks-Squeele-tome-1

Freaks’ Squeele peut aussi bien être considéré comme une BD que comme un manga. On retrouve, alternés, des chapitres en noir et blanc et des chapitres en couleur. Cela est quelque peu déstabilisant au départ, mais on s’y fait rapidement.

L’histoire ressemble à celle de X-Men : des jeunes gens ayant des pouvoirs sont réunis dans une école afin de mieux comprendre et contrôler leurs pouvoirs. La ressemblance s’arrête toutefois là, puisque ce sont surtout des sorcières ou encore des changelins que l’on retrouve dans cette BD. Ils sont destinés à devenir des super-héros, tout comme Superman ou Obi-Wan Kenobi, mais doivent d’abord apprendre tous les trucs et astuces grâce à toutes sortes de cours.

Le lecteur suit le groupe d’Ombre, le loup timide, Xiong Mao, la mystérieuse chinoise et Chance, la petite démone. On peut le dire, c’est l’équipe de boulets à qui rien ne réussit : ils ratent tous leurs examens de semestre et sont à deux doigts de rater le rattrapage tellement leurs résultats sont mauvais. Et c’est sans compter sur la peste de la promo, Amanite (qui porte merveilleusement bien son nom) qui fait tout pour les faire échouer !

Le premier tome de cette bande dessinée m’a bien plu grâce à son humour décapant, ses personnages attachants, et surtout pour tous les mystères qui entourent à la fois l’université et les personnages. Je lirai la suite avec plaisir 🙂

Publicités

Courtney Crumrin et les Choses de la Nuit

Par défaut

Courtney Crumrin déménage.
Et ce n’est pas pour lui faire plaisir. Après avoir vécu des années au-dessus de leurs moyens, son père et sa mère ont enfin trouvé une solution à leurs difficultés financières. Ils partent en banlieue, dans la maison de leur très riche oncle, le Professeur Aloysius Crumrin. L’immense manoir victorien du vieux Crumrin ne détonne pas dans le quartier huppé de Hillsborough. Toutefois, Courtney va bientôt découvrir que l’oncle Aloysius a une sinistre réputation et que de sombres rumeurs courent sur lui et sa maison.
Et, bien que cet arrangement donne à ses parents l’apparente ascension sociale qu’ils désirent tant, Courtney a pour sa part l’impression d’atterrir en plein cauchemar. Un cauchemar où elle se voit rejetée par ses camarades de classe plus aisés. Et comme si ça ne suffisait pas, le vieux manoir poussiéreux semble abriter des créatures encore plus étranges que son père, sa mère ou l’oncle Aloysius. Elles rampent dans les couloirs sombres. Elles rongent des os dans les coins. Et parfois, elles grimpent sur le lit et observent Courtney pendant qu’elle dort. Son père et sa mère ne les remarquent même pas, mais l’oncle Aloysius sait tout sur elles.
Il les appelle… »les Choses de la Nuit. »

courtney c

Courtney Crumrin est une jeune fille qui n’a pas beaucoup d’amis. Le fait qu’elle vient de déménager n’y est surement pas étranger. C’est aussi sans doute parce qu’elle est étrange, solitaire et indépendante. De plus, elle habite et elle fait partie de la même famille qu’Aloysius, ce qui n’aide pas. Courtney est l’exacte opposée de ses parents qui tentent tant bien que mal de s’intégrer : elle n’a que faire de ce que l’on dit d’elle.

Dans ses moments de solitude, elle découvre la bibliothèque de son oncle qui est remplie de livres tous plus bizarres les uns que les autres. La nuit, elle entend des bruits étranges dans la maison : elle découvre que ce sont des créatures surnaturelles qui ne sont pas censées exister. Mais pas effrayée pour autant, la jeune fille leur parle, apprend à les connaitre, se fait piéger et les piège à son tour…

Différents thèmes sont abordés par Ted Naifeh : la solitude, l’amitié, le racket à la sortie de l’école, la popularité… L’auteur aborde aussi la difficulté d’intégration d’un élève qui arrive en cours d’année. Il explique aussi que la magie est illusoire, qu’elle ne résout pas tout, bien au contraire.

