Archives de Tag: musique

Belle and Sebastian

Par défaut

Un de mes vices secrets, en dehors de la tarte au citron, c’est le groupe Belle and Sebastian. Une baisse de moral ? Belle and Sebastian. Une envie de danser et chanter ? Belle and Sebastian. Partir sur la route l’été, vitres baissées ? Belle and Sebastian.

Rien de très nouveau puisque ce groupe date de 1996 et leur dernier CD Girls in peacetime want to dance est sorti en 2015. Le groupe est fondé à Glasgow par Stuart Murdoch et Stuart David qui quitta le groupe en 2000. Il contient six autres membres actuellement. Assez parlé, je vous laisse écouter / découvrir le groupe à travers ses 9 albums dont une grande partie est disponible à la Bfm.

 

The Lemon Twigs

Par défaut

unnamed2_25

 

Brian et Michaël D’Addario sont jeunes, sont frères et accompagnés par Danny Ayala au clavier et Megan Zeankowski à la basse ils forment le groupe The Lemon Twigs. Ils ont également une dégaine improbable…

Ils sont une des découvertes pop-rock de cette année 2016. Un mélange de pop sous influence des Beatles, de glam, de mélodies sorties tout droit des 70’s qui donne un album sucré, qu’on écoute le sourire aux lèvres. Parfait pour finir cette année qui n’a pas toujours été très drôle…

 

« Give peace a chance »

Par défaut

Après « Une si jolie petite guerre », parue en 2012 et dont j’ai parlé ici en son temps, Marcelino TRUONG persiste et signe « Give Peace a chance » (titre d’une chanson de John Lennon), suite de sa familiale saga. Nous sommes en 1963 à Londres et Marco nous mène jusqu’en 1975, toujours sur fond de guerre du Vietnam.

B26583

Traversé globalement par la musique, pourrait-on dire, car chaque chapitre est introduit par le titre d’une chanson célèbre à l’époque et quelques paroles variées ponctuent les anecdotes. Une bonne idée pour faire un saut à la discothèque de votre quartier afin d’emprunter quelques-uns des CD à (ré)écouter dans la foulée de votre lecture !

Une lecture qui interpelle et nous demande de réfléchir, de toujours prendre du recul face aux événements…

Pas facile en effet pour Marco d’être sud-vietnamien en Europe au moment où la plupart des jeunes et des intellectuels occidentaux, anticolonialistes et tiers-mondistes, manifestaient contre la guerre au Vietnam  :

« Tous voulaient que Vendredi se libère de Robinson ! Délicate attention – chasser Robinson -, mais dans quels bras poussaient-ils Vendredi ? » (p.236)

Une effroyable réalité qui ne sera reconnue que des années plus tard quand l’Europe voudra bien écouter les témoignages des « boat people », découvrira les crimes des Khmers rouges et les désastres occasionnés par la Révolution culturelle en Chine.

« La parution en juillet 1974 de « L’Archipel du Goulag, ce pavé dans la mare lancé par l’ancien « zek » Alexandre Soljenitsyne, aurait pourtant pu alerter les amis de Hanoï sur la véritable nature du communisme. Mais la révolution égalitaire et anticapitaliste était trop romantique pour y résister. Quant aux Sud-Vietnamiens refusant le système communiste, pour la gauche, ils n’existaient pas. Les gesticulations de ces pantins des Américains ne comptaient pas. » (p. 237)

Marcelino Truong mélange l’histoire compliquée et parfois tragique de sa famille avec l’histoire du Sud-Vietnam où vivaient toujours ses grands-parents paternels. Son père « avait tous les bouquins sur la question (…) de toutes tendances, considérant qu’il fallait entendre les différents credos, afin de former une opinion ».(p.212)

L’ensemble des deux rend ce récit très documenté aussi plaisant que passionnant à lire.

 

 

 

Spectacle : Sens dessus dessous, de Thierry Bénéteau avec Julien Evain, accordéon

Par défaut

Spectacle : Sens dessus dessous, de

Thierry Bénéteau
avec Julien Evain, accordéon

Samedi 18 juin / 15 h

Bfm Landouge (en extérieur)

Spectacle tout public

 

sens_dessus_dessous_photo_l_touzeau97145

 

Venez découvrir un duo complice et festif où la parole du conteur et le jeu de l’accordéoniste viennent servir la même histoire…

Les contes issus du répertoire traditionnel sont revisités, parfois un peu bousculés, et entremêlés de chansons et de musique « trad » mise au goût du jour.
Né d’une moitié d’oeuf, Mi Jau une petite moitié de coq tenace est bien décidée à récupérer le trésor qu’on lui a volé.
Martin Ferron un forgeron féru de boulot jusqu’au jour où un souvenir d’enfance lui fait chavirer la tête… Jean le tailleur, un gars qui ne jette rien, et comme tout finit par s’user, il a cette idée géniale de faire du neuf avec du vieux.
Et puis, connaissez-vous Jacquet, un gars malheureux qui part tout au bout de la terre à la rencontre du Bon Dieu… ?

