A-t-on le droit de tout dire ?

Par défaut

Sujet récurrent depuis fort longtemps, que l’actualité oblige à remettre régulièrement sur le devant de la scène.

En France, « la liberté d’expression est une tradition laïque, républicaine et démocratique, qui a commencé à émerger vers la fin du XVIIIe siècle. Avant, seules les autorités royales, seigneuriales ou religieuses avaient le droit de s’exprimer librement. Les révolutionnaires français de 1789 ont revendiqué cette liberté qui était indispensable à l’établissement de la République (…) »  explique Daniel SCHNEIDERMANN dans son livre « Liberté d’expression : a-t-on le droit de tout dire ? » paru en 2015 aux éditions La ville brûle.

« Avec la tuerie de Charlie Hebdo, nous sommes nombreux à avoir pris conscience que la liberté d’expression, ce droit fondamental qui nous semblait aussi naturel que l’air que l’on respire, était menacée par toutes sortes de pouvoirs (économique, politique, religieux…). Les adolescents, citoyens en devenir, sont particulièrement concernés par la question posée ici : être libre de s’exprimer, est-ce avoir le droit de tout dire ? C’est donc à eux que s’adresse ce livre, qui, en explorant les limites, les zones d’ombre et les hypocrisies de la liberté d’expression, leur permettra d’y voir plus clair et d’exercer leur esprit critique en se posant les bonnes questions… » (Présentation éditeur)

Internet et les réseaux sociaux ont considérablement compliqué les choses, mais la loi vaut également pour eux.

Grâce à de nombreux exemples, l’auteur et son complice illustrateur Etienne LECROART, permettent de mesurer l’étendue, mais aussi les limites de la liberté d’expression dans notre société laïque et pluraliste.

L’hypocrisie est une de ces limites, « parfois, c’est la seule manière d’arriver à vivre ensemble. Dire les choses trop franchement, se dire tout ce qu’on pense, peut provoquer des conflits, et dégénérer. S’agissant de la liberté d’expression, le but n’est pas de construire un mode de fonctionnement idéal – de toute façon, cela n’existe pas – mais de faire en sorte que toi, moi, et tous les habitants de notre pays, nous parvenions à faire bon usage de notre esprit critique, à exprimer nos opinions, bref, à exercer notre citoyenneté dans de bonnes conditions et en nous respectant les uns les autres. »

Publicités

Des robots à la Bfm

Par défaut

 

La semaine dernière, (mercredi et samedi), dans le cadre de « Livre ta science » la Bfm mettait à l’honneur les sciences et les étudiants du club robotik de l’ENSIL de Limoges.

Partenaires de la Bfm, ils animaient ces deux journées, en présentant les robots Nao, Darwin, ainsi que leurs travaux.

Les robots Nao étaient prêtés généreusement par le lycée Turgot. Ils ont fait des démonstrations et raconté des histoires pendant l’heure du conte. Une interaction naturelle s’est produite avec les enfants, mais aussi avec les adultes.

 

Les étudiants du club robotik de l’ENSIL de Limoges, ont profité des échanges avec le public pour évoquer leurs cursus et leur présence au village de la science, du 7 au 15 octobre a l’ENSIL, site D’ESTER technopole.

 

Mais qui est Nao ? Pour quoi l’utilise t’-on ?

 

 

 

UN GRAND MERCI AU LYCEE TURGOT ET AUX ÉTUDIANTS DE L’ENSIL POUR LEUR COLLABORATION ET LEUR IMPLICATION.

ERWIN OLAF -PHOTOGRAPHIE

Par défaut

La pochette du dernière album d’Indochine ayant été créée par Erwin Olaf, c’était l’occasion d’évoquer les réalisations étranges de ce photographe .

                                                                                        « 13 »

 

Des personnages sans expression à la beauté sublimée,  dans un décor qui donne une impression soit malsaine, soit de peur, ou de solitude…sentiment encore plus intense quand les modèles sont des enfants. Et d’ailleurs c’est ce dernier point qui est dérangeant car les enfants ne sont plus que des « poupées ».

C’est la déchéance de la société qui est mise en avant… les 7 péchés capitaux en image ! Un peu comme les natures mortes hollandaises du 17e qui dénonçaient les travers des hommes.

 

Jusqu’à l’apothéose : la folie .

Etonnant, fascinant, ecoeurant, véritable travail d’artiste qui ne laisse pas indifférent.