J’ai trouvé les dessins moyens pour les personnages secondaires, mais très réussis pour les monstres qui m’ont fait flipper par moment. La BD en elle-même est sympa, avec une histoire qui tient la route. Je lirai très certainement les suites 🙂

Cette série, forte de son succès, est disponible en intégrale, en noir et blanc, style manga, ou en couleur, et avec des couvertures au choix du lecteur.

A Comme Association

Par défaut

Tome 5

Jasper est désormais seul. Plus seul que jamais…
Cela ne l’empêche pourtant pas de se mettre en quête de ceux qui les pourchassaient, lui et Ombe. Pour la vengeance, pour atténuer la souffrance, pour se sentir mieux de nouveau.
Cependant, Jasper ne perd rien de sa morgue, et continu les jeux de mot à un rythme effréné pour notre plus grand plaisir 🙂

Alors même si l’ambiance du roman est forcément un peu lourd, on retrouve notre bien aimé Jasper plus déterminé que jamais, plus drôle que jamais ! Et surtout, plus en danger que jamais…

Tome 6

Aïe aïe aïe ! Le tome est désormais divisé en plusieurs parties : Jasper comme d’habitude, Mademoiselle Rose la « secrétaire » de l’Association, Post-it et un chapitre mystérieux. Le tout fait un peu brouillon et est décevant par rapport aux autres. Même si l’histoire continue son petit bout de chemin et reste très mystérieuse et intéressante, on sent un petit manque d’inspiration poindre.
Même si on voit l’histoire plus globalement avec d’autres personnages, il ne faut pas en oublier Jasper ! (qui n’est que légèrement mis de côté). Et surtout ne pas oublier qui il est : un ado blagueur, super agent-stagiaire de l’Association.
Dans ce tome, on le retrouve changé, plus adulte et sûr de lui, ce qui semble logique par rapport à ce qu’il vit, mais qui du coup ne lui ressemble pas trop, et le rend moins drôle.

Allé ! Le suivant sera mieux 🙂

Hex Hall, le Maléfice

Par défaut

Dans ce second tome de Rachel Hawkins, on dit bye-bye à Hex Hall et bienvenue à l’abbaye Thorne 🙂

Sophie Mercer prend ce que l’on pourrait appeler des vacances, afin de s’éloigner de la Maison d’Hécate et de tous ces évènements sordides.
Elle en profite pour faire connaissance avec son père qu’elle n’avait, jusque-là, jamais rencontré. Et cela toujours avec le sourire (enfin presque), et le même humour caustique 🙂

Mais bien sûr, Mademoiselle J’ai la Poisse ne va pas s’en sortir à si bon bon compte, et ses vacances vont être de courte durée.
Enfin, si on peut appeler ça des vacances…

  • Tout d’abord à cause de la secte l’Occhio di Dio qui chasse les démons, donc son père et elle.
  • Puis à cause d’Archer Cross (qui fait accessoirement partie de la secte, et est censé être son plus grand ennemi) qui joue un double jeu dangereux… ou peut-être pas en fait ;). De vrais amants maudits, style Roméo et Juliette, ces deux-là ! Vraiment pas de chance.
  • Aussi à cause de la vraie raison de sa venue à Thorne : elle veut subir le Rituel pour qu’on lui retire ses pouvoirs afin qu’elle ne blesse/tue personne.
  • Et il y a aussi… un livre à lire qui vous attend sur les rayons de votre librairie préférée 😀
Ce tome là est équivalent, sinon meilleur, à son prédécesseur. L’auteur nous emmène dans un endroit où derrière chaque porte se cache un secret, où les sortilèges, comme l’amour, peuvent être mortels
Il laisse augurer un tome 3 (Spell Bound) au top tellement la fin est prenante (et mal coupée) ! On s’arrête en plein doute (qui va vivre ou mourir ?), au milieu de l’action, ne sachant que penser.

