Archives de Tag: Serie

Séries TV 2015

Par défaut

Après la rétrospective 2014 que je vous avais concoctée, on attaque les séries télé tant attendues de 2015. Certaines séries de la sélection que je vous ai préparée ont déjà commencé depuis début janvier. Mais rien que l’on ne puisse pas rattraper rapidement ! Quant aux autres, seul le temps peut nous dire si ces séries sont d’un aussi bon cru que celles de 2014 ! 🙂

1. Better Call Saul

Better-Call-Saul

Synopsis : Six ans avant la rencontre avec Walter White, Saul Goodman, connu sous le nom de Jimmy McGill, est un petit escroc qui peine à joindre les deux bouts. Il fait la connaissance de Mike Ehrmantraut, un criminel spécialisé dans le « nettoyage », qui deviendra son futur homme de main. Ensemble, ils ouvrent un cabinet d’avocats à Albuquerque, au Nouveau-Mexique.

C’est LA série que les fans de Breaking Bad attendent avec impatience. Spin-off de BB, cette fois on suit l’avocat véreux Saul Goodman quelques années avant sa rencontre avec Walter White et Jesse Pinkman…
Avec toujours aux commandes Vince Gilligan ! 🙂

2. Agent Carter

marvels-agent-carter-premiere-diffusion-prevue-janvier-2015-une-890x395_c

Synopsis : Bien des années avant les exploits de l’Agent Coulson et de son équipe du SHIELD, il y avait l’Agent Carter. Personne ne devrait sous-estimer Peggy…

L’agent Carter, c’est avant tout l’atout charme du film Captain America. Elle est jolie, intelligente et débrouillarde. Hayley Hatwell a repris son rôle pour le plus grand plaisir des fans. C’est une série qui promet de l’action et de l’espionnage. En souhaitant qu’elle marche aussi bien que Agents of S.H.I.E.L.D. !

3. Intruders

intruders

Synopsis : Dans le Nord-Ouest du Pacifique des évènements étranges, et apparemment sans aucun rapport, commencent à se produire. Plusieurs mystères se mêlent et révèlent un complot qui changera à jamais notre compréhension de la nature humaine.
Jack Whelan, un flic de Los Angeles devenu écrivain a échappé à un passé sombre et violent pour une vie apparemment tranquille avec sa femme, Amy. Quand Amy disparaît, Jack plonge dans une enquête qui l’oblige à affronter les erreurs de son passé et à réexaminer les fondements mêmes sur lesquels il a construit sa vie.

Série du scénariste de X-Files, Intruders, si elle tient toutes ses promesses, nous promets frayeurs et questionnements. Elle est adaptée du roman Les intrus de Michael Marshall Smith et passe déjà en France sur OCS.

4. Westworld

Westworld

Synopsis : Les automates d’un parc d’attractions prennent en chasse les visiteurs…

Westworld, c’est LA série qui intrigue. Peu d’infos (on sait juste que c’est un remake basé sur le film SF de Michael Crichton de 1973), un casting génial (Anthony Hopkins, Evan Rachel Wood, Ed Harris…), deux créateurs de génie (J.J. Abrams et Jonathan Nolan). Affaire à suivre…

5. Bloodline

bloodline

Synopsis : Les blessures et les secrets d’une famille remontent à la surface avec l’arrivée d’un des membres de la fratrie, perdu de vue depuis longtemps… et toujours considéré comme le vilain petit canard.

A priori, l’histoire  semble classique… mais c’est Netflix qui produit, donc je laisse une chance à cette série. Et puis, j’aime bien Kyle Chandler et Sissy Spacek, deux des acteurs au casting 🙂

Cette liste est encore une fois non-exhaustive (on peut y ajouter Daredevil, 12 Monkeys, The Last Man on Earth ou encore le reboot de Heroes et Galavant) et est à ajouter à celle de 2014 (il y a de quoi tenir un moment avec tout ça 😉 ). Peut-être que les séries ci-dessus seront de gros succès ou peut-être pas. D’autres pas encore connues se révèleront peut-être être le Game of Thrones de 2015.

Publicités

In the flesh

Par défaut

Encore une histoire de zombies ! In the flesh est une série anglaise créée par Dominic Mitchell. Elle compte seulement 9 épisodes répartis sur deux saisons (pour le moment !)