« Le piano oriental »

Par défaut

9782203092082« Le piano oriental » est un roman graphique de Zeina ABIRACHED paru chez Casterman à l’automne 2015.

Deux époques, deux mondes, deux cultures… Zeina Abirached réussit un mix entre la vie de son grand-père et sa propre vie, entre le Liban de la fin des années 1950 et celui du début des années 2000.

L’hommage à son grand-père constitue l’essentiel de l’intrigue si intrigue il y a ; Abdallah son grand-père était un passionné de musique, au point de vouloir y consacrer sa vie et d’être ainsi déshérité par son propre père. Son rêve était de pouvoir jouer sur son piano les mélodies orientales qui se bousculaient dans sa tête, or c’était quasiment impossible pour une histoire de demi-ton et de quart de ton…

Afin de vivre, puis ensuite de faire vivre sa femme et leur enfant, il partageait son temps entre un job de copiste à la gare et un boulot – qu’il aimait bien – d’accordeur de pianos, mais son véritable travail, celui qui occupait toutes ses pensées, était donc de créer l’instrument capable de faire entendre le fameux quart de ton des mélodies orientales sans changer l’aspect du piano.

Un piano « bilingue » en quelque sorte…

C’est là le lien avec sa petite-fille, Zeina douloureusement partagée entre Beyrouth et Paris, entre le français et l’arabe jusqu’au jour où tout s’harmonise enfin dans sa tête.

Attirée par son graphisme un peu « tarabiscoté » mais affermi par le noir et blanc, j’avais déjà lu d’elle « 38 rue Youssef Semmani », paru en 2006, « Mourir partir revenir. Le jeu des hirondelles » paru en 2007 et enfin « Je me souviens. Beyrouth » paru en  2008, mais je restais toujours un peu sur ma faim. Cette fois son dessin me paraît plus abouti, l’ornementation prend du sens, l’histoire impose un – double – rythme. On se sent joyeux à lire cette BD, même si en soi l’histoire n’est pas réjouissante, mais Zeina raconte l’échec du rêve sans lourdeur, avec au contraire beaucoup de légèreté et une grande tendresse pour cet étonnant grand-père qu’elle n’a pas connu.

Iggy Pop & Josh Homme – Post pop depression

Par défaut

josh-homme-iggy-pop-press-crop-andreas-neumann

Quand Iggy Pop, 69 ans, leader des Stooges, Godfather of punk (parrain du punk) et coupable de quelques morceaux incroyables en solo (Lust for life, The passenger…) rencontre Josh Homme, fondateur de Queens of the Stone Age ou Eagles of death metal ça donne une petite bombe d’album : Post pop depression.

Et si vous voulez voir Iggy Pop et son incroyable énergie en live, il sera au festival Lost in Limoges le 8 Juillet…un petit aperçu avec le live de Lust for life ci-dessous.

 

A voir dans l’été…

Par défaut

Rappelez-vous ces albums que vous aviez lus, enfant, avec ce gros ours, drôle de père d’une petite souris… Ils s’appelaient…

Mais oui ! Ernest et Célestine !

_frise_ernestcelestine(cf. frise catalogue Casterman)

Leur créatrice, elle, s’appelait Gabrielle VINCENT.

ernest-et-celestine-vont-pique-niquerMais c’était son pseudonyme. Son vrai nom, c’était Monique MARTIN.

Cela vous dit peut-être moins, et pourtant plusieurs albums d’elle figurent en bibliothèque, sous ces deux noms.

Des chansons de Jacques BREL, par exemple, comme « Les vieux » (Gabrielle Vincent) ou « Moi, je t’offrirai des perles de pluie » (Monique Martin), éditées par Duculot dans les années 90.

 

P1120194

Ou ce bel et triste album « Un jour, un chien » :

index

Ou encore  : 001260098En effet, des années durant, Monique Martin se rendit au Palais de Justice de Bruxelles afin d’y croquer juges, avocats ou prévenus, il en sortit ce livre.

La Fondation Monique Martin rend hommage à cette créatrice, cet été à Bruxelles :

1668380-0-1024x723

Si vous avez l’occasion de vous rendre en Belgique, ne la ratez pas. Maison du Roi sur la Grand Place, dans une immense salle néo-gothique, ses essais, calques, croquis, carnets de dessin, originaux, sa table à dessin et ses outils ont beaucoup d’allure. Et puis on découvre ses différentes techniques : crayonnés, aquarelles, huiles, pastels, ses sujets de prédilection, quelques-uns de ses amis, comme Pili Mandelbaum

Et pour compléter, après une bonne gaufre, rendez-vous à quelques pas de là, rue du marché aux herbes, à l’Espace Wallonie de Bruxelles, pour la seconde exposition :

sans_titre-467x661

Bel été !