 

Demain n’est pas un autre jour

Par défaut

Lane est un lycéen brillant qui a pour objectif d’intégrer la prestigieuse université de Stanford. Il est bien intégré à son lycée, participe à divers clubs et à une petite amie aussi ambitieuse que lui. Mais il attrape une version mutante de la tuberculose et doit être envoyé dans un sanatorium. Tout s’écroule, et si il lutte au début pour garder les habitudes de son ancienne vie, il va petit à petit lâcher prise au contact d’une bande d’amis. Sadie, Nick, Marina et Charlie suivent leurs propres envies au sein de l’établissement qui est très strict. Lane va ainsi goûter à l’interdit, faire ressortir son côté rebelle, apprendre à vivre le moment présent, arrêtant ainsi enfin de se concentrer uniquement sur le futur.

Encore un roman young adult avec des adolescents atteints d’une maladie grave…ce fut ma première pensée à la vue de ce livre. Finalement j’ai pris plaisir à lire Demain n’est pas un autre jour, qui si il n’est pas transcendant, reste un agréable moment de lecture. Les personnages, même secondaires, sont bien écrits. Et la maladie est surtout un prétexte pour voir ce qui se passe si on rassemble des ados qui ne se connaissent pas, en les coupant de leur ancienne vie (même plus le droit au téléphone portable !).

Jirô Taniguchi

Par défaut

« S’il avait pu être mené jusqu’à son terme, le projet dans sa globalité aurait sans doute été l’aboutissement de ce que souhaitait réaliser depuis plusieurs années Jirô Taniguchi : raconter, dans un ouvrage à mi-chemin entre manga et bande dessinée [franco-belge], une histoire susceptible d’éveiller les consciences à la nécessité pour l’être humain d’instaurer une relation harmonieuse avec son environnement naturel. »  (cf. postface « les racines du projet » – éditions Rue de Sèvres, 2017)

Jirô TANIGUCHI « La forêt millénaire »

(Rue de Sèvres, 2017)

« Après un terrible séisme, une forêt depuis longtemps disparue émerge dans les environs de Tottori*. Un jeune garçon tout juste arrivé de Tokyo perçoit les vibrations de cette forêt et entend même les murmures de ceux qui la peuplent. »

(*) région natale de Taniguchi

Surprenant par son format à l’italienne de 24 sur 30 cm, relié, cahiers cousus, couvert d’une jaquette sur beau papier grainé, pages de garde décorées, cet album posthume (Jirô TANIGUCHI est mort en février 2017 à 69 ans) est absolument magnifique. Magnifique et terriblement frustrant… car Taniguchi et son éditeur Rue de Sèvres avaient prévu de développer l’histoire en cinq albums. Or le récit, à peine commencé, tient en une cinquantaine de pages. Heureusement la postface « Les racines du projet » de Corinne Quentin (traductrice et directrice de l’agence littéraire) et Motoyuki Oda (éditeur chez Shogakukan et responsable de la publication au Japon) et quelques pages de croquis extraites des carnets de dessin de Taniguchi adoucissent  – un peu – notre déception.

Angoulême l’avait reçu en 2015, plusieurs posts ici ont parlé de ses mangas, il nous reste à les relire inlassablement…

Juste avant cet album, j’avais lu le dernier livre d’Aharon APPELFELD traduit pour L’Ecole des Loisirs au printemps 2017 :  « De longues nuits d’été » et les deux récits se sont un peu catapultés dans ma tête.

[Oui ! Oui ! Vous avez bien reconnu sur la couverture la patte de Mélanie RUTTEN, illustratrice à laquelle le secteur jeunesse de la BFM a rendu hommage en 2016. Bravo !]

A priori, le sujet n’a rien à voir :

« Papi Sergeï, un ancien soldat devenu aujourd’hui un vieil homme aveugle, et Janek, un garçon juif placé sous sa protection, effectuent un long voyage. En toile de fond, la Seconde Guerre mondiale qui fait rage. Les deux compagnons vont de village en village pour mendier et luttent pour leur survie.

« Ce couple de héros peut faire penser, bien sûr, à une variation sur le thème “Le vieil homme et l’enfant”. On pense beaucoup aussi à La Route, de Cormac McCarthy, pour la profondeur et la simplicité du texte, des dialogues, pour sa situation apocalyptique, pour ce lien de confiance entre un homme et un enfant, dans un monde barbare.» ( cf. Valérie Zenatti, traductrice, pour la présentation éditeur)

Toutefois, ce qui frappe à la lecture du récit d’Appelfeld, comme dans son précédent livre « Adam et Thomas » paru en 2014 et inspirés tous deux de sa propre expérience de l’errance dans la forêt, c’est la nécessité absolue de connaître parfaitement cet environnement afin de s’y fondre.