Une nuit, les morts se sont levés de leurs tombes. Un affrontement entre humains et zombies a rapidement suivi, puis les zombies ont pu être traité, avant d’être remis dans la société. Kieren est un jeune de 18 ans qui s’est suicidé. Il fait parti de ces zombies domestiqués, et avec fond de teint, lentilles de contact pour un physique moins pourri (au sens littéral du terme) il revient dans sa famille. La série raconte le retour de Kieren parmi les siens, la difficulté de trouver sa place entre une mère heureuse de retrouver son fils, même dans cet état-là et une soeur qui fait parti des milices anti-zombies, le HVF (Human Volunteer Force).

Ici pas de grandes scènes d’affrontement et de tripes à l’air à la Walking dead (que j’aime beaucoup également !), les zombies sont plus un prétexte pour parler du rejet et de la peur de la société pour ce qui est différent, des liens familiaux et amoureux. Une série sympa à regarder, qui offre un point de vue différent sur les zombies.

Witches of East End vs Salem

Par défaut

Witches of East End :

Deux jeunes femmes font partie sans le savoir d’une longue lignée de sorcières. Alors qu’elles mènent une existence paisible, une série d’événements va amener leur mère à leur dévoiler la vérité sur leur héritage familial : elles sont en fait de puissantes et immortelles sorcières.

witchesofeastend

Cette série télé est une adaptation de la saga de Melissa de la Cruz, auteur que j’apprécie, Les Sorcières de North Hampton.

On retrouve sans conteste un petit côté Charmed dans cette série. Le trio de départ, l’ami black flic, le grimoire, les histoires d’amour, les ennemis qui débarquent sans prévenir… Tout ça n’est pas sans faire penser à sa grande soeur.

La série a un certain esthétisme et une once de mystère qui donnent envie de continuer à regarder.

Salem :

Une nouvelle vision des mythiques sorcières de Salem, dans le Massachussets du XVIIeme siècle. Une tentative audacieuse de percer à jour le côté obscur et surnaturel de cette période infame de l’Amérique…

Salem_TV_Series_Salem_Poster

Salem n’est autre qu’une relecture fantastique de ce qui s’est passé aux Etats-Unis au XVIIe siècle. C’est une série d’horreur dans le style American Horror Story, loin des gentils amours de Witches of East End.

Dans cette série, les sorcières sont loin, très loin, d’être gentilles. Elles pactisent avec le diable, forment des cercles pour le sabbat, tuent tous ceux qui se trouvent sur leur passage.

C’est une vision particulière de ce qu’ont pu vivre les habitants de cette ville. Et si c’était en fait les sorcières qui avaient orchestré toutes les pendaisons d’innocents, dans le but de pouvoir former leur cercle ? Et si c’était elles qui ont été assez malignes en manipulant tout le monde ? Assez machiavélique quand on y pense !

Les deux séries n’ont donc absolument rien à voir, mais toutes les deux sont à leur manière réussies. Ces deux séries ont été renouvelées pour une deuxième saison, signe de leur succès.

2014 est bien le retour des sorcières sur le petit écran ! 🙂

Update : Witches of East End est déjà annulée, au bout de 2 malheureuses saisons… Dommage.

Veronica Mars

Par défaut

De retour à Neptune, sa ville natale, après une dizaine d’années à New York, où elle est devenue avocate, Veronica doit quitter la vie ordinaire qu’elle s’est construite du jour au lendemain pour rétablir une situation plus que délicate. Elle va devoir faire preuve de la même clairvoyance qui la caractérisait au lycée pour venir à bout de cette nouvelle enquête en rapport avec le passé qu’elle a laissée derrière elle. Toutefois, si la tâche s’annonce difficile, la jeune femme sait qu’elle peut compter sur son instinct de détective aguerrie pour la guider. Également de la partie, Logan et Piz ajouteront du piquant à sa mission en tiraillant Veronica au cœur d’un triangle amoureux qui ne sera décidément pas de tout repos !

affiche-du-film-veronica-mars-183750_w1000

Quel ne fut mon plaisir d’apprendre qu’il y allait y avoir un film Veronica Mars. Fan de la première heure de la série, je n’y croyais plus, après 6 ans d’attente. Il est disponible en VOD sur les plateformes légales de téléchargement.

Le film est construit plus comme un épisode de la série (mais qui dure 1h50 au lieu des 40 min habituelles). On retrouve tous les ingrédients de la série, avec des personnages toujours aussi attachants. C’est un vrai plaisir de tous les retrouver.

