Inséparables

Par défaut

Inséparables est une roman écrit par Sarah Crossan et traduit par Clémentine Beauvais.

Grace et Tippi sont soeurs. Elles sont siamoises. Elles vivent avec leur père qui a un petit faible pour la bouteille, leur mère qui travaille comme une forcenée pour payer les factures médicales, leur grand-mère qui manque souvent de tact et leur petite soeur effacée par toute la place que prend la santé de Grace et Tippi dans la famille. Et cet automne elles vont faire leur entrée au lycée. C’est un gros changement pour elles d’essayer d’avoir une vie plus normale. Pour cela il faut affronter le regard, les questions, la curiosité malsaine des autres. Elles se lient d’amitié  avec Jon et Yasmeen, qui les acceptent comme elles sont. Grace et Tippi commencent alors à expérimenter la vie d’ado, enfreignant les règles, elles qui ont toujours vécu dans un univers où tout tourne autour de leur santé.

Pour écrire ce roman, l’auteur a fait de nombreuses recherches sur la vie des siamois, pour arriver à retranscrire ce sentiment d’être un tout en étant deux, inséparables mais avec sa propre personnalité. On s’attache rapidement à Tippi et Grace, leur humour, leur joie de vivre. Un très beau roman sur la différence, la tolérance, l’acceptation de soi qui a la particularité d’être écrit en vers.

Caroline dit,

« Vous riez beaucoup. C’est enthousiasmant.

Même dans votre condition, vous dites oui à la vie. »

Je ne sais pas trop

ce que je suis censée dire à la vie

à part oui.

Broutille – aNNe herbauts – Edition Casterman

Par défaut

Broutille est bouleversant. D’abord par sa naïveté puis par l’expression de son chagrin.

Il est rempli de vide car il a perdu son chat, son ami. A chaque rencontre on lui dit qu’il y a bien plus grave dans la vie. Pourtant il se sent plein de peine.

Il n’y a pas de variable ajustable quand on est triste. Un enfant qui perd son doudou ressent une émotion aussi grande qu’un adulte qui perd ses clefs! Anne Herbauts le dessine et l’écrit d’une merveilleuse manière.

Avec son talent habituel, elle nous parle dans cet album de chagrin, de compréhension, de souvenir, d’amitié.

Un conseil : une fois le texte lu, laissez  votre regard divaguer sur les illustrations… Mieux que le yoga!

Très beau!

Lien pour le trouver à la bfm de Limoges.

L’éveil

Par défaut

L’éveil stade 1

de Jean-Baptiste de Panafieu

chez Gulf Stream

 

Laura travaille chez BIOKITECH, une entreprise de biotechnologie qui fait des recherches sur les maladies du cerveau.

Comment stimuler un cerveau malade ?

Laura cherche, teste, bidouille : à sa disposition des souris blanches auxquelles elle injecte le résultat de ses essais.

L’une d’elle, A27, sans même que Laura ne s’en rende compte réagit d’une façon si prometteuse qu’elle ouvre sa cage et part à la découverte du vaste monde. La chance n’étant pas au rendez-vous, elle tombe sur un chat tout à fait civilisé qui n’en fait qu’une bouchée.

Attirés par les restes de cette pauvre A27, une corneille puis un rat s’activent sur sa dépouille, une chienne qui passe finit ce qui restait. Rien, presque rien, un tout petit tas d’os, mais qui va provoquer une réaction en chaîne.

De rats en rats de corneilles en corneilles, de chiennes à chiens, de goélands à perroquets les animaux s’éveillent.

« Je parle et personne n’écoute. Personne n’écoute, mais je sais que je parle. Avant quand je parlais, on ne m’écoutait pas vraiment et je ne savais pas que je parlais.

Ce n’est pas exact, je le savais un peu. Je tentais des expériences qui aboutissaient parfois. Je disais : «  Coco veut des graines » et j’obtenais souvent des graines. Ils ne comprenaient pas toujours… et me donnaient autre chose. Ou bien je disais autre chose que ce que je voulais vraiment et eux…

Eux ! Il faut que je quitte cet endroit, leur endroit. Heureusement qu’ils possèdent une télévision, cet outil magique ! Malheureusement ils ne savent pas s’en servir. Ils pourraient apprendre tant de choses… Hier, quand ils sont sortis ? J’ai changé de canal. C’était stupéfiant !

Je me suis éveillé, il y a trois jours. »

Des animaux qui s’éveillent, ma chère, c’est so cute, mon zouzou, ma nénette, mon minou et le canari mimi et Carabosse la chienne tout ceux avec lesquels on bêtifie et que l’on filme pour les adorer via Facebook !

Méçavapanon ???!!!!

Imaginez, imaginez un seul instant : votre Pifou adoré, le plus beau chat du monde, qui vous tacle à l’heure du repas et refuse la boite spécial matou que vous achetez au prix du caviar et exige une entrecôte.

Et les croquettes du chien, boudées par celui qui ne mangera que des toasts au fois gras.

Et Batifolle qui ne veut plus rester enfermée toute la journée et veut des cours particuliers.

Et Lolotte le hamster qui analyse Onfray et BHL pendant des heures.

Hein ! On rigole moins…

Et les vaches, cochons, poules : êtes-vous prêts à déguster l’aile du poulet avec lequel vous échangiez la veille sur le dernier concert de l’orchestre du Philarmonique de Berlin ?

Et la grillade de porc : imaginez s’il est fan de Ridley Scott…

Arrggll la suprématie de l’homme serait-elle en danger et les bénéfices de l’industrie agro-alimentaire itou ?

