Archives de Tag: music

Daniel Johnston

Par défaut

Vous connaissez peut-être cette chanson, utilisée récemment pour une pub SNCF ?

 

C’est de Daniel Johnston.

danjohn_1

 

Il commence sa carrière au début des années 80 en enregistrant des cassettes chez lui, dont il fait également la pochette. Il passera ensuite aux disques, son public grandira au fil des ans mais lui gardera le même style lo-fi, brut et authentique. Ce n’est pas quelqu’un qui courre après la gloire, même si il a influencé de grands musiciens comme Beck, Sonic Youth ou Kurt Cobain qui l’a qualifié de « plus grand songwriter « .

Il a une carrière prolifique, produisant de très bons albums comme Fun, Continued Story ou Hi How are you. Il est bipolaire, se fait interner quelques temps dans la seconde moitié des années 90 ce qui met sa carrière entre parenthèses. Il vit dans son monde, ses concerts sont des expériences parfois très étranges… Mais il se dégage une telle émotion de ses performances, que tant pis si il est parfois complètement à l’Ouest. Il dessine également et expose ses dessins, qu’il vend également sur le net. A l’heure actuelle il vit chez ses parents au Texas.

 

Un très bon documentaire retrace son parcours « The devil and Daniel Johnston ».

Une petite dernière pour finir, difficile de faire un choix parmi la longue liste de ses chansons (17 albums studio, plus de nombreuses collaborations…). Une chanson a cappella qui a eu droit à plusieurs reprises.

 

 

Publicités

We Cut the Night

Par défaut

En septembre dernier est sorti le troisième album studio du duo français AaRON.

2400x2400sr

La voix de Simon Buret est profonde, belle, maitrisée. La musique est très travaillée, avec plus de synthé, plus d’électro. On retrouve les influences de grands groupes anglais des années 80 (et d’aujourd’hui), comme Depeche Mode ou encore Pet Shop Boys.

Toutes les chansons ne me plaisent pas : par exemple Maybe the Moon, ou encore 02:22, dont ils auraient pu se dispenser, car ces chansons cassent le rythme de l’album. Par rapport au reste de l’album, le rythme trop lent.
Par contre, je suis tombée en extase dès les premières secondes de Blouson Noir, de Magnetic Roadet de The Leftovers. Et de Ride On, d’Onassis, et de We Cut The Night. Bref, les ¾ de l’album quoi 😉

We Cut the Night, AaRON

Honeymoon

Par défaut

Le troisième album de Lana del Rey, Honeymoon, est enfin sorti ! Il était temps !

lana-del-rey-honeymoon-320-kbps-ost-download

Il est composé de 14 chansons qui sont un savant mélange des deux premiers albums. On retrouve la mélancolie, le côté sombre, la voix trainante, et les rythmes plus ou moins rapides auxquelles elle nous avait habitués. Pas de surprise de ce côté là. C’est du Lana del Rey.

Je préfère ce troisième album au second qui était trop différent du premier, Born to Die, que j’avais adoré. Quelques chansons sortent évidemment du lot : Music To Watch Boys ToHigh By The BeachThe Blackest Day et surtout Salvatore que j’adore.

Une ou deux chansons ne me plaisent que moyennement, car elles se ressemblent trop, mais c’est une affaire de goût 🙂

Marina Kaye

Par défaut

La France, ou du moins une partie, a découvert Marina Dalmas dans l’émission La France a un incroyable talent de M6. Elle n’avait alors que 13 ans, et déjà une très jolie voix. Elle a quand même repris des chansons de Amy Whinehouse ou encore d’Adele.

Quatre ans plus tard, la voix est toujours là et Marina Dalmas est devenue Marina Kaye. Elle a enregistré son album aux Etats-Unis, et s’est notamment entourée de Sia, qui lui a écrit une chanson.

Son album est sorti le 18 mai et est très sympa ! 🙂

One Divide

Par défaut

One Divide est un groupe bordelais nouveau venu sur la scène française. Le groupe compte trois membres, au look « groupe anglais propre sur soi », tous originaires de Bordeaux.

One-Divide

Leur musique, c’est un mélange d’Indie Rock et de Cold Wave. Ça ressemble un peu à Indochine, un peu à Depeche Mode, avec des notes d’Interpol. Très années 80 à la sauce d’aujourd’hui.