Le seul reproche que l’on pourrait faire au film est que l’on ne voit que très peu les amis de Veronica, le film étant concentré bien entendu sur elle et sur sa relation avec Logan Echolls, et son enquête. Une personne qui n’aurait jamais vu la série ne comprendra surement pas trop la nature des amitiés qui lie les personnages (après tout, ils ont tous un passé ensemble).

Certains reprochent aux personnages de ne pas avoir grandi…. c’est sans doute vrai, mais cela permet de retrouver les personnages de la série comme on les a toujours connus. Cela ne m’a donc pas dérangé outre mesure. On se prend encore au jeu de l’enquête menée par Veronica,  à vouloir savoir qui est le tueur.

C’est donc un vrai plaisir de retrouver Veronica Mars, toujours égale à elle-même 🙂

Devious Maids

Par défaut

Quatre femmes de ménage d’origine latine travaillent pour de riches familles au coeur de luxueuses villas de Beverly Hills. Lorsque l’une de leurs amies est tuée dans des circonstances mystérieuses, elles s’interrogent sur leurs rêves et leurs espoirs déçus, sur leurs patrons, tous plus névrosés les uns que les autres, et sur leur avenir…

devious maids

Devious Maids, c’est l’histoire de six latinas qui sont femmes de ménage pour de riches familles. Jusque là les choses semblent « normales ». Sauf que Flora, une des ces femmes de ménage se fait assassiner lors d’une réception huppée.
Les quatre autres, Zoila, Carmen, Valentina et Rosie sont tristes de la mort de leur amie mais continuent leur vie sans trop se poser de question. Après tout, il faut bien qu’elles gagnent leur vie. La sixième, Marisol, nouvelle femme de ménage sur le marché, se rapproche des quatre filles et semble décidée à enquêter sur le meurtre…

Mark Cherry reprend tous les ingrédients qui avaient fait le succès de Desperate Housewives : des acteurs (plusieurs ont joué dans Desperate Housewives) qui ont une pêche d’enfer, des personnages plus fous et dérangés les uns que les autres, une intrigue parfois un peu tirée par les cheveux, mais qui est agrémentée d’un humour noir grinçant tout à fait délicieux.

Cette mini-série de 13 épisodes est pleine d’énergie et mérite autant de succès que sa grande soeur. Une seconde saison de 13 épisodes a déjà été commandée par la chaine Lifetime, pour le plus grand bonheur des fans 🙂

Une série à regarder en VO(ST) sans modération ! 🙂

15 séries à voir ou à revoir

Par défaut

L’écriture du post sur Black Mirror m’a donné envie de continuer de parler de séries télé. Depuis la fin des années 90 avec Oz puis Six feet under, les séries ont grandi. Elles sont devenues plus que la sitcom ou le soap qu’on regardait pour passer le temps le dimanche après-midi. En s’intéressant à des sujets plus adultes que les déboires de riches ados, avec un traitement du sujet plus dur et réaliste, elles sont devenues dans notre société actuelle une catégorie culturelle à part entière, faisant régulièrement la une de magazines ou décalant même la date d’un discours de Barack Obama (il y avait l’épisode final de Lost à la même heure !). Les séries sont même étudiées dans les universités, PUF a sorti cet automne une série de livre sur les séries. Elles font parties de notre culture, de notre vie quotidienne.

Ces dernières années, les grands noms du cinéma sont passés au petit écran: Martin Scorsese (Boardwalk empire), David Fincher (House of cards), Gus Van Sant (Boss). Les séries offrent la possibilité de développer plus longuement les personnages et l’action qu’un film : là où un long métrage peut durer jusqu’à 3h, la série de David Fincher fait presque 11 heures ! Et encore, c’est peu pour une série : Lost dure 84 heures… c’est aussi le défaut des séries : elles sont extrêmement chronophages !

J’ai regardé ces 10 dernières années plus de 3500 épisodes de séries (ce qui m’a fait un peu peur quand j’ai vu ce chiffre !), ce qui m’a donné envie de trier et de faire un top 15 des séries qui m’ont le plus marquées, que j’ai trouvé le plus réussies de par leur scénario, réalisation, inventivité, jeu des acteurs ou juste la petite étincelle qui fait la différence. Si vous cherchez de nouvelles séries, des critiques ou des analyses,  je vous conseille l’excellent site Le monde des séries du journaliste Pierre Sérisier.