« Son long service militaire avait fait de Sergueï un être de la nuit à l’ouïe fine et à l’odorat puissant, il détectait les odeurs bien avant tout le monde. Il avait un goût très développé aussi et savait aussitôt ce qui était frais ou abîmé. Son sens du toucher était bien sûr également hors du commun.

(…) Les menaces, comme nous l’avons dit, ne perturbent pas le vieux Sergueï, au contraire. Lorsque le danger surgit, tous ses membres se tendent et Janek ne le quitte pas des yeux. Après avoir bu du thé, tiré sur sa pipe et écouté un long moment les bruits du village, Sergueï dit :

– Maintenant tu peux aller chez Sonia.

Sergueï connaît bien les habitudes du village, il a l’ouïe fine et les narines aux aguets. Il sait exactement quand le danger s’approche d’eux ou s’éloigne.

(…) Ce n’est que lorsqu’ils sont dans la forêt, qui appartient à tous, que Sergueï autorise Janek à cueillir des cerises et des myrtilles. Janek aime la forêt et les fruits qui y poussent. Les animaux aussi : écureuils, biches, lapins. Tous ont une façon prudente de se mouvoir, ils font preuve d’écoute et d’attention. Il reste parfois assis un long moment pour apercevoir la silhouette d’une biche. Il arrive que des yeux bleu-vert surgissent dans un buisson : un loup.

– Grand-père, pourquoi ne dormons-nous pas dans la forêt ? Parce qu’elle est dangereuse à cause des loups ?

-Oh, les hommes qui y vivent sont bien plus dangereux : des bandits, des assassins, des êtres qui ont la haine de Dieu et des hommes. La forêt est un endroit où ils sont puissants. Ils kidnappent des gens et exigent une rançon. Lorsqu’ils ne l’obtiennent pas, ils n’hésitent pas à tuer.

  Le vieux Sergueï est très organisé. Il envisage le moindre détail avant de prendre la route : à quel endroit coule un ruisseau, quelles sont les cabanes ou les chaumières qui abritent des gens susceptibles de se montrer hostiles… »

Ils n’entrent jamais vraiment dans les villages : ils restent en lisière, dans une clairière près d’un point d’eau et se reposent sous un arbre au printemps et en été, l’hiver ils dorment dans des auberges ou des presbytères. Sergueï entraîne l’enfant à fortifier et endurcir son corps, à résister à la faim qui les tenaille et à espérer.

« Nous dormons avec nos vêtements et ce n’est qu’une fois que tout est silencieux que nous enlevons nos chaussures. Mais ne t’inquiète pas, tu vas très vite t’habituer à cette vie. Les vagabonds dont comme des soldats, toujours en alerte. Cette condition comporte cependant des petits plaisirs qui te réjouiront. »

Et comme Wataru Yamanobé dans le texte de Taniguchi, Janek entend des voix qui murmurent à son oreille des conseils ou des encouragements.

Deux très beaux récits d’apprentissage.

 

 

Indochine ———————— 13

Par défaut

Premier opus « La vie est belle« .

Rien à dire sur la chanson. Du pur Indochine, j’aime bien.

Mais quelle déception lorsque j’ai regardé la vidéo.

Je pensais qu’on était arrivé quand même à dépasser la vision frauduleuse des couples si passionnés qu’ils doivent se taper dessus! Et je vous le donne en mille.. NON !!!!! Quitte à parler d’égalité des sexes pour une fois ça aurait pu être une femme qui donnait les coups. Et bien même pas ! j’ironise pour faire passer la déception.

Alors je vous assure les filles. On peut très bien avoir une histoire sublime, romantique sans être considérée comme un punching ball et on ne panse pas les plaies de son compagnon (ou sa compagne) en étant un paillasson.

 

Je ne vous mets pas la vidéo mais vous la trouverez facilement… ou passez à autre chose.

 

 

 

Remise du prix du livre scientifique jeunesse 2017

Par défaut

Félicitations à Hélène Rajcak et Damien Laverdunt auteurs du livre : « Les mondes invisibles des animaux microscopiques »  qui  a remporté le prix après avoir été sélectionné par une classe de 5e du collège Yvonne le Tac de Paris.

L’objectif du projet « Le goût des sciences » lancé par le ministère de l’Enseignement supérieur de la Recherche et de l’Innovation est de valoriser et soutenir les scientifiques, les éditeurs qui familiarisent les enfants ou les adultes avec les sciences par le biais du livre.

En diffusant ces ouvrages, les libraires, les bibliothécaires, les documentalistes contribuent à l’épanouissement d’une curiosité et d’un appétit à connaître et comprendre, innés chez l’ enfant.

Bravo également aux deux autres livres proposés :