C’est plus que pas mal. J’aime beaucoup les chansons à la fois en anglais et en français. La musique est très travaillée et m’a séduite à la première écoute. 

Ils ont sorti leur premier EP en janvier, c’est donc tout chaud 🙂

Lovely Love Lie

Par défaut

Musicienne et fan du groupe Crude Play, Riko fait la connaissance involontaire d’Aki, le compositeur de son groupe préféré. Ce dernier vit de plus en plus mal sa position confidentielle au sein du groupe et sa vie sentimentale tumultueuse et secrète avec la chanteuse Mari.
Un concours de circonstance et un coup de foudre vont leurs permettre d’entrer dans un univers auquel ni l’un ni l’autre ne s’était préparé. Entre une lycéenne passionnée et un jeune homme meurtri, la rencontre offrira-t-elle la guérison ou une blessure fatale ?


lovely_love_lie_1022
 lovelylovelie2soleil

Lovely love lie est une série manga que j’aime beaucoup.

Riko, dite « Mush » à cause de sa coiffure, est une lycéenne qui adore la musique. Avec deux de ses amis, elle forme un groupe, elle au chant, un autre à la guitare et le troisième à la basse. Ils sont tous les trois fans du groupe Crude Play, groupe très célèbre, populaire, que tout le monde adore.

Par un heureux hasard, Riko va faire la connaissance de Aki, le compositeur des Crude Play. Sauf qu’elle ne sait pas de qui il s’agit. Bizarre direz-vous ? Bah oui, parce que Riko est fan du groupe et devrait savoir qui est Aki. Mais en fait, non. Aki a toujours tout fait pour ne pas apparaître en public, soit en se faisant remplacer, soit en ne montrant jamais son visage à découvert. Fuyant sa relation avec Mari, une idole, Aki va se prendre au jeu de séduire la jeune fille. Mais ce qui n’était qu’un jeu va t-il se transformer en quelque chose de plus sérieux ? Réponse en lisant les mangas 🙂

crude play

J’aime à peu près tout dans ce manga, ce qui est rare : aussi bien la relation Aki/Riko, les secrets, la musique et son monde cruel, l’amitié.

C’est un shojo très bien construit qui, même après 10 tomes, m’intéresse toujours autant. La musique y est toujours au cœur (contrairement à Nana, où les relations entre les personnages prennent toute la place), montrant à la fois ses bons (des gens qui réalisent leur rêve) et ses mauvais côtés (le monde de requins que c’est).

Il y a aussi la relation Aki/Mari. Aki aime composer de la musique mais n’est pas fait pour la scène. Mari, au contraire, est faite pour ça, avec un charisme resplendissant. En toute logique, Aki lui écrit des chansons qu’elle interprète avec sa jolie voix et son joli minois. Mais le jour où Aki finit par se lasser d’elle et de leur relation destructrice, elle voit d’un mauvais œil l’arrivée de Riko, et va tout faire pour lui mettre des bâtons dans les roues (aussi bien du côté professionnel que du côté personnel).

La relation Aki/Riko est super mignonne, même s’ils ne vont vraiment pas ensemble. Pour une fois qu’un couple est mal assorti dans un shojo ! 😉 On sent bien que ce n’est pas le genre de fille qu’Aki fréquente d’habitude, et qu’il fait des efforts pour oublier Mari. Mais ce qui devait être passager va durer. Et ce au grand dame de Yuu (un des amis du groupe de Riko) qui est amoureux d’elle.

Bon, c’est vrai que vu comme ça, ça à l’air d’un manga pas très drôle, où tout le monde se méfie et déteste tout le monde, où tout le monde est amoureux de tout le monde. L’auteur a toutefois ajouté des petits moments très drôles qui détendent l’atmosphère, et qui en font un vrai shojo.

Le graphisme est très sympa, avec des personnages que l’on arrive à distinguer les uns des autres (aussi bien par leur psychologie, que par leur physique), ce qui change d’autres mangas.

Lovely_love_lie_2_centre

Les 10 premiers tomes vous attendent dans les rayons de la Bfm (sur les 14 sortis en France).

Lovely Love Lie, Tome 1 à 10, Kotomi Aoki