Voilà la liste de mes coups de coeur séries, avec en quelques mots leur sujet et leur qualité, ce qui est dur à dire en si peu de mots ! N’hésitez pas à partager vos coups de coeur, ça me fera peut-être découvrir de nouvelles séries à regarder !

six feet under1. Six feet under : la vie et la mort dans un funérarium. Le quotidien d’une famille américaine qui travaille dans une entreprise de pompes funèbres. La série parfaite ! Elle a été créée par le génial Alan Ball, scénariste d’American beauty et créateur de la série tv True Blood.  La série suit l’évolution de la famille Fisher, tout en traitant de la mort mais aussi de drogue, de sexualité, de famille, de religion ou d’art, avec réalisme et une touche d’humour noir : chaque épisode s’ouvre par la mort d’une personne, parfois de façon loufoque.
breakingbad-42. Breaking Bad : un professeur de chimie, Monsieur-tout-le-monde discret, découvre qu’il a un cancer et pour payer ses soins se lance dans la confection de méthamphétamines… Le scénario est un petit bijou, l’évolution du personnage effacé de Walter White pour s’adapter monde de la drogue et du trafic est très réussie, et le très bon jeu de Bryan Cranston est la cerise sur le gâteau.
the_sopranos_23. Les Sopranos : série culte, le quotidien d’une famille de mafieux : on est loin des grands films de gangster que beaucoup de personnages de cette série citent en exemple. Ici les mafieux sont en jogging, vont chez le psys et se font engueuler par leurs femmes entre deux meurtres. Une autre vision du monde de la mafia, qui est passionnante, sans une minute d’ennui.

the-wire

4. The Wire: une des plus grandes séries américaines, écrite et réalisée par un journaliste, David Simon. Elle traite de la criminalité à Baltimore sur différents niveaux : criminalité des dealers mais également des policiers ou des politiques. Chaque saison traite d’un sujet différent tout en gardant la même base de personnages : la police, la politique, l’éducation, le journalisme… c’est extrêmement réaliste, avec un aspect proche du documentaire. J’en profite pour citer également Treme, très bonne série aussi créée par David Simon. Elle a pour sujet la Nouvelle-Orléans post-Katrina, traitant du quotidien de ses habitants : musique et carnaval, politiciens et entrepreneurs corrompus, bavures policières…

oz4
5. Oz : une critique de l’univers carcéral américain, violent et corrompu. Oz raconte le quotidien à Emerald City, une unité pilote dirigée par l’idéaliste Tim MacManus, où se côtoie petits délinquants et criminels violents.

twin peaks

6. Twin Peaks: culte. Un agent du FBI enquête sur le meurtre d’une jeune fille dans une petite ville américaine.On regarde la série de David Lynch pour son univers étrange, sa musique envoutante, sa femme à la bûche et pour savoir qui a tué Laura Palmer.

Mad-Men

7. Mad Men : le monde de la publicité dans les années 60 à New York. Le scénario permet d’aborder les changements sociaux et moraux qu’il y a eu à cette époque, comme le féminisme ou les manifestations pour les droits civiques. La série est complexe et les personnages passionnants, elle est un petit régal pour les yeux avec un très beau travail sur les costumes et décors.

tv_bored_to_death01
8. Bored to death : un écrivain raté se prend pour un détective privé sorti des romans de Raymond Chandler. Il propose son aide dans les petites annonces pour résoudre des affaires. L’ humour légèrement teinté de noir et complètement décalé est porté par le formidable trio d’acteurs que sont Jason Schwartzman, Zach Galifianakis et Ted Danson.

friends
9. Friends : pas d’explications, tout le monde connait. Les répliques sont devenues cultes !

lost-season4
10. Lost : le crash d’un avion sur une île déserte. Les apparences sont trompeuses, les masques tombent lors de flash-back sur la vie des personnages. Un ambitieux scénario se dévoile au fil des épisodes, entre organisation de la vie des survivants, exploration de l’île, récit du passé ou du futur des personnages…

dexter_s6
11. Dexter : le gentil serial-killer. Dexter travaille dans la police comme analyste de traces de sang le jour et est tueur en série la nuit. Il ne tue pas n’importe qui, obéissant à un code très précis, il ne tue que d’autres tueurs. Incapable de sentiments, il est froid mais le spectateur ne peut s’empêcher d’éprouver de l’empathie pour Dexter… un bon polar, bien ficelé avec en prime une bonne performance de l’acteur Michael C. Hall.