Vite le tome 2 !

Martha & Alan

Par défaut

J’avais fait un post il y a quelques années sur La guerre d’Alan d’Emmanuel Guibert. Dans ce roman graphique il raconte les souvenirs de la seconde guerre mondiale que lui a livrés Alan Ingram Cope. Il a ensuite écrit L’enfance d’Alan.

Dans Martha & Alan Alan Ingram Cope parle de son amitié d’enfance avec Martha. Le livre est constitué de petites anecdotes, morceaux de souvenirs de cette relation enfantine. Leurs aventures, leurs familles, les jeux… Un petit livre simple, qui se lit rapidement. L’illustration d’Emmanuel Guibert rend bien un côté rétro et nostalgique de Pasadena en Californie où grandissent Alan & Martha. Il a marqué mon esprit car il montre bien l’importance que peuvent avoir certaines personnes dans votre vie, même quand vous les perdez de vue.

Jacques Prévert – Hommage.

Par défaut

http://www.ina.fr/video/I06166883

 

Petit homme simple qui a su nous donner de la poésie sans en avoir l’air.

Petit homme généreux qui a toujours défendu les moins forts.

Petit homme InDePendanT qui pense ce qu’il veut.

Petit homme libre qui écrit avec sa plume pièces et scénarios.

Petit homme généreux qui nous a donné à tous un soupçon d’Art.

Petit homme dans lequel l’imaginaire de l’enfance est resté vivant.

 

Cette année on rend hommage à ce poète parisien mort en 1977, alors c’est le moment de relire « le cancre« , de revoir  » les enfants du Paradis« , « Quai des brumes« .

http://www.jacquesprevert.fr/

 

 

Belle-Ile-en-Mer

Par défaut

J.-C. Tixier : Traqués sur la lande (Rageot, 2016)

« Août 1934, Belle-Île-en-Mer. Au bagne d’adolescents, un surveillant frappe trop fort… L’émeute éclate. Une centaine de garçons réussissent à fuir et gagnent la lande. Gab les yeux gris, le Râleur et quelques autres tentent de trouver des vêtements et un abri sûr pour échapper à la traque. Mais où chercher de l’aide ? Bientôt Gab croise la route d’Aël, qui connaît le coin comme sa poche et tente aussi d’échapper au destin que l’on a tracé pour elle…

Inspirée de faits réels, une fiction proche du documentaire. » (Présentation éditeur)

Bientôt les grandes vacances, peut-être la Bretagne… Si vous partez pour Belle-Ile-en-Mer, ayez une pensée pour tous ces « mal aimés » qui ont laissé leur peau au bagne d’enfants.

Laissez Jean-Christophe TIXIER vous parler de cet établissement pénitentiaire pour enfants, peu connu des actuels touristes, devenu après 1945 Institution Publique d’Education Surveillée et fermé seulement… en 1977.

En 1934, moment choisi par l’auteur pour raconter cette histoire à partir du réel fait divers à l’origine de la révolte, on n’y éduque pas, on punit et on maltraite sans état d’âme. Certes, quelques jeunes détenus sont des assassins, mais un certain nombre d’entre eux ajoutent simplement au drame d’avoir été abandonnés par leur famille, celui d’avoir dû se débrouiller seuls et – par exemple – pris à voler pour manger, se retrouvent là jusqu’à leur vingt-et-un ans. Beaucoup ne résistent pas au régime de violence qui y règne et meurent avant la fin de leur détention.

Le récit de J.-C. Tixier montre également comment, lors de l’évasion des enfants, les insulaires appâtés par la somme promise pour chaque malheureux rattrapé, prêtent main forte aux surveillants.

Témoin à l’époque, Jacques PREVERT avait composé un poème sur cet épisode terrifiant : « La chasse à l’enfant »

« Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !
Au-dessus de l’île on voit des oiseaux
Tout autour de l’île il y a de l’eau

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !
Qu’est-ce que c’est que ces hurlements

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !
C’est la meute des honnêtes gens
Qui fait la chasse à l’enfant

Il avait dit j’en ai assez de la maison de redressement
Et les gardiens à coup de clefs lui avaient brisé les dents
Et puis ils l’avaient laissé étendu sur le ciment

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !
Maintenant il s’est sauvé
Et comme une bête traquée
Il galope dans la nuit
Et tous galopent après lui
Les gendarmes les touristes les rentiers les artistes

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !
C’est la meute des honnêtes gens
Qui fait la chasse à l’enfant

Pour chasser l’enfant, pas besoin de permis
Tous les braves gens s’y sont mis
Qu’est-ce qui nage dans la nuit
Quels sont ces éclairs ces bruits
C’est un enfant qui s’enfuit
On tire sur lui à coups de fusil

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !
Tous ces messieurs sur le rivage
Sont bredouilles et verts de rage

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !
Rejoindras-tu le continent rejoindras-tu le continent !

Au-dessus de l’île on voit des oiseaux
Tout autour de l’île il y a de l’eau »

Un livre à lire, pour ne pas oublier la tragédie de ces enfants et adolescents et pour réfléchir à la responsabilité de chacun dans pareille société.

Bibliothécaire : c’est quoi ?

Par défaut

Bon ! Vous venez à la bibliothèque, mais connaissez-vous notre métier ?

A Limoges, il existe deux centres de formation, proposant des niveaux différents.

L’ABF : Association des Bibliothécaires de France qui dispense une formation professionnelle d’Auxiliaire de Bibliothèque.

L’ Université de Limoges propose une licence professionnelle : métiers du livre

Mais que fait un bibliothécaire ?

A vous de choisir votre version !