A Comme Association #2

Par défaut

Tome 3 : L’étoffe fragile du monde

Jasper est de retour avec toujours plus de jeux de mots et de calembours pour le plaisir de nos zygomatiques. Et en plus de ça, il fait ami-ami avec le troll, Erglug, qui a failli tuer Ombe lors de précédentes aventures (tome 2)… Bien évidemment ces deux là se sont bien trouver et s’entendent copain comme cochon quand il s’agit de philosopher et de faire des blagues. Mais quand il s’agit d’agir, c’est déjà moins facile. Surtout quand on a à faire avec un sorcier aussi puissant que Siyah.
Enfin bon, c’est toujours un réel plaisir à lire 😀

Tome 4 : Le subtil parfum du soufre


Ombe est mise à mal dans ce tome ! Qui l’aurai cru ? Pourtant un garou au nom imprononçable va faire chavirer le coeur de la belle. Sauf que, comme tout le reste, rien ne va se passer comme prévu. Et c’est là que ça fait mal…
Ce tome 4 est meilleur que le deuxième, peut-être grâce à un certain développement de l’histoire qui fait qu’Ombe paraît plus humaine, et par conséquent, plus attachante. De plus, les mystères qui l’entourent sont intriguant.
Dommage qu’Ombe ne puisse plus être après le départ de Pierre Bottero 😦

The End

Par défaut

Voilà, cette fois c’est vraiment la fin.

Et avec ça 10 ans de nos vies qui s’en vont.

10 ans de pur bonheur.

10 ans de frissons.

Sauf que voilà, c’est fini.

Et ça se finit plutôt mal, que ce soit du côté des gentils ou celui des méchants.

Le film est tout en explosions visuelles, avec des magnifiques scènes d’actions et de très belles images de synthèse. En plus, l’histoire correspond parfaitement au roman : les dialogues sont parfois mot pour mot les mêmes que dans le livre. Ils ont essayé de respecter au maximum l’auteur, et les fans… choixpeau ! 🙂 (et c’est en cela que c’est l’un des meilleurs film de la saga !)
Pourtant, il reste froid et détaché (car concentré sur Harry et Voldemort), et on peine à trouver une quelconque émotion. Même les madeleines n’auront pas besoin d’apporter (beaucoup) de mouchoirs (et je dis ça en connaisseuse ;)), sauf au milieu du film où… STOP !, on ne va pas briser le suspense 🙂

Et puis si vous voulez savoir ce qu’il se passe au milieu, allez le voir, il le faut car il vaut vraiment le coup ! (pensez à faire un marathon HP avant, ça pourra servir… ;))

Malheureusement toute saga a une fin. Celle-ci était tout simplement magique, et restera dans la mémoire de tous comme l’une des plus grandes 😀 Merci à J. K. Rowling !!

HP 7

Par défaut

C’est bientôt la fin…

Tout s’accélère, tout s’assombrit…

Harry Potter n’est plus le petit garçon ne connaissait pas le Chemin de Traverse , faisait gonfler son horrible tante comme un ballon, et toutes ces choses ensorcelantes…

Désormais, il est assez mature et adulte pour lutter contre Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. Et il est bien décidé à ce qu’il n’y ait qu’un seul survivant : lui. Mais pour avoir une chance de vaincre Voldemort, il devra trouver les Reliques de la Mort, et détruire les Horcruxes

Maintenant que Dumbledore a disparu, Poudlard n’est plus un endroit sûr. Harry, Ron et Hermione vont devoir fuir s’ils veulent rester en vie, tout en cherchant ces mystérieux objets…

Mais est-ce que ça sera suffisant, car le maître du mal a des yeux et des oreilles partout…

Morts, trahisons, serpent immonde (Nagini), amitiés misent à mal etc. seront au rendez-vous pour cet avant-dernier opus. Quelques longueurs aussi (à l’image du livre), mais à part ça, tout y est… La fin (la coupure) est absolument horrible et frustrante !!! Comment attendre jusqu’en juillet !? En tout cas, il va falloir…

Note du film : 4.75/5

Déjà 11 ans que J.K.Rowling nous fait rêver. Les livres sont à découvrir ou redécouvrir, car ils sont tellements mieux que les films 🙂

La suite, et donc la toute fin de l’histoire, est à retrouver en juillet 2011 (en 3D)…

Qui sera le plus fort ? La réponse cet été…