Wilfred
12. Wilfred : la rencontre entre un homme et un chien. Série comique avec un humour absurde et noir, Wilfred raconte la rencontre entre un homme (Ryan) et un chien (Wilfred), qu’il voit comme un homme déguisé en chien. Ryan est timide, névrosé, vit seul et est au chômage. Wilfred le pousse à dépasser ses limites, le pousse parfois à bout tout court, car c’est loin d’être un gentil chien: vicieux, égoïste et méchant, il fume, vole et se bat. Il est fidèle et loyal uniquement avec sa maîtresse. Jason Gann joue à merveille le meilleur ami de l’homme, avec ses tics et manies, comme chasser les écureuils ou ne pas pouvoir résister à courir après une balle.

03-15-30_flight-of-the-conchords_original
13. Flight of the conchords : du folk néo-zélandais. Un duo de chanteurs (vrai groupe dans la vie, Flight of the conchords) néo-zélandais se retrouve à New York, cherchant le succès avec un manager raté et une unique groupie un peu trop présente. Un monde décalé, des chansons drôles et légères, reprenant pleins de styles musicaux  font le sel de cette série, dont un épisode a été réalisé par le génial Michel Gondry. Il faut voir l’épisode hommage à David Bowie !

true-blood-cast
14. True Blood: les vampires intégrés à la société. True Blood est une boisson de sang synthétique, qui permet aux vampires de s’intégrer à la société. La série se déroule dans la moiteur de la Louisiane, où se côtoient humains, vampires et autres créatures. True Blood s’amuse à casser les mythes des vampires (l’ail, le reflet dans le miroir…), et en profite pour aborder des problèmes de la société actuelle comme le racisme ou le fanatisme religieux.

freaks-and-geeks-your-nex-007
15. Freaks and geeks : l’autre visage des lycéens américains. Datant de 1999, cette série est l’inverse des séries habituelles  sur les lycéens, où ils sont riches ou beaux, ou intelligents ou populaires, parfois tout ça à la fois. Là, il y a d’un côté les geeks qui rêvent du prochain festival de science fiction entre deux parties de Donjons et dragons, et de l’autre les freaks qui sèchent les cours et se savent ratés et voués à un avenir pas trés brillant. Cette série a été créée par Judd Apatow et Paul Feig qui ne retrouvaient pas ses souvenirs du lycée dans les séries et films américains de l’époque. Ce sont également les débuts en tant qu’acteurs de James Franco, Seth Rogen et Jason Segel…

Black Mirror

Par défaut

blackmirror1x02_0001

Black Mirror est une série anglaise, créée par Charlie Brooker. C’est même une mini-série, constituée de deux saisons de 3 épisodes.

Dans cette série,  les personnages changent d’un épisode à l’autre. La constante de ces épisodes est le rapport que l’humain entretient avec ses écrans, ces miroirs noirs du titre.

Les intrigues peuvent se dérouler dans un contexte actuel : dans le premier épisode une crise politique a lieu en Grande Bretagne. La princesse a été kidnappée et en échange, les ravisseurs demandent que le premier ministre s’humilie en direct à la télé… Cet épisode questionne la frontière de ce que l’on peut regarder à la télé, le voyeurisme. Il traite également dles vidéos qui deviennent virales sur le net, de l’information en temps réel avec les tweets et la course au scoop journalistique.

martha-n-arrive-pas-a-oublier-son-amour

Les autres épisodes se situent dans un futur proche, où la technologie se fait de plus en plus présente. Une puce  permet de mémoriser et de revoir à l’envie tous ses souvenirs, dans le troisième épisode. Et ça peut devenir assez rapidement malsain, il ne faut pas vivre dans le passé… Un logiciel  permet de parler à un être défunt : le logiciel se sert de tout ce que la personne à écrit sur la toile, mail, chat, articles et recrée sa façon de s’exprimer. Dur pour les vivants de faire le deuil, quand on a une communication possible avec les morts. Enfin un semblant de mort, puisqu’au final c’est un logiciel qui communique…

black mirror

Dans le second épisode, c’est un futur plus radical, une dystopie où les hommes sont contraint de travailler devant des écrans, proposant des programmes souvent stupides, dérivés des télés réalités actuelles, mais auxquels il est impossible d’échapper. Ce n’est plus métro-boulot-dodo, mais télé-boulot-télé. Plus de lumière du jour, juste la lumière artificielle des écrans qui sont partout. Le seul échappatoire est d’être sélectionné pour participer à…une émission de télé !

Une série satyrique sur nos rapports aux écrans d’ordinateur, de télé, de tablette, de smartphone qui critique notre consommation excessive de ces médias qui deviennent de plus en plus addictifs. La solution pour échapper à ces excès serait-elle d’ouvrir un bon bouquin ?