Archives de Tag: Suicide

13 reasons why

Par défaut

13 reasons why est le succès Netflix de ce printemps. Intriguée je me suis plongée dans cette série de 13 épisodes, tirée du livre éponyme de Jay Asher disponible à la Bfm : Treize raisons de Jay Asher

 

 

Hannah Baker est la narratrice de la série. Elle s’est suicidée, et a enregistré 7 cassettes audio avant sa mort. Une personne par face, où elle parle de sa relation avec cette personne et de la série d’événements qui l’ont conduit au suicide. Les 13 personnes concernées reçoivent les cassettes à tour de rôle, chacun jugeant les autres, se disant que ce qu’ils ont fait n’est pas très grave… Jusqu’au jour où Clay Jensen, ami d’Hannah les reçoit…

Cette série pour ado fut une bonne surprise. Elle aborde des thèmes très difficiles : harcèlement, slut-shaming, agression sexuelle et  suicide. Les réalisateurs ne prennent pas de pincettes, pour un rendu très réaliste (et parfois difficile). Il y a bien évidemment les personnages clés des séries se déroulant dans un lycée : les sportifs, les pom pom girls, le nerd… mais la série évite les clichés sur le suicide et montre bien la puissance que peut avoir le harcèlement…juste quelques mots, rien de grave pour le harceleur mais l’accumulation, la répétition peut avoir des conséquences dramatiques pour la victime.

Publicités

Tout foutre en l’air

Par défaut

Tout foutre en l’air

de Antoine Dole chez Actes Sud junior

9782330038915

« Ses mains encerclent mes joues et ses lèvres se pressent contre les miennes. Je sens chaque particule de solitude se rompre à l’intérieur de moi, comme des bulles qui éclatent, sa bouche dépose un baiser sur chacune de mes plaies, sur la moindre de mes blessures. Les sutures sont immédiates sous ses doigts. L’eau ruisselle autour de nous, et jusque sous nos vêtements, comme un millier de larmes que j’ai trop longtemps contenues en moi. »

Elle l’aime, il l’aime.

C’est une rencontre « internet » où chacun se dévoile dans la sécurité de l’anonymat.

Elle sait que c’est lui, elle en est sûre : Olivier qui la comprend si bien, qui l’aide à supporter ce vide qu’elle ressent, cette immense solitude.

Alors ils fuient dans la nuit, vers un avenir que l’on pense forcément radieux car, et cette formule revient comme un leitmotiv : « Ce soir, ils vont le faire ».

Mais faire quoi ? On suit l’héroïne et narratrice qui nous entraîne dans cette course folle en essayant de deviner leur projet : une fugue ? Un mariage comme autrefois, lorsqu’on voulait mettre les parents devant le fait accompli ?

Et quelle-est cette destination qui leur promet le bonheur ?

Puis le doute s’installe…

« Il attrape à nouveau mon visage, m’embrasse. Son nez écrase le mien, j’essaie de me dégager mais ses mains se resserrent sur chacune de mes joues. Il m’assure qu’il m’aime, qu’il m’aime et qu’il est là pour moi, et que je ne dois pas avoir peur. Et j’ai peur tout à coup. Ses gestes sont secs. Ses paroles cherchent à me remplir, elles coulent en moi, me noient, je les recrache pour trouver mon souffle, je ne l’écoute plus, ferme les yeux. »

Amour fou ou manipulation d’un esprit malade, c’est un roman qui met face à face l’instinct de vie et la fascination de la mort.

L’écriture suit le rythme de la respiration syncopée de l’héroïne qui se retrouve entre deux vides égaux, celui de sa vie antérieure qu’elle rejette de toutes ses forces et celui qui lui est promis par l’homme qu’elle aime.

Elle essaie pourtant de réfléchir, frénétiquement ; que choisir entre un amour fusionnel qu’elle a peut être fantasmé par désespoir et et cette décision irrévocable qui lui refuse tout avenir.

C’est vraiment un excellent roman, qui traite un thème peu abordé par ailleurs, celui de la manipulation.

J’ai beaucoup aimé.

Le soleil et la mort / Elise Fontenaille

Par défaut

Ce livre est paru chez Grasset-jeunesse en 2011.

Je sais ce n’est pas de première jeunesse mais comme j’étais lancée sur cette auteure je vous fais découvrir ce livre pas plus gros qu’une nouvelle (bon un peu plus). Mais l’histoire en plus d’être passionnante se lit facilement.

1ere phrase : « Je m’appelle Ulysse, j’ai quinze ans et je veux mourir« .

soleil

Ulysse a perdu sa mère il y a très longtemps et vivait chez son grand-père sur l’île d’Irus jusqu’à ce que celui-ci disparaisse aussi. Le voilà qui débarque à Saint-Germain-en-Laye chez son père et sa belle-mère gonflée à la chirurgie esthétique… Un poisson dans le désert !

Pour purger son mal-être, il tchatte avec des jeunes militant pour le suicide sur le site « le Soleil et la Mort ». A sa tête Vladimir/ Vlad.

Ulysse, Kim, Océane, Marco avec le soutien de Vlad programment leur mort…. sur Irus.